Imprimé le 06/12/2019 16:46:06

Smic allemand de 8,5 ¤/h après 2015Il ne sera pas un remède au manque de compétitivité des abattoirs français

| par | Terre-net Média

L'instauration en Allemagne d'un salaire minimum de 8,50 ¤/h comme le prévoit l'accord de gouvernement Cdu-Csu-Spd n'altérerait qu'à la marge la compétitivité des abattoirs et des autres entreprises allemandes, en production porcine particulièrement.

Elevage de porcsLa bonne organisation de la filière évite aux éleveurs allemands d’être soumis à la pression des prix comme le sont leurs collègues français. (©Terre-net Média)

Le retour des prix garantis Outre-Rhin !

La politique de transition énergétique repose en Allemagne sur des prix garantis, comme l’était la Pac une vingtaine d’années auparavant. Toute installation de panneaux photovoltaïques, d’éoliennes ou de bio-méthaniseurs dans les exploitations, est rentabilisée par un contrat de rachat d’électricité de 20 ans à un prix fixé conclu avec l’agriculteur. Selon Michel Portier, directeur d’Agritel, « cinq millions d’euros investis en énergie renouvelable génèrent 8 millions de revenu agricole ».  

Comme pour les produits agricoles il y a encore une vingtaine d’années, c’est uniquement le consommateur allemand qui supporte le coût de cette politique, contraint de payer au prix fort chaque kilowatt heure consommé.

Dit autrement, entre les bas salaires et le prix faible de l’électricité payé par les entreprises, la reconquête de la compétitivité de l’économie allemande a épargné l’entreprise aux dépens du particulier soumis à la flexibilité du travail et contraint de financer seul la transition énergétique de plus en plus contestée de l’Allemagne.

Le déficit commercial français de produits carnés s’accroît chaque mois un peu plus avec 812 M€ pour les 11 premiers mois de 2013 (source Agreste). Mais ce n’est pas la production agricole qui est le talon d’Achille de l’ensemble des filières viandes, mais le manque de compétitivité des industries, des abattoirs et des entreprises de transformation. C’est la conclusion principale de l’analyse économique à laquelle s’est livrée Hélène Morin, consultante d’Agritel, l’expert des marchés européens dans les filières agricoles et agro-industrielles. Elle animait un déjeuner de presse sur le thème de la compétitivité et la transition énergétique en Allemagne et en France, mercredi 29 janvier 2014.

L’instauration d’un salaire minimum de 8,50 €/h comme le prévoit l’accord de gouvernement Cdu-Csu-Spd n’altérerait qu’à la marge la compétitivité des abattoirs et des autres entreprises allemandes. Tout simplement parce que durant ces dix dernières années, leur développement a reposé non seulement sur « un marché du travail flexible mais aussi sur une concentration des opérateurs, sur l’innovation et les technologies employées et sur une adaptation au marché avec des produits à base de viande très standardisés ».

Au final, « le coût du travail n’est pas le seul élément de la compétitivité allemande » dans un secteur industriel où la rentabilité a toujours été faible. Mais c’est en payant, parmi les salariés employés, un tiers d’entre eux originaires des pays de l’Est moins de 5 € par heure, que les abattoirs et les entreprises de transformation allemands ont eu les moyens de bâtir une stratégie de conquête aux dépens de leurs concurrents européens, et français en particulier.

En production porcine, la bonne organisation de la filière évite aux éleveurs allemands d’être soumis à la pression des prix comme le sont leurs collègues français où les industriels en surcapacité sont confrontés à des charges élevées. Et celles-ci pèsent indirectement sur les autres maillons de la chaîne de transformation, à l’amont comme à l’aval.

Or au niveau de la production porcine française, Agritel ne souligne aucun différentiel majeur de coût de production par rapport aux éleveurs allemands mais les éleveur français sont soumis à des contraintes plus élevées. Enfin, à la différence de leurs confrères d'outre-Rhin, ils sont très peu nombreux à dégager des revenus de la production de biogaz ou de toute autre production d’énergie renouvelable. Autrement dit, leur activité de production de porcs est quasiment leur seule source de revenu.

Hélène Morin, consultante Agritel.Hélène Morin, responsable du développement et
des relations internationales au sein d’Agritel. (©Agritel)

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article