Robots de traiteUn essor florissant en cinq chiffres clés

| par | Terre-net Média

Au début des années 90, le premier robot de traite est installé dans la Somme (80). Pour 2025, les chiffres prévisionnels indiquent que l'industrie des robots de traite pèsera 2,61 milliards de dollars. Une montée en puissance résumée en cinq chiffres clés.

En 1995, Lely installe la première version de l'Astronaut, il ne cesse d'évoluer depuis.En 1995, Lely installe la première version de l'Astronaut, il ne cesse d'évoluer depuis. (©Terre-net Média) « Le robot de traite », un terme devenu familier dans les fermes laitières. Depuis 1992, les dispositifs de traite automatisée se sont imposés dans les exploitations en France et à l'étranger, faisant de l'industrie laitière la leader de la robotique.

L'essor des robots de traite résumé en cinq nombres clés :

1992La société néerlandaise Prolion révolutionne le monde de l’élevage laitier et sort le premier robot de traite. La France se positionne en précurseur et le premier exemplaire est monté dans la Somme (80) en 1992. La détection de trayons est faite par ultrasons. Parallèlement, aux Pays-Bas, le constructeur Lely, inconnu jusqu'alors dans le monde de la traite, met au point son propre robot : l'Astronaut. Les constructeurs suivent cet engouement, actuellement ils sont cinq à se partager le marché : DeLaval, BouMatic, GEA, Fullwood  et Lely.

En vidéo, Étienne Fourmont invite ses internautes à suivre sa démarche d'investissement dans un robot de traite. Au passage, il réalise un tour d'horizon du marché, alors GEA, Lely ou Delaval ?
Étape 1 >  Le renouvellement des robots de traite : rester rouge ou passer bleu ?
Étape 2 >  GEA, Lely ou Delaval : Étienne Fourmont (72) compare les devis
Étape 3 >  Les 20 000 € d'écart ont aidé Étienne Fourmont (72) dans le choix de ses robots


5 573La France comptait  40 exploitations laitières équipées d’un robot de traite en 2000 et plus de cent fois plus en 2018, d’après l'Idele. En effet, l'an dernier 5 573 élevages laitiers étaient équipés de robots de traite et cela ne devrait pas s'arrêter : 50 % des nouvelles installations de traite sont des robots. Au total, 17 % des vaches seraient traites par un dispositif automatisé aujourd'hui. 

Nombre d'élevages équipés de robots de traite en France.Nombre d'élevages équipés de robots de traite en France. (©Idele) 

8 %

L'Europe est leader sur le segment des installations de robot de traite dans le monde. Cependant, avec 8 % des élevage laitiers équipés, la France est derrière ses voisins. La Suède sort en tête de classement avec 30 % des fermes équipées, le Danemark 25 %, les Pays-Bas 20-25 % et l'Allemagne 11 %.   

Utile : Les 7 étapes de réflexion avant de franchir le cap et d'investir dans un robot
Découvrez les témoignages d'un agriculteur qui a installé un robot :
> Pierre Standaert (80) : « Le passage au robot dure depuis plusieurs semaines »
Mais aussi celui d'un éleveur qui a préféré moderniser sa salle de traite :
Chez Denis Mousset, la 2 x 4 suffit pour traire 110 vaches en 2 heures

1% De l'autre côté de l'Atlantique, les robots peinent à se démocratiser. Avec moins de 1 % des vaches traites par un dispositif automatisé aux États-Unis, la tendance est toujours aux salles de traite rotatives. Certains sautent le pas tout de même comme Brian et Jill Houin, propriétaires de la "Homestead Dairy Farm" dans l'état de l'Indiana (USA). En 2017, ils ont installé 36 robots de traite Astronaut Lely pour un cheptel de 2 200 vaches. Découvrez leur ferme dans la vidéo ci-dessous :

 

Cliquez sur le curseur pour démarrer la vidéo 

2,61Le marché mondial du robot de traite devrait atteindre 2,61 milliards de dollars d’ici 2025 et enregistrer un taux de croissance annuel de 11,8 %, selon une étude de Grand View Research. 

