Robot de traite mobile & pâturageTrévarez se dote d'une nouvelle étable pour la production biologique

| par | Terre-net Média

La station expérimentale laitière de Trévarez, dans le centre du Finistère, créé un système innovant : produire du lait sur deux sites de pâturage éloignés avec un robot de traite mobile. Le cas d'école porte sur un système biologique.

Robot de traite mobile
Un robot de traite Delaval a été adapté sur une remorque-bétaillère Rolland. Une deuxième remorque accueillera
la laiterie. (© Terre-net Média)

La ferme expérimentale de Trévarez se lance dans un projet peu commun : mener un troupeau d’une cinquantaine de Prim’holstein en agriculture biologique avec traite robotisée sur deux sites ! Le premier site comprend la stabulation et quelques ares accessibles, il hébergera le troupeau durant cinq à six mois l’hiver. L’autre site, situé à deux kilomètres, sera dédié au pâturage estival. Deux fois par an, le robot de traite installé dans une remorque suivra le troupeau. Le site d’été ne possédant pas de bâtiment, les remorques du robot et de la laiterie mobiles, seront placés sur une aire bétonnée avec une aire d’attente stabilisée, deux boxes d’intervention et une petite fosse à lisier.

L’objectif de ce système fourrager basé essentiellement sur l’herbe sera de tester la compatibilité du robot et du pâturage sur un site avec une grande surface accessible. Mais la difficulté sera sans doute d’assurer la bonne fréquentation du robot, car les paddocks peuvent être éloignés de près d’un kilomètre du robot mobile. Pour maintenir un nombre de traites par jour suffisant, les expérimentateurs ont préféré diviser la prairie en petits paddocks, afin que les vaches trouvent toujours « de l’herbe fraiche et appétante » une fois sorties du robot.

Intégration paysagère soignée

Pour loger le troupeau durant les mois d’hiver, le ferme de Trévarez vient de construire un bâtiment en bardage bois. Situé sur un terrain en légère pente, le bâtiment est composé de trois niveaux. En haut se trouvent deux bâtiments bi-pentes, un pour le couchage des laitières et l’autre pour accueillir la remorque du robot ainsi que la nursery. Au niveau intermédiaire, une dalle goudronnée permettra de stocker l’ensilage. En contrebas, une fosse géomembrane récolte les lisiers raclés et les eaux blanches de la traite. La fosse est décalée par rapport à la stabulation, ce qui pourra faciliter l’agrandissement du bâtiment si besoin.

Bardage bois jusqu’au faîtage

« L’intégration paysagère a été particulièrement soignée », fait remarquer Philippe Briand conseiller bâtiment à la Chambre d’agriculture d’Ille-et-Vilaine. « Le béton a été réduit au minimum. Les murs sont en bois sur deux mètres, puis en bardage ajouré jusqu’au faîtage, ce qui permet une bonne aération. Aux pignons, des " bandes de rives " cachent la jonction entre le mur et le toit ». L’air s’évacue par les écailles formées par les plaques de toit légèrement surélevées. Des lampes de 250 Watts (aux halogénures métalliques) éclairent l'ensemble du bâtiment. « Cette stabulation a été bâtie par des constructeurs agréés à la charte "qualité bâtiment bovins". Cette charte sensibilise les entreprises aux problématiques intrinsèques à l’élevage », poursuit Philippe Briand.

Circulation au robot « libre-contrôlée »

Dans une région où la paille se fait rare, le choix des logettes avec matelas et sciure, s’est imposé. Les deux rangées de logettes sont positionnées dos à dos. L’aire d’attente du robot se trouve au milieu du bâtiment, ce qui permettra de scinder le troupeau en deux lots, pour les besoins expérimentaux. La circulation au robot est dites en « libre contrôlée », c'est-à-dire que les vaches situées dans les logettes doivent passer par l’aire d’attente pour accéder aux cornadis. Une fois dans l’aire d’attente, une porte de trie oriente les vaches selon l’heure de leur dernier passage par le robot de traite ou selon le lot auquel elles appartiennent.

 

A voir également :

Emission « C'est Actif »
Circulation des vaches laitières : libre ou guidée, que faut-il choisir ?

 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article