Imprimé le 01/03/2021 02:23:13

ProtecowAméliorer la production fourragère pour ensuite réduire les concentrés

| par | Terre-net Média

18 éleveurs laitiers français, flamands et wallons ont participé au projet Protecow. En comparant leurs pratiques d'élevage, et notamment d'alimentation, ils ont su activer des leviers et réduire leurs consommation de concentrés. Une double victoire qui leur permet de limiter leur dépendance aux marchés et améliorer la marge de leur atelier.

Vaches laitières à l'augeLa ration de base (les fourrages) doit être améliorer pour ensuite pouvoir réduire la part de concentrés distribués. (©Terre-net Média)

Améliorer la rentabilité et l'efficacité alimentaire des exploitations laitières : c'était l'objectif du projet transfrontalier Protecow qui vient de s'achever. Accompagnés par des nutritionnistes, six producteurs laitiers flamands, six wallons et six français ont échangé sur leurs connaissances et leurs pratiques, leur permettant de faire évoluer leurs systèmes d'alimentation ainsi que leurs résultats technico-économiques.

Membre du projet, l'éleveur belge Bruno Massart témoignait récemment : « Les vaches consomment moins de concentrés mais produisent toujours autant de lait »

Un système fourrager à améliorer

Carl Vanhoutte Vandemaele est l'un des éleveurs laitiers flamands ayant participé au projet. Il explique : « Les éleveurs français travaillent surtout avec une ration à base de maïs, tandis qu'on travaille en Belgique avec une ration maïs-herbe-pulpes ; c'est la grande différence. Les français cherchent à avoir une gestion très simple de l'alimentation, tandis que nous recherchons des productions plus élevés avec une ration complexe. »

Ayez confiance en vos fourrages !

Et en comparant les systèmes, l'éleveur s'est sérieusement penché sur sa production fourragère. En l'améliorant, il a revu sa complémentation : « Nous distribuons maintenant 1 kg de concentré pour 3 litres de lait contre 1 kg pour 2 litres auparavant, avec un maximum de 5 kg contre 6 kg avant. Et ce, sans baisse de production. Il ne faut pas avoir peur de diminuer la part de concentrés et accorder plus d'importance à la ration de base. »

Concrètement, cela passe par l'amélioration de la qualité des fourrages et notamment des ensilages d'herbe (récolte au bon moment pour maximiser la valeur MAT et UFL) ou encore de l'implantation de dérobées.

Sur la chaine Youtube du projet, Benoît Verriele, nutritionniste à Avenir conseil élevage (ACE) liste ses conseils pour réussir son ensilage d'herbe :

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo

Des calculs de ration différents entre français et flamands

Dans le calcul des rations, l'estimation de l'ingestion se fait de manière différente en France qu'en Flandre. Si elle est exprimé en UEL chez nous, elle est exprimée en kg MS et estimée à partir de la cellulose brute chez nos voisins.

Pour pouvoir comparer les rations, les experts ont créé un outil interne nommé Proterat et à l'utilisation, ils estiment que les deux systèmes de calcul sont complémentaires : « Les notions de valeur de structure en Flandre et de capacité d’ingestion associées à la densité énergétique en France sont toutes deux intéressantes pour formuler des rations ayant un moindre recours aux concentrés et plus rentables. »

Une progression économique importante

Au cours du projet, un éleveur wallon, Gauthier Bossut s'est rendu compte que « les flamands ont une certaine capacité à calculer tout ce qui rentre dans l'atelier lait. C'était intéressant à voir car chaque petite modulation a un impact sur la marge au final. »

Concernant l'efficacité alimentaire, Benoît Verriele d'ACE rappelle les différents leviers :

- la qualité des fourrages (viser plus de 0,9 UFL en ensilage d'herbe, 0,95 en ensilage de maïs, des pulpes ou des betteraves fourragères avec une valeur supérieure à 1 UFL). « L'objectif est d'atteindre 0,95 à 1 UFL pour la ration de base. Les concentrés de production ne sont là qu'en roue de secours. » ;

- l'équilibre de la ration à l'auge (teneur en énergie > 0,95 UFL, teneur en protéines autour de 100 g PDIE/UFL, 17-18 % de cellulose pour un taux de fibres suffisant dans la ration, une teneur en amidon comprise en 15 et 18 % de la ration, et une teneur en concentré limitée sous les 25 % de la MS ingérée);

- le raisonnement de l'apport en concentré de production (ne doit pas dépasser 35 % de la ration). De plus, si la densité énergétique de la ration (UFL/UEL) dépasse les besoins des vaches, le concentré sera inutile ;

- et la santé et le confort des vaches.

Retrouvez toutes ses recommandations sur la fiche pratique Protecow : Améliorer l'efficacité alimentaire des vaches laitières

Et sur l'ensemble des éleveurs, la situation a bien évolué : en quatre ans, les quantités de concentrés distribuées ont diminué et l'écart de marge brute lait s'est fortement réduit entre les éleveurs (il est passé de 78 €/1 000 l à 45 €/1 000 l). Preuve que les leviers ont été activés. De son côté, l'éleveur Gauthier Bossut a réduit de -28 % son coût alimentaire.

En guise de résumé, trois éleveurs membres du projet Protecow témoignent quant à leurs pratiques et les évolutions apportées :

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article