4Juin
Viande bovine

Les laitières toujours mieux valorisées que les allaitantes

Reprise des exports de viande, meilleure valorisation des vaches laitières, stabilisation des cotations des jeunes bovins, marché des broutards qui tient bon : dans sa nouvelle note de conjoncture mensuelle sur la filière viande bovine, FranceAgriMer fait le point sur la situation.

25Mai
L'info marché du jour

État des cultures : du mieux, mais toujours loin d'être idéal

FranceAgriMer a légèrement amélioré ses notations de culture pour le blé tendre, avec 57 % des cultures en état « bon à très bon ». Pour l'orge d'hiver et de printemps, si elles s'améliorent faiblement pour le premier (52 %), elles se dégradent pour le second (58 %).

19Mai
Céréales

La moisson devrait être en avance cette année

Compte-tenu de l'avance des céréales observée en plaine, la moisson pourrait bien démarrer plus tôt qu'à l'accoutumée cette campagne. Selon l'observatoire Céré'Obs de FranceAgriMer, publié le 15 mai dernier, le stade épiaison était atteint par 63 % des surfaces de blé tendre en place dans la semaine du 5 au 11 mai 2020, soit une avance de 12 jours sur la moyenne des 5 dernières années et sur celle de l'année dernière.


14Mai
Alimentation animale

Une hausse des prix à prévoir dans les prochains mois

Pour le président du Syndicat national de l'industrie de la nutrition animale, les difficultés entraînées par la crise du coronavirus vont provoquer une augmentation des prix dans les prochains mois, en lien avec un surcoût des transports, et une augmentation de prix des vitamines, souvent produites en Chine.

14Mai
Covid-19 et marchés céréaliers

Le Covid-19 favorise toujours les exports de blé français vers les pays tiers

La crise liée au Covid-19 tire toujours la dynamique d'export de blé tendre français vers les pays tiers, a indiqué FranceAgriMer le 13 mai. L'organisme a revu ses prévisions à la hausse, en revanche les exportations vers l'UE ont été revues à la baisse, les cours du maïs étant plus attractifs pour les fabricants d'aliments du bétail. Le marché de l'orge se maintient, mais des inquiétudes se font sentir sur l'orge de brasserie.

11Mai
L'info marché du jour

Toujours pas d'amélioration pour les conditions de culture du blé et de l'orge

Les conditions de cultures du blé et de l'orge d'hiver restent inchangées d'une semaine sur l'autre. D'après FranceAgriMer, toujours seulement 57 % des blés et 53 % des orges d'hiver sont en état « bon à très bon ». En revanche, les conditions se dégradent encore pour l'orge de printemps.

8Mai
Bordeaux après le confinement

Déjà fragilisés par des aléas climatiques et des ventes en berne, les prestigieux châteaux bordelais tentent de réagir après le choc de l'annulation pendant le confinement de la « Semaine des primeurs », événement unique en France permettant d'assurer la stabilité économique de ces grands crus.

4Mai
L'info marché du jour

Les conditions de culture du blé et de l'orge se dégradent encore

FranceAgriMer a dégradé, une fois de plus, ses notations pour le blé et les orges. À l'issue de la semaine 17 (du 21 au 27 avril), les conditions restent nettement moins bonnes que l'an dernier : seulement 57 % des surfaces de blé, 53 % des orges d'hiver et 65 % des orges de printemps sont dans un état « bon à très bon ».

30Avril
Conjoncture bovine

Entre cotations qui décrochent et échanges en baisse, la filière souffre

Dans sa note de conjoncture mensuelle, FranceAgriMer dresse un bilan sur la filière viande bovine. La demande en haché est dynamique et permet une meilleure valorisation des vaches laitières. Malgré des cotations qui décrochent, les stocks augmentent en jeunes bovins et les animaux doivent sortir avant d'être trop lourds, ce qui conduit à des abattages en hausse. Quant aux exports de broutards, ils se poursuivent, tandis que les incertitudes liées à la pandémie perturbent les échanges de viande.

16Avril
Exportations de céréales

Vers un record absolu d'exports de blé français vers les pays tiers

Les exportations de blé tendre français devraient atteindre le niveau record de 13,2 Mt, d'après FranceAgriMer. Mais si les exports progressent vers les pays tiers, la demande du nord de l'Europe s'affiche en repli, tout comme les utilisations intérieures. Quant à la logistique, elle s'est montrée réactive et adaptable, mais le surcoût sur le transport par camion pose problème.

11Mars
Commercialisation du blé

Coronavirus, grèves : rien n'arrête la progression des perspectives d'exports

Malgré toutes les incertitudes qui pèsent sur le marché des grains, FranceAgriMer a de nouveau augmenté ses perspectives d'exports de blé tendre vers les pays-tiers. Ils sont désormais attendus à 12,7 Mt. Bien que l'impact du coronavirus sur les exportations françaises de céréales soit restreint pour le moment d'après l'établissement public, une possible détérioration n'est pas à exclure.

3Mars
Conjoncture laitière

Le coronavirus ralentit la hausse du prix du lait

Alors que les fondamentaux sont plutôt haussiers pour le marché des produits laitiers industriels, avec un déséquilibre entre l'offre et la demande, le coronavirus freine la tendance, selon Benoît Rouyer, économiste au Cniel. Le prix standard du lait de vache conventionnel s'élevait en moyenne à 335 ¤ les 1 000 l en 2019. Alors que la production laitière française poursuit son redressement en France et en Europe, elle manque de dynamisme en Nouvelle-Zélande.