Imprimé le 19/10/2019 22:52:45

Accord UE-MercosurIndignations, manifestations : Ce qu'il faut retenir de la contestation générale

| par | Terre-net Média

La conclusion d'un accord politique de libre-échange entre l'UE et les pays du Mercosur vendredi 28 juin a provoqué un tollé général, tant de la part des agriculteurs que des ONG et personnalités politiques. À l'appel des FDSEA et de Jeunes agriculteurs dans plusieurs départements, les agriculteurs doivent manifester devant les préfectures à partir de mardi 2 juillet.

En 2018, au congrès de la FNB, les éleveurs avaient accueilli le ministre de l'agriculture avec une banderole dénonçant le projet d'accord commercial UE-Mercosur. En 2018, au congrès de la FNB, les éleveurs avaient accueilli le ministre de l'agriculture avec une banderole dénonçant le projet d'accord commercial UE-Mercosur. (©Terre-net Média)

Vendredi 28 juin : conclusion de l’accord entre la Commission européenne et le Mercosur

Malgré les multiples alertes du monde agricole auprès des élus français et européens, et malgré même la « mise en garde » d’Emmanuel Macron au Brésil sur l’environnement, la Commission européenne a conclu un accord politique de libre-échange avec les pays du Mercosur, vendredi 28 juin dans la soirée.

Cet accord permettra d'éliminer de nombreux droits de douane entre les deux parties au niveau industriel et agricole, mais concerne aussi les services, les marchés publics, les obstacles techniques au commerce, les mesures sanitaires et phytosanitaires et la propriété intellectuelle.

Pour le secteur agricole, l’accord, qui prévoit un quota d’importation vers l’UE de 99 000 tonnes de viande bovine sud-américaine au taux préférentiel de 7,5 %, va fragiliser un peu plus les 85 000 éleveurs français de vaches allaitantes. Il prévoit aussi une ouverture du marché européen pour la volaille – quota de 100 000 tonnes - et l’éthanol – 180 000 tonnes pour le sucre, fragilisant ainsi les filières avicoles et sucrières européennes et françaises.

Samedi 29 juin : premières réactions d’indignation

Dès la confirmation, vendredi, que l’accord avait été conclu, de nombreuses voix se sont élevés pour dénoncer cette issue, à commencer par les agriculteurs.

Lui-même concerné, puisqu’il est éleveur de vaches allaitantes en Saône-et-Loire, l’ancien président de Jeunes agriculteurs et nouveau député européen Renaissance Jérémy Decerle s’est fendu d’un tweet ironique désapprouvant un tel accord.

Lundi 1er juillet : l’accord UE-Mercosur fait l’unanimité contre lui

Passé le week-end, les réactions agricoles se sont rapidement multipliées pour dénoncer un accord jugé néfaste pour l’agriculture et l’environnement.

 

Dans la classe politique aussi, les réactions dénonçant l’accord se sont multipliées.

 

 

De son côté, le ministre de l'agriculture Didier Guillaume tente de rassurer. L'accord commercial UE-Mercosur sur la viande bovine ne sera pas ratifié par la France notamment s'il n'y a « pas de certitude » sur la « traçabilité » des viandes , a-t-il affirmé mardi , ce que la fédération des éleveurs bovins juge « impossible ».

Mardi 2 juillet : De l’indignation aux manifestations

Le syndicalisme majoritaire a décidé, en régions, de manifester contre l’accord conclu vendredi dernier. Dans les Hauts-de-France notamment, plusieurs appels à manifester devant les préfectures ont été donnés, notamment à Beauvais, Arras et Lille. D'autres manifestations sont prévues dans plusieurs villes de la région Auvergne-Rhône-Alpes ou encore au Puy-en-Velay, à Évreux, à Nantes, à Rouen.

 

Quelle est la suite ?

Selon notre confrère de Libération Jean Quatremer, certaines parties de l’accord sont mixtes. Ce qui impose un vote favorable, non seulement du parlement européen, mais aussi des ratifications des États membres de l’UE. Ceci dit, l’accord UE-Mercosur pourra, comme l'a été l’accord Ceta entre l’UE et le Canada, entrer provisoirement en vigueur, de manière progressive, avant même les votes et ratifications définitives.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article