Claas Torion SinusLa quatrième gamme de chargeuse à pneus débarque !

| par | Terre-net Média

Claas profite de son partenariat avec l'Allemand Liebherr pour élargir son offre de chargeuses à pneus. Trois modèles supplémentaires débarquent avec une particularité : elles bénéficient d'une direction à articulation centrale combinée aux roues arrières directrices. Un dispositif automatique qui réduit l'angle d'articulation et augmente la stabilité et la charge utile de la machine.

Chargeuse à pneus Claas Torion SinusLes trois nouvelles chargeuses à pneus de Claas bénéficient d'une direction combinant l'articulation centrale et les roues arrières directrices. (©Terre-net Média)

Claas étoffe sa gamme de chargeuses à pneus grâce aux trois nouvelles Torion Sinus, de 5,6 t à 9 t de capacité de levage. Signe distinctif : leur nouvelle direction offrant plus de maniabilité et surtout une charge utile en hausse. Sans oublier la vitesse de déplacement, qui désormais atteint 40 km/h ! Côté puissance, les agriculteurs ont le choix entre les Torion Sinus 956, 644 et 537. Elles se situent entre la version compacte Torion 535 et la moyenne gamme Torion 1177. Au total, le constructeur commercialise déjà 10 modèles spécialisés pour l'agriculture.

Engin plus stable et charge utile plus lourde

La direction de la machine combine l'articulation centrale et les roues directrices à l'arrière. Dans cette configuration, la maniabilité augmente et l'angle d'articulation maximal entre les parties avant et arrière n'excède pas 10°. Résultat : l'engin est plus stable et sa charge utile plus importante.  

Le dispositif possède un lien mécanique entre la partie avant et l'essieu directeur arrière. Du coup, dès que l'opérateur tourne le volant, le vérin hydraulique de l'articulation centrale braque automatiquement les roues arrières. L'amortisseur de l'articulation centrale intégré oscille et garantit le confort de l'opérateur, surtout à vitesse élevée. À noter aussi que sur le plus gros modèle, l'essieu arrière pivote de 5°.

Confort, visibilité et ergonomie

En cabine, l'opérateur retrouve le confort habituel à la marque. Les portes s'ouvrent à 180° et se bloquent dans cette position pour ne pas obstruer la visibilité. L'espace est suffisant, quelle que soit votre taille. Le terminal de commande de la Torion Sinus 956 bénéficie d'un écran couleur de sept pouces. Sa taille diminue à quatre pouces sur les deux autres modèles. Pour ne pas obstruer la vision du conducteur, les ingénieurs l'installent sur le montant droit. Celui-ci affiche les informations essentielles à la conduite telles que la gamme de vitesse engagée, le régime du moteur, le niveau de carburant... L'écran affiche aussi l'image de la caméra de recul si l'engin en bénéficie. Enfin, la colonne de direction a été épurée ; plus aucun instrument ou commutateur ne l'encombre, favorisant aussi l'ergonomie du poste de commandes.

Sous le capot de la Torion Sinus, deux motorisations selon la puissance choisie. Les versions 537 et 644 reçoivent le moteur Yanmar de 3,3 l de cylindrée, délivrant 73 ch. Il répond évidemment aux exigences de la norme d'émission Stage V grâce au filtre à particules et à la technologie SCR. Sur la version plus puissante, le constructeur opte pour le bloc DPS de 4,5 l de cylindrée développant 106 ch. Tous les éléments nécessitant un entretien régulier sont accessibles grâce à l'installation du moteur en position transversale. En option, le fermier peut choisir l'inversion automatique du ventilateur de refroidissement. L'équipement permet de nettoyer le radiateur par une simple inversion du sens de rotation de la pale de ventilation. Une fonction intéressante surtout si la machine travaille en milieu poussiéreux ou en présence de paille par exemple. 

Transmission hydrostatique à deux gammes synchronisées

La transmission hydrostatique à deux gammes synchronisées facilite le travail en continu nécessitant de la précision. Elle offre une plus grande force de poussée et une maniabilité accrue. Sans oublier la vitesse de déplacement importante grâce à l'homologation 40 km/h (dans les pays où la réglementation autorise cette vitesse). Le mât de levage "High Lift" soulève la charge jusqu'à 3,79 m, une hauteur suffisante pour empiler les balles dans un hangar ou remplir la mélangeuse, l'épandeur ou le digesteur.

La cinématique en Z augmente la force d'arrachement et la vitesse de bennage. Elle est conçue pour être facile à utiliser, même avec des fourches à palettes. Comme sur ses petites-sœurs déjà commercialisées, le porte-outils TPZ est compatible avec de nombreux accessoires. Il suffit de verrouiller/déverrouiller le système hydraulique pour atteler ou dételer.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article