Maschio GaspardoLa filiale française quitte La-Ferté-Saint-Aubin pour s'installer à Beauvais

| par | Terre-net Média

Maschio Gaspardo France quitte son site ouvert en 1983 par Edigio Maschio pour rejoindre le pôle agro-équipement du Beauvaisis. Michel Schietequatte, dirigeant de la filiale depuis 2017, compte bien profiter de l'occasion pour booster les ventes et atteindre 50 millions d'euros de chiffre d'affaires en France d'ici 2024. Détails.

Andrea Machio et Michel SchietequatteAndrea Maschio (à gauche) et Michel Schietequatte (à droite), visent 50 millions de chiffre d'affaires en France d'ici 2024. (©Terre-net Média)   

Maschio Gaspardo vient d'annoncer le déménagement de sa filiale française. Le constructeur italien quitte donc le Loiret, où il s'était installé en 1983. Le père de Mirco et Andrea Maschio, les deux dirigeants du groupe, avait créé la filiale de La-Ferté-Saint-Aubin en 1983. 27 ans plus tard, la marque rejoint le pôle agro-équipement de Beauvais (Oise). L'annonce de la fermeture avait d'ailleurs une saveur particulière pour les deux frères qui avaient perdu subitement leur père en 2015. Edigio s'était donné la mort suite aux problèmes financiers de l'entreprise.

Les locaux actuels sont revendus à une société spécialisée dans l'entretien de groupes électrogènes. Elle devrait prendre possession des lieux en juillet prochain, date à laquelle l'équipe française s'installera à Beauvais. Selon Michel Schietequatte, directeur de la filiale : « L'ancien site assure des fonctions de centre logistique, par lequel les machines vendues en France transitent avant de rejoindre les concessions. Une étape sans valeur ajoutée pour l'entreprise ! Désormais, les outils arriveront directement des usines italiennes chez les revendeurs. »

Maschio Gaspardo rejoint le pôle agro-équipement du Beauvaisis

Caroline Cayeux, maire de Beauvais, et la région Hauts-de-France, ont affiché une motivation importante pour accueillir le constructeur. Une belle opportunité pour le maire de poursuivre le développement du pôle agro-machinisme de la communauté d'agglomérations du Beauvaisis, déjà bien occupé grâce à l'usine Massey Ferguson, UniLaSalle, Isagri, AgriLab' et le Cetim. En particulier à l'approche des élections municipales.

La construction est déjà en cours. La surface accueillera 400 m² de bureaux, 300 m² de showroom et 200 m² de salles de formation. Ce dernier espace pourra se transformer facilement en salle de réception grâce aux cloisons amovibles. De quoi recevoir le réseau de concessionnaires lors d'événements ou de lancements produits. Le directeur prévoit évidemment de se développer et garde la possibilité d'étendre les installations grâce à l'étage, facilement aménageable pour recevoir 200 m² de bureaux supplémentaires.

Objectif : 50 millions d'euros en 2024

Michel Schietequatte, arrivé en 2017, enregistre déjà de bons résultats. Le chiffre d'affaire progresse chaque année : 20 millions d'euros en 2017, 25 en 2018 et 29,2 en 2019. Cependant, le quinquagénaire a encore du chemin à faire. Son objectif est de franchir la barre des 50 millions d'euros d'ici 2024. 

Point de vue ambition, le groupe devrait s'appuyer sur les bons résultats enregistrés en Allemagne. En effet, c'est le plus important marché de l'italien, qui annonce 30 % de parts de marché en semoir monograine, 28 % en herse rotative et 15 % en semoir à céréales. L'équipementier estime donc bénéficier d'une marge de progression sur des marchés pourtant déjà très disputés, comme celui du déchaumeur ou du pulvérisateur.

21 recrutements d'ici 2024

Enfin, côté personnel, tous les salariés de la structure actuelle devraient suivre le mouvement et s'installer dans l'Oise. Seule une personne ne fera pas le déplacement et profitera de sa retraite en 2020. À souligner aussi que l'entreprise annonce 21 créations de poste d'ici 2024 pour doper l'équipe à 50 personnes et atteindre l'objectif de chiffre d'affaires. 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


MARIUS
Il y a 59 jours
Déshabiller Pierre pour reabiller Paul.
Répondre