Essai mélangeuse Kuhn Profile 1680La fibre ne lui fait pas peur

| par | Terre-net Média

Eleveurs laitiers dans le Nord, Dominique Rollier et Hubert Verbecke sont voisins et utilisent en commun un bol mélangeur simple vis. La rédaction leur a fait tester la remorque mélangeuse à deux vis verticales de 16 m3 Kuhn Profile 1680. Verdict.

Cliquez pour voir le bilan de l'essai en vidéo

« J’ai été agréablement surpris par cette mélangeuse Kuhn . Je n’étais pas convaincu lorsqu’elle est entrée dans la cour. Après l’avoir essayée, c’est une machine que je pourrais acheter », estime Dominique Rollier, éleveur de Prim'holsteins à Aix-les-Orchies (Nord). Son voisin Hubert Verbecke dresse un bilan plus mitigé. Il a trouvé la prise en main un peu délicate, d’autant qu’au sein du Gaec, quatre personnes différentes distribuent les rations.

Ayant d’abord testé une mélangeuse à pales Keenan , les agriessayeurs ont mis à rude épreuve pendant trois semaines le bol Profile 1680 de la marque alsacienne Kuhn. Les deux éleveurs sont exigeants sur la qualité du mélange mais n’ont pas les mêmes attentes. Hubert veut une ration homogène tous les jours quel que soit le chauffeur, tandis que Dominique souhaite surtout gagner du temps de défibrage et, si possible, ne plus effectuer de prémélanges d’herbe enrubannée.

Les caractéristiques de la Kuhn Profile 1680 :
♦ Mélangeuse à deux vis verticales .
♦ 16 m 3 de capacité, réhaussable si besoin.
♦ 7 m de long, 2,4 m de large, 2,84 m de haut.
♦ Tapis de déversement gauche/droite avec déport de 25 cm.
♦ Trappe hydraulique.
♦ Commande de distribution électrique en cabine.
♦ Contre-couteaux hydrauliques pilotés depuis la cabine.
♦ Boîtier bi-vitesse (540/1 000 tr/min), cardan grand angle.
♦ Trois pesons.
♦ Boîtier de pesée (KDW 340) simple ou programmable.
♦ Boîtier radio de rappel d’affichage des poids en cabine (en option).
♦ Logiciel Libra-feed (en option) pour saisir la ration sur ordinateur et la charger sur clé USB.
♦ Prix annoncé autour de 37 000 €.

Défibrage rapide et économique

Première bonne surprise : la rapidité de défibrage avec, à la clé, des économies de carburant. Un avantage des mélangeuses verticales à deux vis. Les fourrages sont moins comprimés que dans un bol à simple vis. Le mélange circule en formant un 8, ce qui nécessite moins d’énergie. Vidanger la totalité de la cuve prend, en revanche, un peu plus de temps.

La faible consommation de l’engin a étonné les deux producteurs. « Sur 15 jours d’utilisation derrière un John Deere 6534 de 120 ch, nous avons consommé 38 % du plein avec la Kuhn, et 58 % avec la Keenan. » La consommation instantanée est sûrement plus élevée sur la mélangeuse à vis verticales, mais puisqu’elle coupe plus vite les longues fibres d’enrubannage, le bilan énergétique penche en sa faveur.

« Les prémélanges fibreux sont rapides à faire : avec des couteaux, il faut 10 min pour démêler et couper deux ballots cubiques d’enrubanné, contre 20 à 30 min habituellement. Cependant, on est rapidement limité par le volume et la hauteur du bol. Malgré ses 16 m 3 , le foin à tendance à déborder », constate Dominique.

Les éleveurs ont constaté des écarts de cubage du volume d’une mélangeuse à l’autre. « Le nombre de mètres cubes spécifiés par un constructeur ne donne pas toujours une idée très fiable de la quantité de mélanges que le modèle peut réaliser. C’est donc un élément auquel il faut faire attention avant d’acheter », fait remarquer Hubert. Ainsi, la Kuhn de 16 m 3 stocke près de 5 t de ration alors que la Keenan, d’une capacité de 16 m 3 également, dépasse difficilement 4 t.

Un mélange tout A fait correct

L’élevage d’Hubert Verbeke :
♦ Gaec, 3 à 4 UTH.
♦ 160 ha de polyculture-élevage.
♦ 75 Prim’holsteins avec robot de traite.
♦ 750 000 l de référence laitière.
♦Ration VL : ensilage de maïs, 8 kg d’ensilage d’herbe, 1 kg de foin, racines d’endives, pommes de terre, correcteur et CMV.
♦ Particularités : l’éleveur prépare des rations en petite quantité comme des mash fibreux pour les génisses. Plusieurs personnes sont amenées à gérer l’alimentation.
♦ Objectif : assurer un mélange standard et suffisamment fibreux quel que soit le chauffeur.

