[Space TV] Ensilage shredlageClaas : « Les essais confirment : plus 1 l de lait par jour et par vache »

| par | Terre-net Média

Shredlage : une technique d'ensilage qui a fait couler beaucoup d'encre depuis son lancement il y a un an. Gain de productivité et de qualité laitière, troupeau en meilleure santé... autant d'arguments que Claas doit mettre en évidence pour prouver aux éleveurs européens que la méthode développée par deux nutritionnistes américains fonctionne aussi outre-Atlantique. Après un an de tests, réalisés en conditions réelles sur des fermes expérimentales, les résultats confirment. C'est du moins ce que Simon Badouard, chef produit ensileuse de la marque, a expliqué sur le plateau de la Space TV à Rennes.

Cliquer sur l'image pour lancer la vidéo.

Web-agri : L’année passée, Claas a présenté une technique d’ensilage innovante appelée Shredlage. Simon, peux-tu d’abord expliquer en quoi consiste cette méthode ?

Simon Badouard : Shredlage est un terme déposé et breveté qui appartient à la marque. La méthode réside essentiellement dans le cœur de l’ensileuse, l’éclateur. Il est rainuré d’une manière spécifique et possède un différentiel de vitesse important, de l’ordre de 50 %. Cela permet de travailler le fourrage différemment d’un éclateur classique. L’agriculteur ensile des brins de plus de 20 mm de longueur, là où la moyenne se situe entre 14 et 15 mm. Le dispositif pulvérise les grains et défibre le produit. Du coup, la quantité de reflux des animaux est très faible, quasi inexistante.

Web-agri : Au moment du rachat, Claas a annoncé des gains de performance significatifs dans la production. Après une année de tests grandeur nature dans des exploitations françaises, qu’en est-il en termes de productivité laitière, de qualité du lait et de santé animale ?

S. Badouard : Effectivement, le principe Shredlage, originaire des États-Unis a été développé en 2010 par des nutritionnistes américains. Sept ans d’essais et de développement nous permettent d’affirmer les bons résultats techniques. En parallèle, nous savons que ce qui est vrai là-bas ne l’est pas forcément en Europe. Du coup, des tests ont été menés l’an dernier dans des fermes expérimentales et l’éclateur a été installé sur deux ensileuses.

Le résultat est à la hauteur de nos attentes : les brins plus longs engendrent une meilleure rumination des vaches. Une vache qui rumine est un animal en bonne santé, et une vache en bonne santé profite d’un potentiel de production supérieur. Dans les fermes témoins, le gain de production est d’environ 1 l de lait par bête et par jour. Les taux TB et TP sont en hausse également.

Il faut évidemment tenir compte de la situation de départ de l’exploitation. L’ensilage Shredlage comporte plus de fibre et d’énergie. Parfois, il est nécessaire de recaler la ration alimentaire du troupeau. Sans oublier que l’éleveur n’apporte plus de fibres extérieures. Côté santé animale, le gain est plus difficile à mesurer mais les économies réalisées grâce à des animaux en bon état peuvent être importantes.

Web-agri : Lors des chantiers de récolte, l’allongement des brins et la granulométrie différente impactent-ils le tassage du silo ?

S. Badouard : Selon le taux de matière sèche du maïs, le chauffeur règle la longueur de coupe entre 20 et 26 mm. Plus la maturité de la plante avance, plus la coupe est longue. Cette règle vaut aussi avec un éclateur conventionnel. Quant au tassage, même si la texture est différente, oui, le tassage est efficace. La récolte est plus difficile à pousser, plus lourde. Du coup, une fois en place, la matière est stable ce qui améliore la conservation. La densité des silos testés est autour de 250 kg de matière sèche par m 3 là où la moyenne est à 220 kg. 

Les conclusions d'Elvup (anciennement Orne conseil élevage) suite aux essais menés sur les fermes expérimentales restent prudentes quant aux résultats affirmés par la marque : « Lors de l’essai, le stade de lactation moyen était semblable pour les deux lots mais la distribution des stades était significativement différente entre les deux groupes. Ainsi, il est possible que l’écart de production laitière entre les deux lots soit en partie dû à la répartition des stades de lactation dans chaque lot ».

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


PATRICE BRACHET
Il y a 24 jours
Mon ami Thé germs je vais aller plus loin que vous pour une vache en bonne santé il faut pas que le ratio oméga 6 sur oméga 3 ne dépasse pas 5 au delà 50% de mais c est compliqué mais si on y rajoute du soja et encore plus de maïs les emmerds vont commencer ceux qui ne me crois pas on qu a se renseigner !
Répondre
The germs
Il y a 24 jours
Il ne faut pas oublier de parler du surcout du chantier lié à l'achat des éclateurs qu'il faut changer plus souvent (1400 heures), le débit de chantier ralentit de 20%, de la consommation de gazole qui augmente...

Pour moi, c'est une système qui convient surtout pour les troupeaux nourrit 100% maïs, et qui ne sort jamais. Pour ce type d'élevage, le gain doit être, pour le cout, vraiment intéressant.

Maïs shredlage, maïs épie, maïs grain broyé... ça reste toujours du maïs!
Répondre