Imprimé le 17/10/2019 01:19:37

[Mon projet, mon avenir] Aléa climatiqueAider les agriculteurs sinistrés grâce au financement participatif

| par | Terre-net Média

En juin 2019, la grêle a ravagé de nombreuses parcelles agricoles de la région Rhône-Alpes. En quelques minutes, céréaliers, éleveurs, maraîchers, arboriculteurs, viticulteurs... ont perdu toute leur production et même pour certains, leurs bâtiments et équipements, soit la totalité de leur outil de travail. Face à l'ampleur des dégâts, un appel aux dons a été lancé sur la plateforme de financement participatif Miimosa, permettant aux citoyens de venir en aide aux agriculteurs touchés. Il diffère de ceux figurant généralement sur le site et repris dans cette rubrique, qui visent plutôt à soutenir des projets de création ou développement d'activités agricoles.

Cliquez sur le curseur pour lancer la vidéo.

Plusieurs orages extrêmement violents ont frappé la région Rhône-Alpes au début de l'été dernier. Le 15 juin notamment, des pluies diluviennes assorties de grêle se sont abattues dans les départements de l'Ardèche, la Drôme, l'Isère, la Savoie et la Haute-Savoie, dévastant tout sur leur passage. Céréales couchées, fruits éclatés, toitures de hangars agricoles perforées, serres pulvérisées... les dégâts se chiffrent en millions d'euros d'autant que la majorité des productions n'étaient pas encore récoltées.

Certains agriculteurs ont tout perdu en l'espace de quelques minutes : leurs récoltes mais aussi leurs cultures pérennes, leurs bâtiments, leurs équipements, c'est-à-dire l'intégralité de leur outil de travail. Cet accident climatique m'impactera donc pas seulement la campagne 2018/2019 et pourrait mettre en péril beaucoup d'exploitations, déjà fragilisées par les difficultés que connaissent de nombreuses filières agricoles depuis plusieurs années. Les jeunes installés, qui ont pas mal d'emprunts sur le dos, sont également particulièrement vulnérables. D'autant que peu d'exploitants sont assurés contre la grêle et que toutes les productions touchées ne pouvaient de toute façon pas l'être.

Photos et témoignages ont sensibilisé le grand public

Et si les producteurs sinistrés faisaient appel à la générosité des citoyens pour les aider à se relever de cette catastrophe ? Les Conseils départementaux de l'Ardèche et de l'Isère, Solidarité agricole Drôme et Agrisoutien Savoie(1) ont ainsi ouvert une collecte sur la plateforme de financement participatif agricole Miimosa. Pas de montant fixé, ni de minimum : libre à chacun de donner ce qu'il veut pour l'ensemble des départements touchés, avec l'assurance d'une répartition équitable, ou pour l'un ou plusieurs d'entre eux. En contrepartie, les donateurs sont invités à visiter une ferme grêlée.

Sur le site miimosa.com, les dommages constatés sont détaillés afin de sensibiliser le grand public. Pour l'Isère par exemple, on peut lire que la récolte de noix et de noisettes a été anéantie et qu'il faut, lorsque c'est possible, redresser les arbres ou alors en replanter de nouveaux, ce qui représente un coût matériel très important. Dans la Drôme, toutes les filières sont concernées : les pertes se montent à 70 millions d'euros et la survie de 20 % des exploitations est menacée. Dans les Savoie, 300 ha de vignes, plus de 50 ha d'arboriculture et plusieurs entreprises maraîchères ont été ravagés à 100 %, soit au total une quarantaine de fermes impactées.

15 000 € collectés auprès de 34 contributeurs

Des photos de parcelles et d'installations endommagées, ainsi qu'une vidéo du phénomène météorologique rare et impressionnant observé dans la Drôme, appelé "supercellule grêligène", viennent appuyer ces informations et chiffres préoccupants, complétées par des témoignages de producteurs. L'un d'eux, situé dans les Cévennes ardéchoises, indique que « son champ de pommes de terre a été pilonné par la grêle ». « Notre assureur nous a dit qu’on toucherait 35 % d’indemnités en moins parce qu’on n’allait pas ramasser et qu'on aurait donc des frais en moins !, déplore un autre, dans la Drôme. J’aurai juste de quoi rembourser mes cotisations d’assurance, l’éclaircissage du printemps et une partie de la taille. »

« Mes châtaigniers devraient être en fleurs, mais il ne reste même plus une feuille après le passage de la grêle », a commenté Châtaigne d'Ardèche AOP sur Facebook, message repris dans l'appel au dons, qui s'est clôturé la semaine dernière avec 15 000 € collectés auprès de 34 contributeurs. Ainsi, le financement participatif en agriculture peut permettre au grand public de soutenir non seulement des projets de création ou de développement d'activités dans ce secteur mais également des actions de solidarité et diverses causes. Même si la somme récoltée ne semble pas énorme au regard des millions d'euros de dégâts, elle constitue un coup de pouce appréciable pour financer certaines réparations ou remises en état. Dans les années à venir, ce type d'initiative se multipliera peut-être pour faire face à l'augmentation des aléas climatiques.

Chaque mois, retrouvez « Mon projet mon avenir » #MPMA, un témoignage réalisé en partenariat avec MiiMOSA , le premier site de financement participatif exclusivement dédié à l’agriculture et à l’alimentation.

Logo Miimosa
N.B : (1) Solidarité agricole Drôme est une structure mise en place en 2003 par les organisations professionnelles agricoles de la Drôme suite à la canicule, qui aide financièrement les agriculteurs victimes d'accidents climatiques à travers des démarches collectives. Agrisoutien Savoie, créée il y a plusieurs années par la profession agricole, mobilise les partenaires du secteur et les citoyens lorsque les aléas météorologiques mettent des exploitations en difficulté.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article