Bâtiment d'élevageConseils pour bien choisir son brise-vent

| par | Terre-net Média

Selon une synthèse publiée par l'Institut de l'élevage, le choix d'un système brise-vent pour équiper le bâtiment d'élevage est important pour la santé du troupeau. Les vaches sont sensibles aux courants d'air en hiver alors pour les éviter, mieux vaut barder les côtés de l'installation avec des matériaux capables de ralentir le vent. L'offre est large, ce qui complique le choix de l'éleveur. Quelques conseils pour une installation adaptée.

Filet brise-vent bâtiment agricoleLe brise-vent doit protéger les animaux des courants d'air tout en assurant une ventilation minimale. (©RCY Agriculture) Le bâtiment qui abrite les vaches doit être bien aéré mais sans courant d’air. Pour bien faire, il est nécessaire d'assurer un flux d’air minimum pour extraire les gaz et la vapeur d’eau issus de la respiration des animaux et de la dégradation de la litière. Mais pour limiter la vitesse de circulation de l'air, l'installation d'un brise-vent est souvent nécessaire, en particulier l’hiver.

Pour bien choisir, il faut prendre en compte plusieurs critères. Le premier, l’efficacité ou la capacité du produit à s’opposer aux courants d’air. Baptisée E, cette valeur est par exemple égale à 0,8, soit 80 %. Cela signifie que si le vent souffle à 10 m/s à l’extérieur, sa vitesse chute à 2 m/s à l’intérieur de la structure. Le coefficient doit être adapté en fonction de l’exposition du site. 

Les ruminants sont des bêtes très sensibles aux courants d’air. À noter, un jeune ruminant tolère jusqu’à 0,25 m/s et un adulte 0,5 m/s. En pratique, les éleveurs retiennent le plus souvent une efficacité comprise entre 0,85 et 0,95 pour leurs veaux et 0,75 (minimum) pour les autres bêtes. Si le troupeau est séparé de l’ouverture par un couloir, le coefficient peut descendre à 0,5 sans que cela nuise aux animaux.

La forme géométrique des ouvertures du brise-vent modifie le débit

Question coefficient multiplicateur, il faut définir les surfaces d’entrée et de sortie d’air. Le dispositif réduit la vitesse de l’air et modifie la surface perméable aux échanges. Le débit diminue donc nécessairement. Résultat : il faut élargir la surface d’entrée d’air par rapport à celle d’une installation classique.

La forme géométrique des ouvertures du brise-vent modifie également le débit d’air. Un test normalisé permet de définir le coefficient de multiplication à appliquer à la surface libre pour obtenir le débit attendu. Il est primordial de tenir compte du résultat pour renouveler suffisamment l’air du bâtiment. Pour cela, appliquer le coefficient à la surface d’entrée.

Quand la zone de ventilation est proche de la zone de vie du troupeau, le brise-vent doit être fixé au moins 2 m au-dessus pour éviter les retombées d’air froid, surtout en hiver. Du coup, la hauteur disponible correspond à la hauteur sous la panne sablière moins ces deux mètres.

En couleur pour une intégration architecturale et paysagère

La plupart du temps, les brise-vent sont de couleur verte mais les fabricants proposent d’autres coloris comme le ton sable, crème ou gris. Des variantes qui offrent une meilleure intégration architecturale et paysagère. Pour l’esthétique visuelle, préférez les teintes mates.

Autre point à considérer : la résistance mécanique. Elle correspond à l’effort de traction supporté par le matériau et il existe des différences considérables entre les produits. Il en va de quelques dizaines de kg/m linéaire à plusieurs tonnes. Ne pas omettre la résistance au déchirement, un critère rarement testé malgré son importance.

La résistance à l’abrasion est une autre qualité à rechercher pour éviter d’abîmer le dispositif au cas où la toile frotte sur une arête métallique ou en béton. Avec des orifices de petite taille, l’empoussiérage est fréquent. Pour maintenir une ventilation constante, la structure doit rester propre. Côté pluie, le bardage en bois est le système le plus efficace pour garder les animaux au sec.

De 20 à 150 €/m² posé

Sans oublier le coût du matériau brut mais surtout le prix du m² posé ! Ils s’échelonnent de 20 à 150 €/m². Pour ceux qui modifient l’existant, la facilité de pose est un élément de choix essentiel, particulièrement si le producteur envisage de le poser lui-même. Plus le système fait appel à de la charpente métallique, moins l’auto construction est possible.

Sur le marché français, les fournisseurs annoncent généralement les performances du produit question efficacité. Les valeurs annoncées résultent de vérifications portant sur la réduction apparente de la vitesse de l’air lors de la traversée du produit. Au début des années 2000, l’Afnor et l’Institut du textile et de l’habillement, sous le contrôle de l’Institut de l’élevage, ont défini des conditions de test normalisées pour rendre les produits comparables, sur une base identique.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


CHOUBAKA 08
Il y a 196 jours
le pb avec les filets c'est qu'ils se bouchent avec la poussière.il vaut mieux un bardage à claire-voie
Répondre