Sur les trois semaines d’essai, les deux éleveurs n’ont observé aucune différence sur la production laitière, ni sur l’indice de rumination qu’Hubert surveille sur le logiciel de son robot de traite. D’après lui, « la qualité du mélange, tout à fait correcte, n’atteint pas le niveau obtenu avec la Keenan. Il reste toujours des petits paquets, tandis que la mélangeuse à pales nous avait habitués à un mélange très homogène et aéré. Nous distribuons des racines d’endives et des pommes de terre. Celles-ci ne sont pas attaquées par les vis verticales alors qu’elles étaient coupées en deux par les pales horizontales. Ce qui n’est pas si gênant après tout. » A l’auge, les refus sont homogènes : les vaches ne semblent pas en mesure de trier, mis à part les racines.

Contre-couteaux hydrauliques

Une fois la fibre démêlée et coupée, Hubert rentre les contre-couteaux hydrauliques avant d’ajouter les concentrés et l’ensilage de maïs, qui ne doit pas être défibré. Ensuite, huit tours de vis suffisent à mélanger l’ensemble de la ration pour 75 vaches.

Pour Hubert Verbeke, le temps de mélange et le nombre de tours sont essentiels. Il se rend d’ailleurs vite compte des erreurs de mélange lorsque l’indice de rumination chute du jour au lendemain. « Compter le temps de mélange et le nombre de tours restent la meilleure approche pour ne pas faire d’erreur. Avec la Kuhn, difficile de standardiser la ration. On peut faire du très bon boulot avec une mélangeuse à vis, mais ces deux paramètres sont plus compliqués à calculer. »

Remorque compacte

L’élevage de Dominique Rollier
♦ Seul sur l’exploitation, aidé de ses parents
♦ 70 ha de polyculture-élevage
♦ 55 Prim’holsteins avec salle de traite
♦ 550 000 l de référence laitière
♦Ration VL : ensilage de maïs, 4 kg d’enrubannage d’herbe en balles cubiques, racines d’endives, correcteur et CMV
♦Particularité : tous les deux jours, l’enrubanné est haché et prémélangé durant 20 à 30 min.
♦ Objectif : économiser du temps et du fioul pour mélanger l’enrubannage.

La mélangeuse Kuhn est équipée d’un boîtier bi-vitesse (540/1 000 tours), indispensable pour faire varier la vitesse de rotation et faire tourner le tracteur à faible régime moteur. Par contre, il faut descendre de l’engin pour changer de vitesse. Les éleveurs ont été obligés de faire fonctionner la mélangeuse en vitesse rapide et de mettre le tracteur au ralenti, sans quoi il est difficile de vidanger les 150 kg d’aliments environ restés coincés dans le bol. « En fin de distribution, on peut accroître le régime moteur pour vider l’intégralité du bol. En raison de la forme des vis, peu d’aliment reste bloqué dedans. » Les producteurs regrettent que la mélangeuse ne soit pas munie d’aimants afin d’empêcher les vaches d’ingérer de morceaux de métal. Il est toutefois possible d’en fixer sur les vis.

Fabriquée en Vendée, la Profile est constituée d’une tôle pliée (et non pas arrondie), qui renforce la structure du bol et freine le mélange dans sa rotation pour augmenter la recoupe. Question gabarit (7 m de long, 2,4 m de large et 2,84 m de haut), les avis sont partagés. Pour Dominique, « c’est le top ! La remorque n’est pas très haute, ce qui offre une bonne visibilité lors du chargement au télescopique ou au tracteur. Et elle est facile à manœuvrer. » Hubert n’est pas tout à fait d’accord : « La remorque, un peu trop longue à cause du tapis, est peu maniable en marche arrière. Et le bol, suffisamment bas pour mes bâtiments, pourrait être un peu plus large afin de gagner en volume. De plus, il n’y a pas de vitre pour contrôler le mélange depuis le tracteur. Un détail qui évite, malgré tout, de monter trop souvent à l’échelle pour voir à quoi il ressemble. »

Mélangeuse Kuhn Profile 1680 test matériel Le tapis de distribution se déporte de 25 cm des deux côtés. La volume de distribution se gère avec l'ouverture de la trappe sur vérin. (©Terre-net Média)

