[Vidéo] Essai télescopique JCBMarcel Prin : « La série III offre un confort et une visibilité hors pair !»

| par | Terre-net Média

Il suffit de s'installer aux commandes du télescopique JCB 532-70 AgriPro pour constater le travail de titan qu'ont abattu les ingénieurs de la marque. Le confort règne en maître. Montée facilitée grâce à l'ouverture de la porte, visibilité offerte par l'absence de planche de bord et le toit panoramique, fonctions hydrauliques... il a tout d'un grand selon Marcel Prin, éleveur de vaches laitières dans les Hauts-de-France. « Cette fois, ce n'est pas que du marketing. Les ingénieurs ont écouté les remontées du terrain. Et le résultat est bluffant ! »

Cliquez sur la vidéo pour la lancer

La rédaction a voulu tester le dernier-né de la gamme de télescopiques JCB, la série III. Comme c'est désormais coutume chez Web-agri, ce ne sont pas les journalistes qui essaient les machines, mais directement les éleveurs. Rendez-vous donc dans une exploitation agricole pour vérifier si les performances de la machine correspondent à celles mises en avant par le constructeur. C'est Marcel Prin, jeune retraité de l'EARL éponyme, installé à Équirre dans le Pas-de-Calais, qui s'installe aux commandes. Objectif : vérifier si la nouvelle cabine offre effectivement plus de confort. Accès à bord, visibilité, ergonomie des commandes, bruit, fonctionnalités... tout va y passer ! Et autant dire que vu l'expérience de Marcel, l'engin a plutôt intérêt d'être au top !

« Pour l'éleveur, réduire la pénibilité du travail n'est pas du luxe. Monter, descendre du télescopique... c'est une opération que l'on répète minimum 20 fois par jour ! Et je ne suis plus tout jeune », souligne le retraité. Et d'ajouter : « J'attends beaucoup de cette cabine. À peine installé aux commandes, facile de remarquer le travail titanesque réalisé par le constructeur. Le résultat est bluffant ! », insiste Marcel l'air conquis.

Pas besoin de se contorsionner, ça passe tout seul

D'abord l'accès à bord. L'ouverture de la portière est plus large qu'auparavant, offrant un passage plus dégagé. « Plus besoin de se contorsionner, ça passe tout seul », indique-t-il. Dans le même temps, la taille de l'habitacle augmente de 12 % par rapport à l'ancienne génération. Sans compter que le travail réalisé point de vue visibilité améliore aussi le sentiment de grandeur. Adieu la planche de bord imposante regroupant affichages et commandes. Place à la petite tablette permettant de paramétrer l'ensemble des fonctions de l'engin. « Chaque commande est à portée de main, c'est moins fatiguant ! », relate encore Marcel. Sans oublier de préciser qu'avec l'âge avançant, tout ce qui diminue la pénibilité du travail est très apprécié.

50 % de bruit en moins dans la cabine

Question bruit, là encore, les ingénieurs de la marque ont planché sur le sujet. Résultat : le silence règne en maître à bord. « Même le bip de recul est quasi inaudible depuis le siège. » Pourtant, de l'extérieur, autant dire que le son est strident ! Selon la marque anglaise, le niveau sonore a été divisé par deux. « Ils sont allés très loin. Par exemple, les pédales de freins et d'accélérateur sont désormais suspendues pour limiter les trous dans la structure de la cabine. Cela évite ainsi au bruit de s'y engouffrer ! », ajoute le fermier et son stagiaire.

« La visibilité n'est pas en reste ! À l'image du pare-brise panoramique qui limite considérablement la fatigue aussi. Le conducteur garde en permanence un œil sur l'accessoire, quelle que soit sa position. Et ça, sans avoir à se tordre dans tous les sens ! Un avantage quand il est question de manipuler des balles de foin ou de paille toute la journée ! », apprécie le paysan. À noter également la refonte complète du système de chauffage, de ventilation et d'air conditionné. Selon le constructeur, le dispositif diminue de 66 % le temps de dégivrage et offre 10 % de capacité de ventilation en plus. « Le matin, plus besoin de démarrer le système 15 min avant pour dégivrer les vitres et y voir clair », apprécie l'agriculteur.

