Bâtiments d'élevageLa stabulation : plutôt un parasol qu'un sauna l'été

| par | Terre-net Média

Le stress thermique est un terme maintenant bien connu des éleveurs. La conception du bâtiment doit permettre de l'éviter. Rayonnement, ventilation et ambiance au sein de la stabulation : il faut tout passer en revue. Et si ça ne suffit pas, des solutions mécaniques peuvent être ajoutées.

Vaches laitières en bâtiment l'étéLe bâtiment doit répondre aux besoins du troupeau et notamment à son confort thermique l'été. (©Terre-net Média)

Inutile de le rappeler, c'est bien connu : les vaches laitières sont particulièrement sensibles aux fortes chaleurs. En situation de stress thermique, leur production chute, tout comme leurs performances de reproduction et c'est leur santé globale qui est mise à mal.

Si les bâtiments doivent les protéger des intempéries l'hiver, ils doivent également constituer une zone de confort en période chaude. Le Cniel liste les solutions pratiques pour aménager les bâtiments en conséquences.

Éleveurs allaitants, ne soyez pas en reste : vos animaux aussi souffrent des fortes chaleurs. Les conseils cités ici peuvent vous intéresser.

Attention au rayonnement

Si nous fermons les volets de notre maison lorsque la température grimpe, il en est de même pour les vaches : l'ensoleillement direct sur les aires de vie doit être évité.

- Concernant les parois, rappelons que les murs emmagasinent la chaleur la journée pour la restituer la nuit. Il faudra alors éviter autant que faire se peut les hauteurs de maçonnerie sur les côtés les plus exposés au soleil. Mieux vaut aussi limiter les zones bétonnées autour du bâtiment et privilégier l'enherbement.

- Pour la toiture, les plaques translucides sont à proscrire pour les côtés exposés au soleil. « Elles peuvent contribuer à augmenter localement de plus de 6°C la température perçue par l’animal », expliquent les experts. Ils conseillent, si elles sont déjà présentes dans le bâtiment, de les recouvrir de l'intérieur par une peinture d'ombrage utilisée par les serristes.

Autre aspect à avoir en tête pour ceux qui bâtissent : choisir une toiture de couleur claire (si possible selon les contraintes d'architecture locales). L'idéal reste d'isoler la toiture, surtout si elle est proche des animaux.

Pour le faitage, ils recommandent le système classique ouvert. « Le dôme éclairant de faible largeur reste une solution uniquement lorsque la toiture est totalement opaque (toiture isolée par exemple) pour les bâtiments de grande largeur. »

Des ouvertures pour une ventilation naturelle

Le bâtiment doit être ouvert pour que le vent puisse abaisser la température. Cela passe par :

- La taille du bâtiment (la ventilation sera plus efficace dans un bâtiment étroit, indépendant et bien exposé) ;

- Un maximum d'ouvertures (avec une protection des rayons pour les côtés est, sud et sud-ouest grâce aux rideaux brise-vent), et notamment en partie basse si possible.

Des modifications simples peuvent être apportées en auto-construction. Par exemple : démonter une partie du bardage au nord ou à l'est, créer des panneaux articulés ou coulissants, etc.

Si besoin : compléter par une ventilation mécanique

Les experts expliquent « Les critères de choix d’une solution de ventilation mécanique dépendent fortement des configurations de bâtiment et des objectifs recherchés : aider à renouveler l'air ambiant ou apporter des vitesses d'air plus importantes. »

Il existent plusieurs ventilateurs sur le marché et les conseillers d'élevage en ont évalué quelques uns dans le tableau ci-dessous :

Ventilation pour le bâtimentDes solutions de ventilation mécanique (non exhaustives) pour assurer une vitesse d'air au niveau de l'animal de plus de 1m/sec. (©Cniel)

Si en traite conventionnelle, on équipera prioritairement l'aire d'attente de la salle de traite, il faudra éviter en traite robotisé d'équiper uniquement la zone d'accès au robot au risque de créer un agglutinement et gêner l'accès à la traite.

Brumisation et douchage en dernier recours

Les experts sont unanimes : « La brumisation et le douchage sont des solutions à adopter uniquement en complément de la ventilation mécanique pour rafraîchir les animaux, avec aussi un effet répulsif pour les insectes. » En cas de mauvaise ventilation, ces techniques feront pire que mieux en augmentant le niveau de stress thermique.

Si la brumisation se veut rafraichissante, le douchage vise une réduction rapide de la température corporelle. Le système peut alors être installé en aire d'attente ou à l'auge mais attention à la consommation en eau.

La question du pâturage n'a pas été abordée mais sachez que l'ombre doit être de mise ! Retrouvez à ce sujet > Un gain de GMQ moyen plus important avec la présence d'ombre dans les prairies

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


Capitaine
Il y a 11 jours
D’où les bienfaits de l’agroforesterie !
Bien vu Patrice !
C’eSt valable pareil avec les poiriers du Mortainais.
Au fait le projet de replantation a été adopté, il est possible de mettre en terre pommiers poiriers cerisiers etcétéra. Seul n’appartient pas au schéma pour la France :
L’olivier. À vos pelles et pioches pour la planète et vos bestiaux....
Répondre
Patrice brachet
Il y a 11 jours
A l époque du toujours plus on a failli monter un autre bâtiment type boîte à étuver puis heureusement cela ne s est pas fait donc nous avons gardé notre vieille aire paillée ouverte est et sud et un trou pignon nord Quand on recevait des visiteurs ont avait l air ridicule avec notre ruine et puis on est allé encore plus loin depuis que l on pâture elles ont une noyeraie pour les jours très chaud avec l eau bien entendu cela peut prêter à sourire mais pas une vache n a tiré la langue cette été
Répondre