Un tapis pas facile à prendre en main

Les éleveurs ont eu besoin de quelques jours pour maîtriser la distribution. « Le tapis dispose d’un débord latéral, très pratique puisqu’on ne roule pas sur le fourrage. Néanmoins, les trois commandes ne sont pas simples à prendre en main : le déport du tapis, le sens de distribution gauche/droite et l’ouverture de la trappe, sur laquelle il faut jouer pour avoir une distribution homogène sur toute la longueur de la stabulation. Avec plusieurs associés et des apprentis, ce n’est pas dit que tout le monde puisse mélanger et distribuer la ration », estime Hubert, peu convaincu par les machines à tapis. « C’est bien pour le déport, mais la longévité d’une simple trappe ou d’une vis me semble meilleure que celle d’un tapis qui risque, à la longue, de s’user et de se craqueler. A part ça, la mélangeuse, de conception simple, semble fiable et demande peu d’entretien. »

Dominique a quant à lui apprécié le tapis pour faire ses prémélanges d’enrubanné. « Lorsqu’on a beaucoup de fibres dans le bol, la large trappe et le tapis permettent de vider très vite le contenu. Avec le tapis, la gestion du débit de distribution est très homogène, bien qu’elle exige un temps d’adaptation pour vider toute la remorque en un seul passage à l’auge. »

Pesée programmable de série

Les mélangeuses Kuhn Profile possèdent de série un boîtier électronique de pesée (KDW 340) qui peut être utilisé en mode "pesée simple", avec la lecture directe du poids total, ou "programmable" pour mémoriser différentes rations et adapter le poids de chaque ingrédient en fonction du nombre d’animaux à nourrir. Toutefois, la mise en route de la programmation des rations s’est révélée un peu trop complexe et les agriessayeurs s’en sont tenus à la pesée simple.

Tous deux sont unanimes sur l’intérêt d’acquérir (en option) le boîtier radio sans fil de rappel d’affichage de la pesée. Ce petit écran se branche sur la prise trois plots du tracteur chargeur ou du télescopique. « C’est vraiment très pratique de suivre le chargement depuis la cabine, sans être gêné par le soleil, et de pouvoir charger des deux côtés de la remorque. »

« Globalement, la remorque Kuhn Profile 1680 est une bonne machine, robuste, fiable, assurant un mélange de qualité même avec beaucoup de fibres. La pesée est précise et réactive. Seul bémol : elle n’indique pas le temps de mélange de chaque aliment, à moins de chronométrer soi-même. Il est donc difficile d’obtenir le même mélange jour après jour, surtout si plusieurs personnes interviennent. Il faut une certaine expérience pour ne pas trop défibrer la ration. »

Kuhn annonce un prix proche de 37 000 €. L’entreprise alsacienne propose également le modèle Profile Plus, doté d’un système de paillage.

 Le test du tamis secoueur sur la ration d’Hubert Verbeke

Taille des particules/grilles

Objectif théorique

Résultat de la ration mélangée

- Très grosses  > 2 cm
- Grosses  > 1 cm
- Moyennes 0,5 à 1 cm
- Fines  < 0,5 cm

Moins de 2 %
15 à 20 %
45 à 50 %
30 à 35 %

1 %
17 %
50 %
32 %
+ aliment robot

tamis ration mélangée bovin Passée au tamis, la ration s'est révélée conforme aux objectifs. Quelle que soit la mélangeuse, le temps de mélange et de coupe fait toute la différence sur la fibrosité de la ration. (©Terre-net Média)


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


Mimi49
Il y a 1692 jours
Perso, kenan14m3 remplacer par une euromix1880 ..... Pas de regret sauf hauteur déchargement
Simple et solide,peu tirant (75cv) avec le boitier réducteur et les contre couteaux hydraulique. Manque aimant et caisse à aliment pour faire des bout de ration spécifique, type taurillon......
Répondre
youn 29
Il y a 1701 jours
Votre essayage de cette machine n'est pas correct, il vous manque le plus important à mon avis (elevage à plus de 10000kg) l'analyse du mélange au début au milieu et la fin de la distribution.La fibrosité, le tamisage peut etre? bruns courts ou longs ça se discute mais essayer une keenan ou une baratte c'est la meme chose quand elle pleine.Ok elle coupe mais avez vous pensé aux animaux ferrés avec des couteaux au fond et à l'entretien. Quand au bol, le démélange se produit avec des produits plus denses type minéral, panné,carotte... seul l'analyse et le comportement des vaches vont vous le dire, bagarre car les dominantes iront consommer les concentrés au début.
Répondre