Essai mélangeuse Tatoma MVL-20-DuploS. Traullé (80) : « Une ration mélangée homogène mais un paillage limité »

| par | Terre-net Média

Avec un projet d'agrandissement du troupeau, les associés de l'Earl Traullé-Corbin à Coulonvillers (Somme), ont testé une mélangeuse Tatoma MVL-20-Duplo dans l'idée de remplacer leur distributrice actuelle. Pour eux, il n'y a pas photo : « La ration mélangée est plus homogène, on a même dû augmenter les quantités à l'auge car on n'avait plus aucun refus. » En revanche, léger bémol sur le paillage à la mélangeuse.

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo (lecture verticale)

Fraîchement installé, Simon Traullé a rejoint son père sur l’exploitation familiale de polyculture élevage laitier à Coulonvillers dans la Somme (80). Son projet : passer de 50 à 120 vaches traites. Les associés sont en pleine réflexion. Parmi les remaniements possibles, la distributrice actuelle (distributrice pailleuse Silofarmer de 13 m3) pourrait bien être remplacée par une mélangeuse : « Pour 120 vaches, on vise une machine de 20 m3. »

Utile > Téléchargez gratuitement le livre blanc : Comment choisir, utiliser et rentabiliser sa mélangeuse ?
L’Earl Traullé-Corbin en quelques chiffres :
150 ha de SAU dont 90 ha de SFP
50 VL Prim’holsteins (objectif 120 VL)
31 litres/VL en moyenne
Taux moyens : 33 de TP et 40 de TB
Laiterie Lact’Union (référence actuelle : 640 000 litres)

La distributrice pailleuse actuelle de l'exploitation est une 13 m 3 SilofarmerLa distributrice pailleuse actuelle de l'exploitation est une 13 m3 Silofarmer (©Terre-net Média)

Une mélangeuse adaptée à la taille du troupeau

Ils se sont vus confier une mélangeuse Tatoma (modèle MVL-20-Duplo) durant trois jours par leur concessionnaire (Ets Guilbart à Vironchaux (80)). « On n’a pas d’attachement particulier avec la marque mais comme la machine était en démo, on en a profité pour voir si la ration mélangée nous faisait gagner du temps ou pas », témoigne Simon. Les éleveurs distribuent aujourd’hui la ration en plusieurs étapes : d’abord le foin de luzerne (pour être bien sûr que les vaches en consomment toutes) puis seulement après le reste de la ration.

Ration vaches laitières (kg brut/VL) :
41 kg ensilage de maïs
8 kg pulpe surpressée
5 kg enrubannage RGI
2 kg foin de luzerne
4,6 kg de concentré au robot en moyenne (correcteur et VL 5 litres)

Après avoir testé la machine, les associés constatent : « On a pu tout distribuer en une fois et on avait beaucoup moins de refus. La machine permet de défribrer la luzerne, qui est pourtant déjà passée par le rotocut de la presse. On a même dû augmenter les quantités de ration car les vaches ingéraient plus. En revanche, on n’a pas observé d'écart sur la production laitière, mais c'est normal : l’essai n’a pas duré très longtemps. » Les éleveurs réfléchissent même à passer une partie des concentrés à l’auge pour améliorer l’efficacité alimentaire.

On ne peut pas y mettre autant de ballots que dans notre distributrice car la mélangeuse les détasse et ils prennent plus de place.

Pour ce qui est du paillage, les éleveurs ne comptent pas prendre l’option sur la mélangeuse qu’ils achèteront car leur distributrice actuelle suffit largement pour l’aire paillée. Ils l'ont tout de même testée lors de l'essai et commentent : « Malgré le grand volume, on peut y mettre moins de paille que dans la distributrice. En effet, nos balles carrées y sont détassées, ce qui fait perdre de la capacité, contrairement à une pailleuse normale ou tout reste en bloc. À part ça, le système fonctionne très bien : comme les ballots sont démêlés, le passage dans la turbine est facilité. En revanche, cette dernière n’envoie pas assez loin pour nous. »

Homogénéité de la ration, distribution, ingestion et paillage : la mélangeuse Tatoma MVL-20-Duplo est inspectée sous toutes ses coutures.Homogénéité de la ration, distribution, ingestion et paillage : la mélangeuse Tatoma MVL-20-Duplo est inspectée sous toutes ses coutures. (©Terre-net Média)

