Imprimé le 03/12/2020 06:05:57

RetraitesAction de la Confédération paysanne pour des pensions à 85 % du Smic

| AFP

Quelques dizaines d'agriculteurs ont occupé jeudi, à l'appel de la Confédération paysanne, des locaux de services départementaux à Rodez (Aveyron), pour réclamer des pensions à 85 % du Smic pour les actifs agricoles, dans le cadre de la mobilisation sur les retraites.

Cette « manifestation non déclarée » a conduit « à l'occupation du hall de la Direction départementale des territoires », entraînant la fermeture « pour toute l'après-midi » de ce service ainsi que de la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations, a indiqué la préfecture.

Des négociations étaient en cours dans l'après-midi entre les agriculteurs, sur place depuis le matin, et la préfecture, qui a proposé de recevoir une délégation, a indiqué à l'AFP un représentant de la Confédération, Francis Enjalbert. « Ce qu'affirme le gouvernement sur les agriculteurs qui seraient les premiers bénéficiaires de la réforme des retraites est un mensonge», a-t-il affirmé.

« La retraite moyenne des agriculteurs est actuellement de 740 euros, rien de plus n'est prévu pour ceux qui partiront avant 2023, nous voulons une retraite à 85 % du Smic pour tous les actifs agricoles » dans le cadre de l'actuelle « remise à plat » de la réforme des retraites, a-t-il ajouté.

Quelques militants CGT et « gilets jaunes » se sont joints à l'occupation, selon ce syndicaliste.

Les pensions des agriculteurs déjà retraités, ne seront pas revalorisées dans le cadre de l'actuelle réforme, avait tacitement confirmé mardi Didier Guillaume, ministre de l'agriculture, assurant qu'une éventuelle amélioration serait étudiée par la suite. « Une fois que le régime universel sera en place », le gouvernement verra « comment éventuellement réduire une inégalité qui est inacceptable pour les paysans français », avait déclaré le ministre en réponse au député Jean-Paul Dufrègne (Gauche démocrate et républicaine), lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

Selon lui, « sur 30 000 agriculteurs qui partent en retraite, 20 000 ont une retraite inférieure à 1 000 euros par mois, et 10 000 ont une retraite supérieure à 1 000 euros par mois, soit deux tiers des retraités qui ne sont pas au niveau de la réforme universelle ».

La réforme du gouvernement propose qu'au sortir d'une carrière complète, un chef d'exploitation agricole perçoive au moins 1 000 euros net de retraite. Elle sera « bénéfique à 100 % des agriculteurs demain » lors de leur futur départ en retraite, avait déclaré Didier Guillaume.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article