Télescopique Claas Scorpion 741Anthony Bucher : « Polyvalence et débit de chantier garantis ! »

| par | Terre-net Média

Anthony Bucher, éleveur de vaches charolaises à Vern-d'Anjou dans le Maine-et-Loire, vient de tester le nouveau télescopique Claas Scorpion 741 VariPower sur son exploitation agricole. Débit hydraulique important, confort et sécurité de l'opérateur, puissance moteur et capacité de traction, attelage automatique, caméras de recul... le jeune producteur a tout passé en revue. Le télescopique élu "Machine de l'année 2018" mérite-t-il vraiment son titre ? Réponse après une semaine de mise à l'épreuve.

Cliquer sur l'image pour démarrer la lecture de la vidéo.

A nthony Bucher a accepté de tester le nouveau télescopique Claas Scorpion 741 VariPower en conditions réelles sur son exploitation. Une tâche importante puisqu'il va devoir vérifier si les performances de l'engin répondent à ses besoins quotidiens en termes de manutention. Une semaine. C'est le temps dont il dispose pour ausculter la bête sous toutes les coutures. Moteur, transmission, capacité hydraulique, confort, visibilité... les arguments qui ont fait la différence lors de l'élection "Machine de l'année 2018" sont-ils justifiés ?

La première réaction de l'éleveur : « la polyvalence de la machine ». Selon Anthony, l'engin est à l'aise partout. Que ce soit pour charger de la paille, remplir le bol mélangeur pour préparer la ration des animaux, charger du fumier... le Scorpion est agile. Sans compter le confort en cabine, la visibilité à bord et la simplicité de prise en main du joystick. » 

Visibilité assurée sur la flèche grâce au toit panoramique

Le toit panoramique offre une bonne visibilité sur l'accessoire et la flèche, quelle que soit sa position. « L'essuie-glace est bien conçu. Il balaie bien la surface et nettoie aussi la vitre du toit panoramique. En cas de pluie ou de travail en conditions poussiéreuses, l'opérateur garde un œil sur son outil. »

Le modèle testé bénéficie de deux caméras. Elles rehaussent la visibilité du chauffeur vers les zones dites "d'angle mort". « L'idée est bonne. En marche avant, l'écran affiche les images de la zone avant droite. Je vois bien là où habituellement la vue est obstruée par la flèche. Dès que j'inverse le sens de marche de l'engin, l'affichage bascule automatiquement sur la caméra arrière. C'est cool, il n'y a rien à faire. Je reste concentré sur mon travail tout en étant en sécurité. Le plus souvent, je travaille seul alors grâce à la caméra, je me débrouille pour atteler le plateau à paille. Besoin de personne, je suis autonome. Sans oublier le crochet automatique, grâce auquel c'est un jeu d'enfant ! Plus besoin de descendre, sauf pour connecter la prise d'éclairage et les flexibles de freins hydrauliques », détaille le jeune agriculteur convaincu par l'intérêt du dispositif.

Petit bémol côté tableau de bord

Petit bémol tout de même côté affichage. Selon Anthony, « les cadrans du tableau de bord ne sont pas précis. Difficile de connaître précisément la vitesse à laquelle je roule. Certes, ce n'est pas un tracteur mais j'aime savoir à combien je roule. Avec un tableau de bord digital, la marque aurait ajouté un brin de modernité à sa machine. Dommage ! », regrette le producteur.

Les ingénieurs de la marque ont installé une ceinture de phares à Led. De quoi éclairer à 360° autour du télescopique. « Je n'ai pas travaillé la nuit, seulement au crépuscule. Ceci dit, j'ai aussitôt constaté que ça arrose ! Et encore, je n'avais pas tout allumé mais autant dire que c'était comme en plein jour ! Là encore, c'est un détail important pour moi de travailler en sécurité », termine le jeune producteur.

Sous le capot, le moteur Deutz de 3,6 l de cylindrée développe 136 ch. Une puissance suffisante pour les capacités de la machine selon l'agriessayeur. Côté consommation, Anthony ne l'a pas mesurée pendant le test. Du coup, pas de chiffre. « À vue de nez, elle ne me semble pas plus élevée qu'avec les machines des autres marques. Je ferai attention en faisant le plein de carburant », explique l'éleveur.

Centrale de graissage automatique : un système intéressant

Autre option : la centrale de graissage automatique. « C'est un équipement vraiment intéressant. Je ne risque pas d'oublier de graisser ma machine puisque c'est automatique. Du coup, le matin je gagne du temps et mes factures d'entretien diminuent. Que  voulez-vous de plus ? », rétorque t-il.

« Grâce au tablier à quatre points d'ancrage spécifique à la marque et au verrouillage automatique en cabine, plus besoin de descendre de la machine pour changer d'accessoire. Là encore, je gagne du temps. Passer de la benne multifonction à la pince à balle ronde prend deux secondes ! La polyvalence et la productivité montent d'un cran avec ce système », conclut-il.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article