Imprimé le 15/12/2019 11:55:42
Dossier Retour au dossier Space 2019

Ensilage brins longsLes bénéfices promis par les constructeurs sont-ils au rendez-vous ?

| par | Terre-net Média

Anthony Baslé, nutritionniste, dresse un premier bilan sur la technique d'ensilage brins longs suite au lancement de multiples modèles par les constructeurs de matériel. Les marques l'ont présentée comme la méthode révolutionnaire pour faire augmenter la production laitière de 2 kg par vache sans rien faire d'autre, qu'en est-il après plusieurs années d'études par Eilyps ?

Cliquer sur l'image pour démarrer la lecture de la vidéo.

Shredlage, DuraShredder ... qu'importe le nom, les constructeurs d'ensileuse proposent des éclateurs spécifiques pour ensiler en technique dite brins longs et grains éclatés. Le but de la méthode est d’améliorer la rumination en apportant des fibres plus efficaces grâce au maïs. Des constructeurs ont annoncé aussi un gain de productivité laitière pouvant atteindre 2 l de lait par vache et par jour. Sans oublier la meilleure santé du troupeau et les économies liées à l'arrêt d'ajout de paille dans la ration. Anthony Baslé, nutritionniste chez Eilyps, donne les grandes lignes des résultats des essais conduits par son entreprise.

De 0,3 à 0,4 kg de lait en plus contre 2 litres annoncé

Les premières années, les tests ont permis d'affiner la technique. Depuis, la hausse de production laitière ressort moins élevée qu'annoncée. Elle est plutôt de l'ordre de 0,3 à 0,4 kg de lait par vache. Loin donc des performances annoncées par certaines marques au lancement de leur système ! Anthony précise cependant que les résultats varient en fonction de l'élevage. Ceux qui constatent une hausse sont ceux qui ont aussi adapté leur méthode d'alimentation pour rester cohérent avec la méthode "brins longs".

À voir aussi >>> Ensilage de maïs - Le Gaec du vallon teste le Shredlage de Claas

Du point de vue nutritionnel, le spécialiste indique qu'il est nécessaire d'adapter l' alimentation du troupeau à la technologie. « Les résultats observés varient : des élevages sont satisfaits à la vue des résultats très concluants. Inversement, ceux qui n'ont rien modifié sont déçus. Aucune amélioration constatée », témoigne-t-il.

L'apport de fibres via l'ensilage brins longs est évident. En contre-partie, l'éleveur peut cesser d'ajouter de la paille à la ration. Résultat : il gagne du temps au moment de préparer la nourriture. Selon la taille de l'exploitation, il économise entre 10 à 20 min par jour ! « En parallèle, le producteur doit absolument veiller à l'équilibre chimique de sa ration, sinon il aura des problèmes sanitaires dans son troupeau », précise Anthony. Il est donc indispensable de raisonner l'intérêt de la méthode à l'exploitation. Difficile de sortir une règle générale.

Surcoût absorbé grâce au retrait de la paille de la ration

Côté économique, là aussi, difficile de faire un cas général. « Si le surcoût de la récolte est de 30 à 40 €/ha, l'éleveur s'y retrouve en économisant sur la paille à mettre dans la ration. Le bilan est donc à l'équilibre mais je considère qu'il y a un bénéfice grâce au temps gagné par le fermier. Si rien ne change dans la ration, le surcoût est toujours présent mais pas les résultats. Du coup, aucun bénéfice ! », détaille le professionnel.

Enfin, question marque, aucune différence significative ne semble se dégager. Toutes les marques ont lancé leur modèle pour répondre aux attentes des agriculteurs. Les entreprises de travaux agricoles s'équipent progressivement de la technique. Le plus souvent, le parc compte une machine équipée pour être capable de répondre à la demande d'une partie de leur clientèle.

Retrouvez les conclusions d'Arvalis à ce sujet > Ensilage brins longs : quel impact sur la production ?

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article