Paroles de lecteursÊtes-vous plutôt chargeur, télescopique ou valet de ferme ?

| par | Terre-net Média

Chargeur frontal à l'avant du tracteur, télescopique ou chargeuse : chaque engin a ses avantages et ses inconvénients. Mais les lecteurs de Web-agri semblent préférer...

les lecteurs de web agri preferent ils un chargeur un telescopique ou un valet de ferme « Il faut un juste milieu entre le sur et le sous-équipement », pointe Taxi. (©Twitter - @farmers3b, @bigard_q, @agric15 // Création Terre-net Média) 

Massol, lui, « loue un télescopique deux à trois jours par an et utilise son tracteur de ferme, un Same Centauro 70 avec chargeur et dérouleuse,  à peine 10 heures par mois ». « La ferraille, surdimensionnée et inadaptée aux exploitations, est la gangrène de l’agriculture française, estime-t-il. Sans compter le coût horaire, le bilan carbone, la destruction des sols... tout ça pour vendre des céréales à 150 €, des veaux à 1 000 € ou du lait à 350 € ! Faut pas pleurer si vous êtes surendetté, il y a une forte corrélation entre le niveau d’équipement et l’EBE... »

Un tel coût horaire pour des céréales à 150 €, des veaux à 1 000 € ou du lait à 350 € !

titian reconnaît que « le coût horaire est un bon outil pour choisir un matériel agricole (...) » mais nuance : « la location du télescopique ne doit pas être donnée ? » « Attention toutefois, même si certains écervelés flambent avec excès, il faut ce qu'il faut... », c'est-à-dire un minimum d'équipement pour travailler.

Les télescos « hors de prix »...

Poly est d'accord avec lui : « OK pour ne pas surdimensionner le matériel sur nos fermes, mais avec rien, on ne fait rien. Chez nous, un tracteur de 80 à 100 ch avec un chargeur et un télescopique en Cuma pour 80 h/an suffisent. Les télescos sont hors de prix à l'achat et en entretien ! »

Voir la vidéo de l'essai du télescopique JCB série III : Marcel Prin : « Un confort et une visibilité hors pair ! »

Taxi renchérit : « Faut voir les investissements en matériels agricoles que certains font... des fous ! Et d’autres sont totalement sous-équipés. Des tracteurs avec les phares qui tombent par terre quand tu claques les portes, quand tu vieillis, tu commences à en avoir marre. Il faut un juste milieu et pourquoi pas préférer déléguer les gros chantiers à une ETA. »

OK pour ne pas surdimensionner le matériel, mais avec rien, on ne fait rien !

... mais polyvalents

Quant à Jmb67, il « utilise un petit télescopique de chez Weidemann, qui passe partout ». « Il charge la mélangeuse et la remorque de fumier, repousse la ration, empile jusqu'à cinq bottes de foin ou de paille les unes au-dessus des autres et le jour où vous avez une vache par terre, il se faufile pour la relever et l'emmener jusqu'au box de soin. Une multitude d'outils disponibles, donc pas besoin de robot ! »

Il se faufile partout !

Maec lui demande : « Quel est ton modèle de télescopique ? »

Jmb67 répond : « Un Weidemann T 4512. » Il précise : « Il fait plus de 100 heures par mois pour un investissement de 37 000 €. »

Hautot Nicolas intervient : « Pourtant, il y en a qui sont heureux de nous dire que leur télesco tourne 1 000 h/an. »

Massol pose alors la question : « Et quel est le coût horaire d’un telesco ? ». Avant d'ajouter : « Je ne comprends pas comment on peut passer 100 h/mois là-dessus. »

Bzh poursuit : « Un MLT 634 coûte, en moyenne, 4000 €/an en entretien et panne sur huit ans. Il totalise 9 000 h au compteur, soit 1 100 h environ par an. Encore 2000 h et on signe pour un 635. »

1 000 h/an de travail...

« En effet, la moitié − 50 h/ mois − pour de la manutention me semble beaucoup, juge titian. Même avec godet mélangeur ! »

Franck 15 possède un Weidemann T 4512 comme Jmb67 et en est content. « 400 h par an et une consommation de 2,5 l/h ! Il passe partout, et il est simple et fiable. C'est l'équivalent de ton vieux tracteur @Massol avec, en plus, des capacités hydrauliques, une excellente maniabilité et un très bon débit de chantier... »

Mon dos, mes épaules et mes articulations me remercient.

Massol le coupe : « Sauf qu'avec un tracteur et un chargeur à l'avant et une dérouleuse à l’arrière, pas besoin de dételer ! »

franck15 rétorque : « Rien n'est parfait @Massol ! Mais au niveau de l'accès à la cabine, il n'y a pas mieux qu'un petit télescopique !! Il sert de tracteur chargeur mais aussi de brouette et de fourche. Un vrai confort de travail !!! Mon dos, mes épaules et mes articulations me remercient. Depuis que je l'ai, je force beaucoup moins et j'ai gagné en pénibilité et ça, ça n'as pas de prix... »

Massol revient à la charge : « @Bzh, avec les assurances et les amortissements, le prix de revient est supérieur au coût d’entretien. 1 100 h/an, c’est 3 h/jour, je trouve ça hallucinant !! »

... Tout confort !

Il seconde mon tracteur de tête.

titian le rejoint : « C'est clair, 1 000 h/an rien qu'en manutention, ça me paraît énorme et 10 h/mois avec un tracteur vraiment très faible. Je suis équipé d'un tracteur de 95 ch avec chargeur et godet mélangeur à l'arrière. En six mois, il a fait 350 h. Contrairement à un télescopique, l'engin seconde mon tracteur de tête (11 ans, 7 000 h) : il a fait les foins, un peu de semis, des traitements et même un peu de tonne à lisier. »

steph72 fait remarquer : « Par chez nous, ce sont surtout les aviculteurs qui ont des télescos, cela leur évite d'avoir un tracteur sans cabine. En bovins, un bon tracteur chargeur fait l'affaire : il est polyvalent et le coût d'entretien est moins élevé. »

« Voyez toute la flotte que vous transportez dans les ensilages, les lisiers, les fumiers frais et réfléchissez comment en transporter moins et vous verrez vos heures de tracteur s’écrouler !!, lance enfin Massol. Vous comprendrez également comment il est facile de repousser de l’enrubannage sec ou du foin. Une alimentation mélangée amène une efficacité alimentaire comprise entre 5 et 10 % mais à quel prix ! » « Cherchez l’optimum et non le maximum », conclut-il.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article