Faucheuse Pöttinger Novacat Cross FlowMoins de puissance pour le regroupement d'andain

| par Tanguy Dhelin | Terre-net Média

Le système Cross Flow de Pöttinger apporte de la nouveauté sur le marché des faucheuses conditionneuses portées. L'adaptation d'une vis sans fin sur la Novacat 352 CF a notamment permis de diminuer le poids, le coût et la puissance nécessaire par rapport à un système avec conditionneurs et tapis groupeur.

Pöttinger Novacat Cross FlowLe système Cross Flow de la faucheuse Pöttinger regroupe les andains grâce à une vis sans fin et demande moins de puissance qu'un tapis. (©Paul Renaud) 

Quelles que soient les machines sur lesquelles il est installé, le système Cross Flow de Pöttinger récolte les récompenses à la pelle. Après un Sommet d’Or à l’automne dernier pour le modèle Novacat 352 Cross Flow, c’est l’adaptation sur une machine de 10 m, la Novacat A10 Cross Flow qui a remporté le titre de Machine de l’année 2019 au Sima. Le principe repose sur une vis sans fin positionnée derrière le lamier de la faucheuse latérale et recouverte par un capot. Elle permet de renvoyer le fourrage sur l’andain de la faucheuse frontale dans la perspective d’un ensilage ou d’un enrubannage. À la sortie de la vis, une bâche réglable permet de réaliser des andains de 2 ou 3 m. Le capot peut actuellement être relevé manuellement pour réaliser un fauchage à plat. Sur les prochains modèles, le relevage se fera depuis la cabine via un système hydraulique. « Nous avons étudié les dimensions de la vis pour qu’elle soit polyvalente sur tout type de fourrages », explique Steve Bubel chez Pöttinger.

Dispositif Cross Flow de PöttingerLa vis sans fin ramène la matière à gauche de l'engin pour créer le même andain que la faucheuse centrale. (©Paul Renaud) 

Cette dernière est placée légèrement en biais par rapport au lamier. Ce positionnement crée un espace plus important sur la gauche de la faucheuse pour laisser passer plus de fourrage. Selon les caractéristiques des végétaux à faucher, ce positionnement peut être modifié via une cornière à trois boulons afin d’agrandir l’espace disponible. La vis, elle- même, est entraînée par le lamier qui transmet le mouvement à son extrémité par un système de courroies et de poulies. La transmission vers la vis est assurée par un cardan à double croisillon. « Ça ne demande que très peu d’entretien, assure Steve Bubel. Hormis le graissage des paliers, il faut seulement changer la courroie après quelques milliers d’hectares ».

Un succès commercial

L’idée de cette technologie est de proposer aux agriculteurs un système de groupeur d’andain sur une faucheuse portée simple. « Les solutions actuelles, composées d’un conditionneur et d’un tapis groupeur, sont assez lourdes et nécessitent souvent une faucheuse traînée ou un groupe de fauche », analyse Steve Buler. Pour utiliser ces équipements, les agriculteurs doivent également bénéficier de suffisamment de puissance pour les faire entraîner. « Nous voulions trouver une solution pour permettre un regroupement d’andain avec une machine portée, qui puisse fonctionner avec moins de puissance » explique Steve Buler, chez Pöttinger. Il se souvient que l’idée de la vis est lancée en 2014 en Autriche pour une sortie de la pré-série de la Novacat 352 Cross Flow en 2016. L’innovation séduit et la demande est au rendez-vous. « On ne pensait pas qu’il y aurait un tel marché pour cette machine en France. On a senti l’effet du Sommet d’Or », révèle le responsable de l’administration des ventes chez Pöttinger. Il se félicite d’être le seul constructeur sur le marché à proposer un système de vis sur un format de 3,5 m.

Le système Cross Flow bientôt décliné en 3 m

Et côté puissance, le pari est remporté. Selon Steve Buler, cette faucheuse associée à une frontale peut fonctionner avec un tracteur de 150, voire 140 ch. Toujours dans cette recherche de matériel nécessitant moins de puissance, l’entreprise autrichienne va présenter un modèle de faucheuse de 3 m équipée du système Cross Flow lors du prochain Salon de l’herbe à Villefranche d’Allier (Allier). Cette dernière pourra être attelée sur des tracteurs de 120 voire 110 ch. « Ce sont des catégorie de puissance fréquemment présentes sur les élevages », relève Steve Bubel. Selon lui, ces deux machines vont permettre aux petites Cuma et aux Gaec, qui faisaient faire la fauche en prestation faute d’avoir la puissance nécessaire, de retrouver de l’autonomie. « Sur les salons, les clients viennent nous dire que nous avons vraiment changé leur façon de travailler », se réjouit-il. Au-delà de l’aspect puissance, la Novacat 352 Cross Flow possède d’autres atouts. « Cette faucheuse est 20 à 30 % moins chère et moins lourde qu’un système de fauche avec un conditionneur et un tapis groupeur », affirme Steve Bubel. Le capot évite également les pertes de fourrages. Cette caractéristique permet notamment de conserver les feuilles lors de la récolte de légumineuses.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article