Faire le choix d'une Mélangeuse Tatoma

Guillaume Blaise, inspecteur commercial chez Tatoma, s’est occupé de la mise en route de la machine à la ferme. Il recommande alors aux éleveurs : « Dans votre cas, il vaut mieux mettre la luzerne en premier dans le bol. En effet, les fibres les plus longues doivent être placées en premier. » Il préconise aussi : « Si on veut bien utiliser une mélangeuse, il faut changer de vitesses au fur et à mesure de l’incorporation des aliments. En revanche, cela peut s’avérer compliqué lorsqu’on est seul à charger car on ne revient pas forcément au tracteur à chaque fois. Dans ce cas, il faut laisser la machine en petite vitesse. »

La marque espagnole produit des mélangeuses depuis 40 ans. Elle sort des machines de 4 à 45 m3. Celle de 20 m3 présentée ici est affichée à 50 000 € au catalogue. De nombreuses options sont envisageables pour ces machines, par exemple concernant le haut : « Si l’acheteur choisit de prendre avec paillage (environ 9 500 €), il faudra alors choisir un anneau supplémentaire pour ajouter de la capacité. Dans ce cas, il y a plusieurs possibilités : en tôle, en caoutchouc ou en tube acier. » Même chose : « Pour le déchargement, la trappe latérale peut être équipée d’un tapis. Ici, ce n’est pas nécessaire mais ça peut l’être pour les petites rations – type veaux – ou pour distribuer dans une auge en hauteur. » Bien d'autres options sont possibles, comme le kit de pulvérisation pour l'eau, le rouleau pour les rations de fibres, les aimants sur les vis, la goulotte tournante...

Finalement, les éleveurs s’avèrent assez satisfaits de cet essai : « La machine se manie bien. Les vitesses sont bien calibrées, l’hydraulique comme l’électronique fonctionnent bien. En revanche, on recherche plutôt de la simplicité, sans électronique. Là, elle avait les commandes électriques de l’hydraulique. Mais Tatoma propose aussi des modèles plus simples, dommage qu’ils soient tous vert flashy », plaisante Simon. « Pour l’instant, le commercial nous a fait une proposition pour une 20 m3 de ce type sans paillage et sans commandes électriques, mais nous attendons de voir d’autres modèles (français cette fois-ci) avant de nous décider. »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 3 RÉACTIONS


!!!!
Il y a 25 jours
800t de paille par ans avec un bol pailleur français depuis 5 ans ras ça bourre jamais même avec des bottes pourrie. Et la paille enlève l’acidité il est comme neuf.
Répondre
Michelben
Il y a 26 jours
Bonsoir
Vous dites cela sans connaitre les machines
Déjà pour commencer allez voir du côté des constructeurs qui maîtrisent les pailleuses
J estime qu une melangeuse pailleuse qui passe en moins de deux minutes une balle Ronde ou un big de 400kg en moins de deux minutes avec une distance de 25 m en continue fonctionne très bien !
Belair bon d accord c est français !
Mais oui nos constructeurs français sont souvent déconsidérés sans les consulter par contre nous demandons au consommateur de consommer français!
Soyons corrects et arretons de nous laisser berner par nos concessionnaires sous perfusion des centrales d achats
Répondre
Terminé
Il y a 26 jours
Par expérience et utilisation, une melangeuse mixte qui paille n est pas la bonne formule. Une melangeuse spécifique utilisée que pour l alimention d un troupeau est plus efficace et donne de meilleurs résultats. Les machinistes ont fabriqués des machines mixtes à la demande des éleveurs pour éviter d avoir 2 machines, mais la mixité ne sera jamais satisfaisante,soit pour une partie où l autre.
Si beaucoup de paillage, je conseille deux machines une pour l alimentation et l autre pour le paillage.pour la pailleuse un vieux tracteur suffit vous laissez attelé c est toujours prêt. Si entretien à faire ou panne avec melangeuse vous pouvez toujours distribuer.. C'est un ensemble performant et complémentaire avec un résultat efficace autant pour l alimentation que le paillage. Bons choix à vous.
Répondre