Plus d'articles avec le tag >>> robot de traite <<< sur Web-agri.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 39 RÉACTIONS


steph72
Il y a 96 jours
fab
S'occuper comme il se doit de son troupeau
Parfois ça suffit pas,un animal c'est pas un robot c'est vivant,le moindre stress ( en particulier electromagnétique) peut faire partir le troupeau en vrille ( cellules ,baisse de lait) surtout en robot.
Je connais un eleveur lors de l'installation d'une ligne electrique enterrée,la production par vache a baissé de 8l,la frequentation diminue,et le temps de traite etait plus long;
Et comme il y a de plus en plus d'eoliennes donc de lignes enterrées mais ausi d'antennes relais et plus de robots,il y aura certainement plus de problemes
Dans un rayon de 20 km autour de chez moi il y a 3 eleveurs robotisés qui ont des problemes.
Donc ça sert à rien de se voiler la face,nuisance electromgnétiques et robot ça fait pas bon ménage
Répondre
gillesdu 01
Il y a 96 jours
En fait , pour que ça marche économiquement avec un robot ... il en faut deux … quitte à passer une partie de la journée à la stab autant que cela vaille le coup …

Bonne fin d'année !!!!
Répondre
titian
Il y a 96 jours
La condescendance est en trop.
Répondre
fab
Il y a 96 jours
Certes, mon commentaire est sans intérêt, tout comme votre débat de collégiens pour la couleur d'un tracteur. Il y a des éleveurs qui s'en sortent avec robot ou sans robot; il suffit de s'occuper comme il se doit de son troupeau et on a déjà réglé une grande partie du problème sauf accident sanitaire ou de la vie, je vous l'accorde.
Bonne année les enfants!
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 96 jours
Quand j était plus jeune on chahutait les amis qui étaient piqués vert et jaune ( John Deere) et cela restait très amical Les piqués rouge( Lely) ont il me semble le sens de la plaisanterie un peu moins soft
Répondre
Fabien 53
Il y a 96 jours
Pour oups.tu oublis que nous sommes pour commenter des articles et que chacun a des idées différentes. C'est ce qu'on appelle un débat.idiot donne des arguments.mais ou sont les tiens?? Je suis d'accord avec les idées d'idiot.en ajoutant que dans mon secteur beaucoup de robot on était monte dans des gaec familial pour installer le fils. Sans le robot il ne s'installai pas contrainte du week-end de traite.il s'en morde les doigts aujourd'hui car il manque du revenue.ils ont enlevé une contraintes physique mais on ajouté une contrainte morale!!
Répondre
Patrice brachet
Il y a 96 jours
Titian il est vrai que je me suis lâché totalement mais ça fait du bien ! Comme tu dit : bordel! Nous en 6 ans ont a tout changé. Et on se rapproche à petit pas du bio sans franchir le pas : pâturage ( moi qui était contre !!!) suppression du maïs ! Suppression des concentrés achetés Suppression du soja au profit du colza (1,5kg/jour) suppression des minéraux groupage dès vêlages introduction d un taureau ( prim puis Montbeliard ) oui mais on fait chier car on n est plus de gros consommateurs et ça on le paye cher ( banque, fournisseurs) et c est pour cela que je ne prends plus de gants bonne fêtes 🎉?
Répondre
Fabien53
Il y a 96 jours
Dans mon réseau civam seul un éleveur pratique cette technique. Il est en race normande pas de bâtiment pour les vaches.terre portante et bon potentiel.économiquement ça marche.c'est un ancien comptable.
Répondre
titian
Il y a 96 jours
Moi je comprends tout à fait ce que veut dire fab, demain on est en 2020 bordel ! Les gens ne roulent plus en 2 cv et n'appellent plus d'un fixe à cadran...
Par contre, progrès social pour l'extracteur très discutable dans bien des cas, c'est juste l'objet de la plupart des commentaires négatifs.
Pour prendre un total contre pied et questionner : monotraite toute l'année, jerseyaise, vêlages groupés, pâturage tournant en AB ???
Répondre
Fabien 53
Il y a 96 jours
Commentaire sans intérêt
Répondre