Imprimé le 09/08/2020 10:23:56

[Témoignage] TransmissionFranck Houssais : « Tout vendre, tout louer, continuer seul ou s'associer »

| par | Terre-net Média

Franck Houssais, éleveur en Ille-et-Vilaine, hésite entre plusieurs solutions pour sa fin de carrière. Dans deux ans, sa femme sera à la retraite et il se demande s'il continuera seul les années qu'il lui reste à faire, s'il s'associera avec un tiers, ou alors s'il louera ou même vendra sa ferme. Quelle stratégie privilégier ? Ayant bien anticipé la réflexion, il a encore un peu de temps pour se décider.

temoignage franck houssais transmission space 2019« Dès que ma femme partira à la retraite, je ne veux pas être présent sur la ferme plus d'une semaine sur deux », prévient l'éleveur. (©Franck Houssais) 

Parce que son épouse sera à la retraite dans deux ans et puisqu'étant plus jeune, il lui reste encore neuf ans à travailler, Franck Houssais se pose beaucoup de questions sur la transmission de son exploitation, à Domalain à l'est de l'Ille-et-Vilaine, et envisage plusieurs stratégies : « tout vendre, tout louer », poursuivre seul quelques années en arrêtant la production laitière ou « s'associer » avec quelqu'un.

Lire aussi l'article sur cet éleveur de la série "Témoignages transmission" ainsi que tous les témoignages de cette série : 
Franck Houssais : « Plusieurs options possibles » d'où l'intérêt « d'anticiper »

« Transmettre à des jeunes »

Même si « la ferme semble de petite taille », l'éleveur préférerait « la transmettre à des jeunes − un couple, deux associés ou un chef d'exploitation avec un salarié » − car en productions animales, la charge de travail est importante. En effet, il est crucial aujourd'hui, selon lui, que les producteurs « se dégagent du temps libre », pour leur famille comme pour eux-mêmes. D'ailleurs, s'il continue à travailler, en s'associant avec une tierce personne, Franck ne souhaite pas être à plein temps dans l'élevage. « Dès que ma femme aura pris sa retraite, je ne veux pas être présent plus d'une semaine sur deux », confie-t-il.

Écouter le témoignage vidéo complet de Franck Houssais en cliquant sur le curseur :

Le futur cédant, qui parle de transmission hors cadre familial, a pourtant deux enfants, dont un s'interroge sur l'opportunité de reprendre la ferme. « Il s'interroge seulement », souligne avec prudence celui qui a prévu d'autres alternatives sachant que ces interrogations pourraient ne pas se concrétiser finalement. Il ne lui ferme malgré tout pas la porte : « Il a encore deux années pour réfléchir. Il peut essayer, soit sous forme salariée ou s'il est plus sûr de lui, en association sans avoir à investir sur les postes lourds de l'exploitation, en n'achetant par exemple que du cheptel. Ainsi, il ne prend pas de risque. »

« On se connaît, on travaille déjà ensemble »

Si cela ne se fait pas et que l'éleveur décide néanmoins de créer, pour sa fin de carrière, une société avec un tiers, ce dernier pourrait être son actuel salarié. « Un jeune qui est posé et travaille bien mais qui doit prendre un peu de maturité. » Il faudrait aussi qu'il en ait envie, souligne Franck. « Ça arrive un peu vite dans sa vie professionnelle. Ce serait cependant une configuration idéale, avance-t-il. On se connaît, on travaille déjà ensemble. Pour avoir déjà vécu dans une autre vie la formule sociétaire, ce n'est pas toujours simple. »

Voir également le témoignage de Damien Moisan, éleveur sur le stage de parrainage« Tester le métier, le projet et l'entente avec les associés »

Laissons le futur retraité mûrir son projet de transmission. Pourquoi pas le recontacter d'ici un ou deux ans, pour voir où il en est ? Pour l'heure, il a déjà plein d'idées pour occuper sa retraite. « J'aurai beaucoup de temps mais je pense que j'en manquerai quand même », fait-il remarquer avec humour. Entre le bricolage, la voile, les petits enfants et tout simplement profiter de la vie, « je serai très occupé ». C'est en tout cas tout le mal qu'on lui souhaite !

ferme de franck houssais a domalain ille et vilaineIl y a 10 ans, Franck et sa femme ont installé des panneaux photovoltaïques pour « sécuriser leur fin de carrière et leur retraite avec un revenu complémentaire ». (©Franck Houssais) 

L'exploitation en quelques chiffres
  • 45 ha en agriculture biologique
  • 350 000 l de lait/an
  • 400 porcs/an vendus en direct
  • Un atelier photovoltaïque de 35 kWh, créé il y a 10 ans pour « sécuriser la fin de carrière et la retraite avec un revenu complémentaire ».
  • Un salarié à tiers temps.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article