5,97 l/h en moyenne sur 2,5 millions d'heures de test

Sous le capot, les ingénieurs installent le moteur maison baptisé EcoMax. Il répond évidemment aux exigences de la norme d'émission Tier 4F grâce à la technologie SCR et de l'AdBlue. Particularité : pas besoin de filtre à particules. Ce qui limite la facture d'entretien. Question puissance, le moteur développe 145 ch. De quoi entraîner sans difficulté la transmission DualTech VT, une sorte de boîte 2 en 1 qui allie la précision de l'hydrostatique de 0 à 19 km/h, et les performances du Powershift dès que la vitesse dépasse 19 km/h. Le tout de manière totalement transparente pour l'opérateur.

« L'hydrostatique amène la douceur et la précision nécessaires pour les travaux de manutention. Inutile de garder le pied sur la pédale de freins, il suffit de lâcher l'accélérateur pour que la machine s'arrête ! Là encore, c'est confortable surtout lorsqu'il s'agit d'empiler des bottes de paille ou de fourrage. Et sur la route, le bolide ne manque pas de pêche grâce au Powershift, qui amène la puissance. Lancé à plein régime, il dépasse 40 km/h ! », indiquent en chœur Marcel et Thomas, le stagiaire de la ferme.

Dans les descentes, idem. La transmission ralentit le chariot dès que la pédale d'accélérateur est relâchée. Selon JCB, « la transmission DualTech VT réduit la consommation de carburant d'environ 15 %. C'est le résultat de plus de 2,5 millions d'heures de tests, réalisés dans des fermes à travers le monde. Du coup, la consommation moyenne est de 5,97 l à l'heure. »

Pack Smart hydraulic : des temps de cycle plus courts

Le pack Smart Hydraulic améliore les temps de cycle de 19 % et fluidifie les mouvements. « Sur le joystick, une des commandes pilote le secouage automatique de la benne. Au fumier, le système est efficace et facilite la manœuvre pour décoller la matière collée. Plus besoin de secouer le levier pour vider complètement la multi-benne, c'est pratique », souligne Marcel. En outre, plus besoin de couper le moteur pour décompresser le circuit avant de changer d'accessoire. Le bouton situé juste devant la cabine permet de supprimer la pression de la ligne auxiliaire pour atteler/dételer sans effort.

Toujours pour gagner du temps, l'amortisseur de fin de course du mât supprime une contrainte supplémentaire pour l'opérateur. Sans compter le système SRS, la suspension de flèche à activation automatique. Dès que la vitesse du télescopique dépasse 4 km/h, la technologie s'active sans intervention du conducteur. La marque propose son correcteur de dévers en option. Avantage : le pont avant contre la déclivité du terrain pour faciliter le positionnement de la charge. 

Les ingénieurs ont tenu compte des remontées du terrain

Marcel connait bien la marque. Pour preuve, le fermier en est à son troisième télescopique JCB. « Pour une fois, ce n'est pas que du marketing. Les ingénieurs ont tenu compte des remontées du terrain. Par exemple, la soufflerie du système de refroidissement. Auparavant, le ventilateur était orienté vers le bas. En entrant dans un bâtiment poussiéreux, le nuage de poussière autour de l'engin montrait aussitôt la bêtise. Là, c'est corrigé puisque le dispositif crache l'air chaud vers le haut ». Fini la poussière inutile. D'autant plus que ce n'est bon ni pour la machine, ni pour l'opérateur. Même si celui-ci bénéficie de la climatisation automatique, « c'est agréable de pouvoir travailler vitres ouvertes ! », termine l'éleveur.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 4 RÉACTIONS


jcb
Il y a 105 jours
pour l'accès à la cabine , il y a quand même mieux ...............et question peinture sur la noire , cela fait des années que c'est de la vraie daube j'ai une machine qui n'a même pas un an et ça cloque de partout c'est une HONTE .
Répondre
Jerome TASSART
Il y a 113 jours
des 530.70 puis des 531.70 dans la cour, plus de 27.000 H de travail.
le meme chassis,le meme bras depuis 20 ans (ce qui est bon ne ce change pas) .
un moteur jcb au lieu du perkins,des ponts a deux bale au lieu des ponts de tractopelle,une cabine designe et va y que j augmente de 50 000 euros le prix en 20 ans. Grace a la flambée du prix du lait on paye ca les doigt dans le nez!!!
Répondre
vince
Il y a 118 jours
ce serait bien de corriger les fautes dans la vidéo
Répondre
Xavier
Il y a 118 jours
Il y a sûrement erreur dans votre article. Pour un tel niveau de puissance et pour répondre à la norme Stage V Européenne, le moteur est obligatoirement équipé d'un filtre à particules. C'est la version FT4 US qui doit être équipée uniquement d'un SCR.
Répondre