ManutentionMultifarmer 40.9 : le tracteur télescopique vu par Merlo

| par | Terre-net Média

Chargeur frontal plutôt que télescopique pour bénéficier des performances du tracteur ? Merlo a coupé court à ces interrogations en 2013 en présentant un couteau suisse : le Multifarmer, équipé d'un bras télescopique à l'avant, d'un attelage trois points, d'une prise de force mécanique à 540 ou 1 000 tr/min et de quatre distributeurs hydrauliques à l'arrière. À Outarville, au salon plein air Innov-Agri, le constructeur a présenté la dernière version de l'engin.

Merlo Multifarmer 40.9 Multifarmer 40.9 : le tracteur télescopique version Merlo (©Merlo)

G râce à la cabine suspendue hydrauliquement, le confort dans le Merlo Multifarmer 40.9 est proche de celui d’un tracteur. Et côté maniabilité, l’avantage est clairement donné au télescopique. En effet, l’engin bénéficie de quatre roues directrices. Toutefois, pour les déplacements sur route, il est préférable de passer en deux roues pour maintenir un niveau de sécurité correct.

Une capacité de relevage de 7 t

Le verrouillage des essieux garantit la stabilité du véhicule quelle que soit son utilisation. En mode tracteur, l’essieu arrière perd son pivot pour augmenter la traction et assurer la stabilité. À l’inverse, en mode chargeur, c’est l’avant qui se fige pour maintenir la machine en manutention. Le système corrige même automatiquement le dévers latéral, jusqu’à 20 % de déclivité. Pratique lorsque vous utilisez par exemple des fourches à palette. Si le terrain est accidenté, pas facile de les aligner avec le sol. Le chauffeur actionne le système manuellement grâce à un interrupteur et modifie l’inclinaison de l’appareil afin qu’il soit bien parallèle. Prendre la palette devient alors un jeu d’enfant.

À l’arrière, le relevage dispose d’une capacité de 7 t. Avec des outils assez lourds, le lestage avant est juste. Un conseil : fixer un godet ou un accessoire sur le panneau pour faire contrepoids. Au champ, il suffit d’allonger le bras pour augmenter le porte-à-faux et ainsi, l’adhérence du véhicule selon les besoins. Le gain de poids permet naturellement des économies sur la consommation de carburant.

156 ch et une transmission CV Tronic

Côté puissance, le moteur Deutz libère 156 ch et répond aux exigences de la norme Tier 4 interim. Le point fort : la transmission CV Tronic. Elle se compose de deux blocs hydrostatiques alimentés par une pompe à commande électronique. Résultat : une accélération douce et progressive de 0 à 40 km/h. Le couple est étonnant car à basse vitesse, les deux motorisations fonctionnent conjointement, ce qui génère 12 % de couple supplémentaire par rapport à une transmission hydrostatique conventionnelle.

À lire aussi >>>

À bord, l’espace est au rendez-vous, avec une cabine de 1 010 mm de large, l’une des plus spacieuses de sa catégorie.

Autre avantage : le système de ventilation de la climatisation répartit le flux d’air de façon homogène à l’intérieur de l’habitacle.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article