Dossier Retour au dossier Bâtiments d'élevage

Investir pour gagner du tempsLudovic Rohou (29) : passer de 45 à 60 VL sans augmenter la charge de travail

| par | Terre-net Média

Agrandissement du bâtiment, passage en logettes, installation de racleurs, création de chemins d'accès pour le pâturage... Ludovic Rohou a su investir du temps et de l'argent pour passer de 45 à 60 vaches sans augmenter sa charge de travail.

[Témoignage vidéo] Ludovic Rohou (29), éleveur laitier :

Cliquez sur le curseur pour lancer la vidéo.

Installé à Kergloff dans le Finistère (29), Ludovic Rohou gère seul son troupeau de près de 60 vaches laitières sur 60 ha de SAU. « Le bâtiment était prévu pour 45 vaches mais j'étais arrivé à 55 têtes », explique l'éleveur. Les problèmes de qualité de lait et la difficulté à conserver l'aire paillée propre l'ont amené à se tourner en 2018 vers un agrandissement du bâtiment et l'installation de logettes avec matelas et farine de paille. S'ajoutent alors deux racleurs avec balai.

Investir pour travailler dans de meilleures conditions

« On s'est dit : tant qu'à agrandir, autant agrandir tout. » De ce fait, pas moins de 415 m2 sont venus s'ajouter au bâtiment existant. Ainsi, 4 nouvelles cases ont été créées pour accueillir les vaches taries et les génisses. Avec toutes ses installations, l'éleveur estime gagner trois quarts d'heure chaque jour en hiver : « Avant, je paillais et raclais deux fois par jour et il fallait que je vide la stabulation toutes les trois semaines. » Il n'en est alors plus question aujourd'hui.

Ludovic a également mis en place un atelier de vente directe. 160 000 litres de lait partent chaque année vers une crêperie du secteur. Il possède alors deux tanks à lait, ce qui est très énergivore. Il a donc installé un pré-refroidisseur qui lui permet également de distribuer de l'eau tiède aux animaux l'hiver.

Sur les 60 ha de l'exploitation, 22 sont accessibles aux vaches. L'éleveur a récemment aménagé des chemins d'accès et amené l'eau dans les pâtures. Là aussi, il estime gagner 30 minutes chaque jour en pleine saison à ne plus avoir à amener l'eau aux champs.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article