Méthanisation Ferti OiseDu gaz pour fabriquer de l'engrais, stocker du carbone et créer des emplois

| par | Terre-net Média

Le neuvième site de méthanisation de la région Hauts-de-France injecte du biométhane directement dans les tuyaux du réseau GRDF. Celui-ci est fabriqué grâce à 20 000 m3 de déchets végétaux ou de cultures intermédiaires (Cive). Un cercle vertueux puisque la technique limite la présence d'adventices dans les parcelles, stocke du carbone dans le sol, fertilise les cultures et produit du gaz vert pour chauffer environ 3 500 foyers, le tout localement, sans nuire au voisinage et en créant des emplois.

Unité de méthanisation Ferti Oise à Coudun (Oise)L'unité de méthanisation Ferti Oise de Coudun injecte XX Nm3 de méthane vert dans le réseau GRDF. (©GRDF) 

Installé à Coudun près de Compiègne (Oise) depuis juin 2018, le projet de méthanisation baptisé Ferti Oise a permis à quatre exploitants (Grégoire Lhotte, Alain Drach, Pierre-Henri Roland et Benoît Levasseur) de se diversifier en devenant producteurs de gaz vert. Au total, 6 millions d'euros ont été investi dont 12 % financé par le Feder.

9e site d'injection directe des Hauts-de-France

Grâce à ce 9e site d'injection directe, la région Hauts-de-France confirme son engagement en faveur du biométhane. Dans la tête des exploitants, l'objectif est clair : devenir leur propre fabricant d'engrais naturel plutôt que de recourir aux produits minéraux ou chimiques. La réduction des achats devrait être comprise entre 60 et 90 %, d'où une baisse drastique des charges de l'exploitation.

Le digesteur doit ingérer des produits d'origine végétale uniquement et les transformer en gaz vert à raison de 250 Nm3/h. Cette année, le dispositif devrait valoriser 20 000 t de cultures intermédiaires à valorisation énergétique (Cive), de déchets et de résidus de cultures. À terme, l'installation prévoit d'absorber jusqu'à 30 000 t par an pour produire du méthane et alimenter environ 3 500 foyers en chauffage, eau chaude et cuisson. Chaque jour, l'estomac en béton de 6 000 m3 avale et dégrade 50 t de déchets. Pendant 60 jours, les aliments sont brassés à une température comprise entre 40 et 42 °C. Le biogaz est déshydraté, désulfuré et décarbonaté avant de rejoindre le réseau.

20 000 m3 pour fertiliser les parcelles de la ferme

Côté digestat, il en ressort environ la même quantité, soit 20 000 m3, qui rejoindront les parcelles de la ferme pour fertiliser les cultures. Autre avantage de la technique : la transformation est inodore ! Aucune gêne olfactive pour le voisinage puisque tout se passe dans une enceinte hermétique.

Outre le côté renouvelable de l'énergie, c'est une source de revenus stable et supplémentaire pour les 15 prochaines années. Une méthode intéressante pour pallier la volatilité des prix des productions agricoles. Sans oublier que le gaz est produit localement et que la gestion du site a permis la création d'emplois.

Moins d'adventices et plus de carbone dans le sol

L'agriculteur produit du maïs, des céréales immatures et du sorgho en intercultures. Les cultures captent l'énergie solaire et le COgrâce à la photosynthèse. L'enracinement des plantes limite l'érosion du sol. Celui-ci reste couvert, ce qui limite la prolifération des adventices. Dernier point : la couche arable est enrichie en carbone grâce aux apports de digestats.  


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 25 RÉACTIONS


The germs
Il y a 27 jours
Je trouve que nombre de commentaires sont quand même bien hypocrites. Aujourd'hui, si la métha est l'eldorado pour certains, c'est aussi parce que produire des aliments pour la consommation humaine n'est plus rentable!! Point barre.
Vous connaissez beaucoup de salariés qui continueraient à faire 70 heures semaines, sans vacances, pour ne gagner quasiment rien??.
Moi la métha ne me fais pas rêver, mais je comprends que certains se laisse tenter par une meilleur rémunération avec moins d'heures à la clefs!!!!

