Imprimé le 17/10/2019 01:13:46

Assemblée générale de la Fnp (2ème partie)Jean Michel Serres, président, lance un appel pour défendre l'amendement « Le Fur » - Installations classées avant le 29 juin

| par Frédéric Hénin | Terre-net média

Lors de l'assemblée générale de la Fnp du 23 juin 2010, l'amendement « Le Fur » sur les installations classées en production porcine et la mise aux normes des bâtiments de truies gestantes ont été au c½ur des débats de la journée.


L’amendement « Le Fur » sur les installations
classées est au coeur des débats. (© Terre-net Média)
Guettez le facteur ! Jean Michel Serres, président de la Fédération nationale porcine a demandé à ses délégués, réunis à Nantes en assemblée générale, de renvoyer aux députés Ump ou Nouveau centre de leur département ou de leur circonscription, et avant le 29 juin 2010, une lettre « modèle » que chacun d’entre eux recevra.

L’objectif recherché de cette lettre : faire pression pour que ces parlementaires votent l’amendement « Le Fur » sur les installations classées malgré l’hostilité de la Gauche et des Verts. Il a été ajouté au projet de loi de modernisation de l’agriculture qui sera soumis la semaine prochaine aux députés.

C’est en fait l’ensemble des éleveurs qui recevront cette lettre « modèle » et qui sont invités à la renvoyer à leur député de droite le plus proche .

Une avancée importante pour les éleveurs

 Pour rappel, cet amendement vise à « harmoniser les seuils Icpe nationaux avec les seuils européens pour les élevages ». Il a été adopté en commission au parlement ces jours-ci.

« Se placer dans le cadre européen permettrait de corriger les distorsions de concurrence criantes » , précise la Fnp dans son rapport d’activité.

Le ministère n’a pas désapprouvé l’initiative des éleveurs de porcs car l’amendement « Le Fur » s’inscrit dans le discours défendu par Bruno Le Maire, ministre de l’Agriculture. « Et si le gouvernement a préféré d’emblée marquer son opposition, c’est tout simplement parce qu’il craint les réactions des environnementalistes et des Verts ! L’affaire médiatisée pourrait susciter de nombreuses manifestations de tous genres », défend t-on par ailleurs, rue de Varenne.

Adopté, l’amendement constituerait donc une avancée importante pour les éleveurs de porcs, selon la la Fnp,  car il conduirait à aligner la réglementation française sur celle ce l’Union.

Réactions de la Confédération paysanne

« L'augmentation des seuils est un leurre et ne répondra pas plus à la crise actuelle de revenu des producteurs : c'est une fuite en avant. Elle ne favorise que l'agroalimentaire et place les producteurs comme variable d'ajustement. »
« La Lma ne répond pas aux besoins des producteurs. La Confédération paysanne demande aux politiques de mettre en place des outils d'adaptation de l'offre à la demande et de répartition des marges au niveau européen. La Confédération paysanne pense qu'il serait plus urgent de freiner la concentration des élevages et de plafonner le nombre d'animaux par travailleur. »
« Ces outils sont les seuls capables de fournir une meilleure valeur ajoutée aux éleveurs et de leur assurer un revenu. »
En fait, contribuer à réduire les distorsions sur ce point comme sur d’autres, tel a été l’objet d’une grande partie des débats de l’assemblée générale de la Fnp.

Ce n’est pas ainsi un amendement qui a été déposé à l'Assemblée nationale, à la demande de la Fnp, mais trois. Le deuxième porte sur la réduction à un an des délais d’instruction des dossiers Icpe et le troisième sur la limitation du rôle de l’autorité environnementale sur ces mêmes dossiers.

Dominique Barrau, secrétaire général de la Fnsea, invité à l’assemblée générale de la Fnp, a rappelé les chantiers auxquels s’attaque de son coté le syndicalisme majoritaire pour améliorer la compétitivité des exploitations agricoles. Il s’attèle à trouver des solutions pour réduire le coût du travail des salariés permanents et au transport de produits agricoles par camion de 44 tonnes approuvé par Nicolas Sarkozy, président de la République.

Lire aussi :

- Assemblée générale de la Fnp (1ère partie)
 1,25 € : le prix du kilo de porc en décembre prochain selon l’Ifip (1)

-Assemblée générale de la Fnp (3ème partie) - Pas de délai supplémentaire pour la mise aux normes des bâtiments de truies gestantes 

 

N.B : Jeudi 24 juin, nous complèterons cet article en traitant le troisième sujet important de l’assemblée générale, à savoir la mise aux normes des bâtiments de truies gestantes.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article