Dossier Retour au dossier Bâtiments d'élevage

ReportageIls réunissent méthanisation, séchage en grange, silos tours et Lely Vector

| par | Terre-net Média

A Hénanbihen, dans les Côtes d'Armor, les quatre associés de l'Earl de la Ville Blanchet ont profondément modifié leur système et leurs bâtiments avec la construction d'une unité de méthanisation.

Cliquez sur la vidéo pour voir les images de l'Earl de la Ville Blanchet (1 minute)

Méthanisation + silos tours + séchage en grange + robot d’alimentation = 2 millions d’euros d’investissement ! La ferme de la famille Gac sort d’une période de grands travaux. A Hénanbihen (22), l’Earl de la Ville Blanchet est le premier élevage français à avoir entièrement automatisé l’alimentation de ses 90 vaches laitières avec des silos tours et du foin séché en grange.

L’Earl de la Ville Blanchet
♦ 4 Uth
♦ 130 ha
♦ 90 vaches laitières
♦ 750.000 litres de lait
♦130 truies naisseurs-engraisseurs Label-rouge
♦ Méthaniseur de 150 kW électrique

« Tout est lié, explique Jean-Michel Gac : le lisier et les ensilages de dérobées et de maïs stockés dans les silos tours arrivent directement dans le bio-digesteur. La chaleur issue de la cogénération du méthane sert à chauffer la porcherie et le séchoir en grange. Le robot d’alimentation Lely Vector déclenche la désileuse des silos tours et son grappin charge le foin dans le bol, puis il distribue la ration mélangée aux vaches et génisses. Et la boucle est bouclée ! »

Jean-Michel et son frère Pierre ne consacrent que très peu de temps à nourrir le troupeau. Il suffit juste de charger la cuisine du Lely Vector avec la griffe à fourrage une fois par semaine et de monter, de temps en temps, à l’intérieur des silos tours pour ajouter un tuyau à la désileuse rotative. L’espace cuisine de 50 m2 est situé au bout du bâtiment du séchoir en grange et des génisses, à quelques mètres des silos tours. Elle comprend trois cases en bois pour stocker du foin de luzerne, du foin de prairie et de la paille broyée pour plusieurs jours.

Des foins très riches

La ration des laitières :

10 kg MS d’ensilage de maïs
1 à 2 kg de foin
3 kg de foin de luzerne
2 kg de correcteur
1.2 kg de paille broyée

Production
30 kg de lait/VL/j
TB : 41  TP : 32

« Nous avons choisi un Lely Vector pour sa simplicité de mise en œuvre sans rail et son prix. C’est un système éprouvé et relativement facile à prendre en main, reconnait Jean-Michel Gac. Nous avons dû faire quelques adaptations pour qu’il puisse mélanger et distribuer autant de foin. »

Le Vector prépare une quinzaine de bols par jour avec huit rations différentes, des veaux sevrés jusqu’aux vaches taries. « Les foins séchés en grange n’ont rien à voir avec ceux que nous avions l’habitude de faner en prairie. Ces foins sont jeunes, peu fibreux et très énergétiques. De plus, avec le transport pneumatique de l’ensilage de maïs, les grains arrivent éclatés. Aujourd’hui, après quelques mois de réglage, les rations sont moins acidogènes et correspondent mieux à ce que l’on recherche. »

Ensilage de maïs et de dérobées

Avec une densité de 300 à 400 kg MS/m3, la conservation de l’ensilage de maïs dans les silos tours est excellente. Le plus grosse tour de 1.500 m3 permet de stocker 35 ha de maïs (à 20 tMS/ha). « La première année, le remplissage n’a pas été simple, mais cet automne, nous avons monté 28 ha de maïs dans la journée sans soucis. » Le deuxième silo de 1.200 m3 contient également du maïs et 60 ha d’ensilage de cultures dérobées pour alimenter l’unité de méthanisation qui ingurgite 20 tonnes de matière par jour (ensilages, lisiers, fumiers, pailles broyées, tontes de pelouses, et déchets d’industrie agroalimentaire…). L’Earl de la Ville Blanchet est autonome à 90 % pour alimenter son digesteur.

Utiliser la chaleur

La cogénération du biogaz ne produit que 150 kW électrique pour 180 kW thermique. Le séchoir en grange n’utilise que peu de chaleur, moins de 15 % de la chaleur consommée. C’est principalement la production d’eau chaude sanitaire pour chauffer les porcheries en hiver qui permet à l’Earl de percevoir la prime à l’efficacité énergétique, complément indispensable pour assurer la rentabilité de la méthanisation.

Les deux ventilateurs du séchoir en grange déshydratent près de 400 tonnes de foin par an, stockés en vrac dans quatre cellules. Pour cela, les agriculteurs ont construit un bâtiment en charpente bois, suffisamment solide pour y suspendre les deux rails métalliques de la griffe à fourrage. Ils ont également dû faire l’acquisition d’une remorque autochargeuse, une Krone de 35 m3. Un outil indispensable pour hacher, récolter et transporter l’herbe, la luzerne et les cultures dérobées. Pour faciliter le process de méthanisation, la paille de céréales est aussi coupée à la moisson avec l’autochargeuse, puis séchée et stockée en vrac dans la nouvelle grange.

Question chiffre d’affaires, l’Earl de la Ville Blanchet vise 1/3 des recettes issues de l’atelier laitier, 1/3 de l’atelier porcin et le dernier tiers grâce au contrat de revente d’électricité à Erdf. « Le prix du lait est assez variable, le cours du porc est catastrophique aujourd’hui, seule la méthanisation nous permet d’avoir un peu de visibilité à moyen terme et d’amortir la facture. Mais ça ne tourne pas tout seul, il faut de bonnes matières premières pour produire suffisamment de biogaz », prévient Jean-Michel Gac.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 7 RÉACTIONS


HAK
Il y a 1645 jours
Pas compris le circuit.
Répondre
hive
Il y a 1645 jours
Encore une banque propriétaire d'une exploitation par défaut ?
Répondre
p2245
Il y a 1643 jours
c vrai que tout le monde travail pour la gloire
Répondre
aeb62400
Il y a 1646 jours
le fric ,le fric
Répondre
breizh
Il y a 1640 jours
Ont ils reçu des subventions pour ce projet?
Répondre
greg
Il y a 1645 jours
Du lait de béton peut être mais l avenir passe par ce type d installation ou demander au laiterie de payer le lait plus cher
Répondre
Rémy JACQUIER
Il y a 1650 jours
SIMPLEMENT DU LAIT DE BETON
Répondre