Imprimé le 25/01/2021 08:01:32
Dossier Retour au dossier Temps de travail

Travail en élevage« Testez-vous avant de vous installer »

| par | Terre-net Média

Parce que le travail n'est pas toujours suffisamment pris en compte dans les projets d'installation des jeunes éleveurs, qui privilégient les paramètres économiques, le point info installation transmission des Hauts-de-France leur propose de se tester dans ce domaine avant de s'installer. Un auto-diagnostic qui a pour but d'aider les porteurs de projet à quantifier la charge de travail et à réfléchir aux solutions pour l'alléger si elle s'avère trop importante.

guide pait hauts de france estimer le travail avant de s installerLe travail est l'un des facteurs qui conditionnent la durabilité des installations en élevage. (©Terre-net Média) 

« Beaucoup de jeunes qui se lancent dans l'élevage ont la tête dans le guidon et se sentent invincibles. À plus ou moins brève échéance, certains se rendent compte que l'équilibre vie pro/vie perso n'est pas simple, ou rencontrent des problèmes de santé. Quelques-uns décident même de changer de profession », constatait dans une émission vidéo sur la question de l'attractivité du métier d'éleveur, tournée par la rédaction au Space 2019, Sandie Boudet, alors chargée de mission à l'Idele.

Découvrez aussi le témoignage de Robin Vergonjeanne :
Le parcours à l'installation, vu de l'intérieur, d'un journaliste devenu éleveur

Le travail, dont dépend la pérennité des installations en agriculture, en particulier en productions animales où la charge et l'astreinte peuvent vite devenir pesantes, est donc une variable à prendre en compte dans les projets des futurs installés, où elle s'avère aussi essentielle que les paramètres économiques. C'est pourquoi le point info installation transmission (PAIT) des Hauts-de-France leur propose de se tester dans ce domaine avant qu'ils ne se retrouvent la "tête dans le guidon" justement, sur leur exploitation.

Un outil : le guide "Travail : testez-vous avant de vous installer"

Il comporte : 

  • de nombreux conseils et témoignages(1)
  •  toutes les questions à se poser
  • un auto-diagnostic de la situation après installation
  • Des pistes d'amélioration des points de blocage
Retrouvez le précédent article de cette série sur le travail en élevage :
Apprendre à être bien dans ses bottes

→ quantifier le temps de travail une fois installé ou au moins commencer à y réfléchir.

Important
Anticiper pour prévenir les risques.

 (1) Paroles de jeunes installés

Au départ, on pensait pouvoir se dégager plus de temps. (Pierre)

Tant qu'on n'est pas installé, on a du mal à se rendre compte. (Vincent)

Il faut pousser les jeunes à plus y réfléchir. (Stéphanie)

La charge de travail, on se la crée. (Rémy)

Le but : définir une organisation efficace et les besoins en main-d'oeuvre

Il s'agit d'abord de définir :

  • sa façon de travailler
  • son volume de travail à l'année
  • la saisonnalité de certains chantiers

Sachant que le travail regroupe :

  • les activités de production bien sûr (de transformation, de vente et de toute autre diversification s'il y en a)
  • la gestion de l'exploitation : tâches administratives, réparations de matériels, management des salariés...
  • la formation et l'information
Attention !
Le 2e point est souvent sous-estimé et le 3e oublié.

Étape 1 : mon approche du travail, mes besoins, mes objectifs de vie

> Un quiz pour préciser le profil des porteurs de projets :

  • les "perfectionnistes"

Ils sont « bosseurs, très appliqués, pointus voire fignoleurs ».

Ils « consacrent beaucoup voire tout leur temps à l'exploitation ».

  • les "efficients"

Ils se révèlent « organisés, exigeants sur certaines tâches, moins sur d'autres ».

Ils passent du temps en dehors de la ferme.

  • les "simplificateurs"

Ils ne veulent pas « perdre de temps et simplifient la majorité des travaux ».

À noter
Grâce à son profil, on peut savoir où on se place dans les fourchettes de référence de temps de travail.

> Un questionnaire pour évaluer :

  • le nombre d'heures quotidiennes réservées au travail et au temps libre
  • le niveau d'équipement de l'exploitation
  • les pics de travail
  • les possibilités d'organisation collective (salariat, Cuma, entraide...)
À savoir
« Mieux se connaître (personnalité, valeurs, objectifs, contraintes) » permet d'appréhender plus facilement la problématique du travail.

Étape 2 : auto-diagnostic du temps de travail

Elle consiste à remplir le tableau suivant :

Ateliers ou postesNb h/an

Moi

(h/an)

Associé

(h/an)

Salarié

(h/an)

Saisonnier

(h/an)

Parents

(h/an)

etc.
Production 1
Production 2
Diversification 1
Diversification 2
Tâches administratives
Entretien matériel...

Total 

En h/an

En h/mois

En h/semaine

N.B. : pour faciliter le remplissage, des références de temps de travail sont disponibles par UTH et par poste.

Quelques références de temps de travail
  • Vaches laitières : 42 à 60 h/vache/an
  • Vaches allaitantes : 12 à 18 h/vache/an
  • Céréales et oléoprotéagineux : 6 à 10 h/ha/an
  • Maïs : 7 à 12 h/ha/an
  • Prairies : 2,5 h/ha/an
  • Travail administratif : 250 à 600 h/an
  • Entretien matériel : 100 à 1 000 h/an

Et le graphique ci-dessous pour identifier les pics de travail sur l'année :

graphe pointes de travail sur l'annéeLes pointes de travail sur l'année. (©PAIT Hauts-de-France) 

Puis il faut :

  • comparer ces prévisionnels avec les objectifs initiaux :

L'écart est-il important ou non ?

  • évaluer si le temps libre et la rémunération horaire sont suffisants.
  • prévoir les évolutions dans le temps par atelier, par poste et par travailleur (création d'un magasin à la ferme, installation d'un robot de traite, départ en retraite d'un associé, etc.), par exemple trois ans après l'installation, cinq ans après, dix ans après...
Voir également la revue des réseaux : Charge de travail importante : une (ré)organisation s'impose ! 

Un premier état des lieux

Comme son nom l'indique, le guide "Travail : testez-vous avant de vous installer" a pour but d'aiguiller les porteurs de projets dans l'estimation de la charge et de l'organisation du travail une fois installés. D'autres références et outils plus exhaustifs sont disponibles dans divers organismes agricoles, notamment les chambres d'agriculture. Mieux vaut également se faire conseiller en direct par les intervenants appropriés.

Les pistes d'améliorations

Elles peuvent se situer au niveau :

  •  des pratiques et de l'organisation du travail (planification et répartition des tâches entre travailleurs...)
  • du mode de production et du système (modification d'ateliers, d'assolement, de rotation, de la gestion du pâturage ou des vêlages, simplification de certains travaux...)
  • de l'environnement de l'exploitation (regroupement de parcelles, réaménagement des bâtiments...)
  • des équipements et du matériel (modernisation, mécanisation voire robotisation... )
  • de la main-d'oeuvre : collectifs de travail (association, Cuma, entraide), salariat (permanent, services de remplacement, groupements d'employeurs), répartition et/ou délégation des tâches,

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article