Dossier Retour au dossier Space

Vidéosurveillance, station météo, drone Reportage chez Didier Mestric, un éleveur passionné de nouvelles technologies

| par | Terre-net Média

Féru d'informatique et de nouvelles technologies, Didier Mestric est un éleveur atypique : il va chercher ses vaches avec son drone, possède sa propre station météo et peut voir l'ensemble de sa ferme depuis sa tablette tactile.

Cliquer pour voir le reportage sur la ferme laitière connectée

I mpossible de pénétrer incognito sur la ferme de Didier Mestric à Meslan dans le Morbihan : cet éleveur connecté vous a à l’œil grâce à ses quinze caméras dissimulées sur le siège de l’exploitation, dans les bâtiments et la maison d’habitation. Afin de surveiller ses vaches , comme les visiteurs impromptus, cet éleveur passionné d’informatique a réalisé lui-même son système de vidéosurveillance digne de celui d’un supermarché. « Je m’en sers tout le temps : pour savoir si les vaches sont rentrées en stabulation, repérer les chaleurs ou les vêlages... C’est vraiment très pratique », assure-t-il.

Les images sont enregistrées en continu sur un disque dur ce qui permet de revenir en arrière pour repérer le numéro d’une vache par exemple. Les caméras (analogiques et IP) sont reliées par voie filaire à l’ordinateur principal de l’exploitation équipé d’une carte vidéo Dvr. Le logiciel gratuit Géo-vision permet de voir l’ensemble des caméras sur n’importe quel écran connecté.


station météo davis instrument

Sa propre station météo


Didier Mestric a acheté sa propre station météo connectée. Il y a trois ans, il a investi dans un matériel semi-professionnel de la marque américaine "Davis Instrument". La station mesure les principales données climatiques et les transmet à une console connectée à son ordinateur. La station est également associée à des sondes agricoles enterrées dans les champs qui indiquent l’humidité et la température du sol en temps réel. Toutes les données climatiques et les statistiques sont accessibles depuis son site internet dédié à la météo de l’exploitation.

Avoir accès partout, tout le temps

Didier Mestric ne quitte jamais sa tablette 3G. Elle lui permet notamment d’avoir accès à tout moment aux informations des Dac et des podomètres de détection des chaleurs de la marque Nedap. La tablette lui sert aussi à avoir accès à ces logiciels de gestion de troupeau Isalait ou à noter quotidiennement sur des tableurs Google Drive la quantité d’aliment qu’il distribue avec son télescopique équipé de la pesée embarquée.

Didier Mestric veille à pouvoir connecter chacun de ses outils au réseau local et au réseau internet, afin de pouvoir y avoir accès depuis n’importe quel écran connecté au web. L'éleveur s'est même abonné à deux box internet afin d’optimiser la bande passante et limiter les problèmes de connexion. Toutes les données sont sauvegardées en continu sur deux serveurs (Nas) séparés physiquement. « L’exploitation est informatisée depuis une vingtaine d’années, explique-t-il. La sauvegarde des données est à mon avis un élément important pour se prémunir d’une défaillance des disques durs des ordinateurs suite à un problème électrique, un orage, un incendie ou un vol par exemple. »

Un système simple

La grande Métairie  :

1 Uth
70 vaches à 9.000 l/VL
60 ha de prairies portantes
50 ha de cultures déléguées

Didier Mestric utilise les outils connectés pour se faciliter le travail au quotidien car il travaille seul sur sa ferme de 70 laitières et 110 hectares. Son principal objectif est de parvenir à limiter le travail d’astreinte à 4-5 heures par jour. Pour cela, il a choisi de déléguer intégralement les travaux des champs à une entreprise. L’éleveur a donc réduit son parc matériel au strict minimum : un télescopique pour seul outil.

Derrière ces différentes technologies se cache en réalité un système d’élevage très simple basé sur l’herbe pâturée et une ration semi-complète de maïs à l’auge. Grâce à 60 ha de prairies portantes, ses vaches couchent dehors quasiment tous les jours de l’année, même en plein hiver. L’éleveur économise ainsi une grande quantité de paille et de temps de travail. Les vêlages prennent fin mi-novembre et reprennent trois mois plus tard fin février, ce qui réduit le travail et facilite le remplacement durant ses congés de février. Les veaux sont élevés en niches sur l’aire paillée des vaches du printemps jusqu’à l’automne.

Didier Mestric détaille sur son site internet www.grande-metairie.fr ses différentes technologies et méthodes de travail dans de courtes vidéos : vidéosurveillance, réseau informatique , drone , mélange et distribution d’une ration semi-complète en 7 minutes , etc.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


Aminata
Il y a 366 jours
Une aubaine ! Comment s'en procurer ?
Répondre