Inra

Articles relatifs à l'Institut National de la Recherche Agronomique : Inra

6Septembre
Alternatives aux phytosanitaires

« Le biocontrôle figure en tête de liste », selon l'Inra

Face aux attentes sociétales et politiques de réduction de l'usage des produits phytosanitaires, le biocontrôle apparaît comme une alternative non négligeable, utilisée seule ou dans le cadre d'une stratégie globale. Depuis plusieurs décennies, l'Inra mène des travaux sur les interactions entre les plantes et les ravageurs et dresse, aujourd'hui, un bilan de ses avancées en matière de biocontrôle.

30Aout
Séquençage du génome du blé

Une grande avancée pour l'amélioration variétale

Le séquençage du génome du blé est aujourd'hui réalisé. Ce dernier a été publié le 17 août dernier par le Consortium international de séquençage du génome du blé dans la revue Sciences. Cela représente des outils considérables pour répondre aux défis agricoles mondiaux, en permettant notamment l'identification de gènes d'intérêt agronomique.

19Avril
Alimentation

Réforme des tables de l'Inra : les calculs de rations se compliquent !

Un papier, un crayon et une calculatrice ne suffiront bientôt plus à calculer une ration. La réforme des tables de l'Inra, initiée en 2010, est désormais effective. L'objectif était de mieux prédire les réponses des animaux selon les rations proposées. Ainsi, les apports répondant à des besoins stricts et prédéfinis sont remplacés par des objectifs de production et des réponses animales hypothétiques qui permettent à l'éleveur de choisir la ration la plus adaptée à son système.


25Mars
Agrumiculture

« La sexualité des agrumes, c'est très spécial ! » Yann Froelicher, biologiste de l'Inra, parle avec passion des centaines de citronniers, arbres à kumquat et autres bergamotiers autour de lui, qui constituent l'une des plus belles collections du monde à San Giuliano, en Corse.

3Mars
Maladie du frêne

L'Inra s'apprête à lancer un appel aux randonneurs, promeneurs et autres bonnes volontés pour l'aider à identifier dans les forêts françaises les frênes en bonne santé, susceptibles d'être porteurs de gênes résistants à une maladie en développement sur cet arbre, la chalarose.

1Mars
Au Salon de l'agriculture

Que ce soit pour réduire les produits phytosanitaires ou pour lutter contre les effets du réchauffement climatique sur les plantes, la recherche agronomique « progresse » et « fait naître beaucoup d'espoir », explique à l'AFP le président de l'Inra, Philippe Mauguin.

1Mars
Recherche

Vidoc, Voltis, Floreal et Artaban : l'Inra présente au Salon de l'agriculture les quatre premiers ceps de vigne issus de sa recherche, porteurs de gênes résistants à l'oïdium et au mildiou, qui permettront de réduire de plus de 70 % l'utilisation de produits phytos sur la vigne.

19Février
Protection des plantes

Biocontrôle, immunité végétale... : des alternatives prometteuses à la chimie

La protection intégrée des plantes pour lutter contre les bioagresseurs, tel est le défi de l'agriculture du XXIe siècle. Lors du colloque sur l'innovation céréalière "Phloème" qui s'est tenu, les 24 et 25 janvier 2018 à la cité des Sciences de Paris, les chercheurs ont dressé l'état des lieux des avancées dans le domaine de la protection des cultures. La recherche s'oriente vers une agriculture de qualité, avec moins de chimie, capable de surmonter les maladies et les aléas climatiques.

9Février
Travail du sol

Les adventices, six pieds sous terre ou à fleur de sol ?

Du labour au semis en passant par les déchaumages, le travail du sol conditionne l'enherbement des parcelles. En bien. comme en mal. Contre les adventices qui s'invitent dans les champs, pas de solution miracle. Une connaissance plus fine de ces convives indésirables permettrait toutefois d'adapter les pratiques, pour une meilleure efficacité.

8Février
Agriculture biologique

Cuivre : est-il possible de s'en passer ?

Utilisé dans les différents types d'agriculture, notamment en production biologique, le cuivre permet de contrôler diverses maladies fongiques ou bactériennes. Employé en concentration excessive, il a des impacts négatifs « sur la croissance et le développement de la plupart des plantes, sur les communautés microbiennes et la faune des sols » (Inra). Ces effets ont motivé des restrictions réglementaires d'usage (plafonnement des doses applicables par hectare et par an), allant jusqu'à son interdiction dans certains pays (Pays-Bas et Danemark). L'Institut technique de l'agriculture biologique et l'Inra ont donc commandité une expertise scientifique collective.