Quelles solutions a-t'on autrement pour bien vivre, sans faire plus d'heure? Vente directe? de qui se moque t'on!
Vendre nos produits en directe ne fais pas augmenter le prix de vente de l'aliment en question! C'est un leurre inventer par certains syndicats en manque de solutions pour l'agriculture.
Répondre
Dodo
Il y a 31 jours
Tout est faux dans cette article.cet article oublie l'ensemble des effets négatifs. Soutenez reporterre. net et de grâce regarder les agriculteurs Allemand qui n'ont plus de terres sauf les majors ou industriels
Répondre
Ingalls
Il y a 32 jours
Faudrait peut-être cesser de prendre les agriculteurs methaniseurs en exemple !!
La methanisation ce n'est pas de l'agriculture ! L'agriculture c'est d'abord la production d'aliment pour la consommation humaine que ce soit directe (céréales, lait, viande) ou indirecte (fourrages pour le troupeau, etc).
La methanisation c'est juste une diversification à la mode prônée par le syndicat majoritaire qui veut à tout prix faire les mêmes c... en France que chez nos pays voisins !
Mais si ça vous intéresse tant que ça de nous pondre des articles là dessus toutes les semaines, pensez à une éventuelle reconversion, web énergie par exemple....
Répondre
Daniel Chateigner
Il y a 32 jours
Il est grand temps d'arrêter de se servir des sols comme carburant ! Ils s'appauvriront, et plus rien n'en sortira à terme. Il est faux de dire que le digestat remplace les engrais chimiques, car c'est un engrais chimique ! En gros on subventionne à 1M€/emploi direct créé, pour que les agriculteurs économisent sur les engrais et produisent de l'énergie. La seule affirmation vraie dans cet article est que les agriculteurs deviennent producteurs de gaz. Donc que la France perd sa souveraineté énergétique.
Lisez les fiches pédagogiques des scientifiques:
Le CSNM
https://twitter.com/CSNM9 ou https://www.facebook.com/groups/CSNMraison/
Signez et partagez, quelques politiques conscients nous suivent:
http://chng.it/XGKyGFrJdJ
Répondre
Défroqué
Il y a 32 jours
Dans ma région il y’a quelques unes de ces belles machines. Souvent c est associatif et comme dans le jeu il y’a la tête et les jambes ! J en ai plutôt une en mémoire : l une des premières de France ( car bien placé) beaucoup , beaucoup de fonds publics et maintenant ces gens là sont devenus des notables où les banques prêtent sans retenue çar dans ce cas pour tenir la rentabilité on est passé de 250 à 500kw . On leur prête pour acheter des terres à des prix... et faut bien nourrir la bête... et évacuer les déchets.... et petite histoire comme il y’a beaucoup de déchets ( digestat) on en pose .... bilan la vie du sol .. hum..... Alors c est ça la methanisation ? Messieurs les politiques au lieu de vous laisser aveugler pour une fois utilisez l argent public sur des études approfondies et neutres cela sûrement un très bon investissement pour l avenir
Répondre
choubaka
Il y a 32 jours
la méthanisation est déjà subventionnée à la construction et par le tarif de rachat de l'electricité ou du gaz. .serait ce rentable sans cela?IL FAUDRAIT SUPPRIMER les aides PAC pour les ha qui vont direct dans le méthaniseur!(elles ont été crées pour soutenir la production destinée à l'alimentation!!)
Répondre
pipo
Il y a 31 jours
Les céréaliers qui bénéficient des excellents prix d'il y a plus de 40ans!! c******** de «très drole».
Répondre
Très drole
Il y a 32 jours
A la base c'était pour valoriser le lisier fumier des éleveurs, ajd ça profite a des céréaliers qui ont déjà de quoi bien dormir la nuit. De plus, comment peut-on stocker du carbone dans le sol en exportant les plantes ? Je serais bien curieux de voir réellement sur le terrain l'évolution de la MO. Enfin, le digestat est dans certain cas un poison pour le sol détruisant toute la biologie et donc le tue. Bref encore des agriculteurs qui veulent faire du business sans voir les conséquences.
Répondre
rebelle
Il y a 33 jours
ce qui n est pas dit dans le sujet ,à savoir c est qui qui paye la facture
Le développement du biogaz se fait au prix fort, avec un coût de rachat de 162 € du mégawattheure, contre 74 € pour l’éolien terrestre, 110 € pour la petite hydroélectricité, 120 € pour le bois-énergie. Il est cependant moins coûteux que les énergies marines : 217 à 220 € pour l’éolien posé et flottant.
Répondre
titian
Il y a 32 jours
"ce qui concerne le sol "
"il ne faut pas oublier le bilan énergétique"
Répondre