Imprimé le 16/10/2019 15:22:59

PorcChacun réclame sa part de l'augmentation du prix du porc

| AFP

Dans une France pour l'instant épargnée par la peste porcine africaine, les différents maillons de la filière de la viande de porc réclament leur part de l'envolée des prix mondiaux causée par la hausse de la demande, notamment chinoise.

« L'accident majeur » qu'est l'épidémie qui ravage les élevages porcins en Chine « va représenter probablement un appel d'air en termes d'importation, non seulement de viande porcine mais éventuellement d'autres viandes », explique Philippe Chalmin, président de l'Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires. « Je ne vais pas vous dire en tant que producteur que c'est une calamité totale pour nous, car effectivement la production porcine a vécu des heures compliquées pendant les dernières années pour la rentabilité des exploitations ». Elle va donc « se retrouver dans une situation un peu meilleure », indique Guillaume Roué, président de l'interprofession porcine Inaporc.

Le prix du kilo de porc au marché au cadran du Plérin en Bretagne, qui fait référence dans la profession, est passé de 1,20 euro à la mi-mars, à 1,40 mi-avril. Ils atteignaient 1,47 euro le 16 mai. Mais les producteurs estiment tout de même qu'ils pourraient y gagner plus.

Pour François Valy de la FRSEA Bretagne, « certes, la législation du marché de Plérin peut avoir un effet bloquant », car les prix ne peuvent pas augmenter de plus de 6 centimes d'euros par semaine, mais ils « auraient pu augmenter de 25 centimes » depuis la mi-avril, selon lui. Il pense donc que « les abattoirs se font de l'argent sur notre dos ».

Faillite des salaisonniers

Pour le président de l'interprofession, la difficulté réside plutôt dans « la répercussion de ces coûts jusqu'au consommateur ». Pour que les intermédiaires que sont les abattoirs et l'industrie des salaisons relèvent leurs tarifs d'achat aux éleveurs, il faut qu'ils réussissent à vendre plus cher leurs produits à la grande distribution. Les négociations ont lieu une fois par an entre l'industrie agroalimentaire et les grandes et moyennes surfaces. Les prix sont fixés dans un contrat annuel signé le 1er mars au plus tard, soit 15 jours avant le début de la hausse des prix du porc cette année. Même si les industriels avaient prévenu qu'une envolée des prix des matières premières était à prévoir, ces négociations se sont traduites par une évolution des tarifs comprise « entre - 2 et + 2 %, compte tenu du poids de la distribution », selon Guillaume Roué.

Une non-répercussion de ces hausses dans les contrats « risque d'entraîner des déficits importants chez les salaisonniers, notamment les PME réparties sur les territoires, et s'il y a des problèmes de faillite ça va générer des problèmes d'emploi et de changement de capital », assure Guillaume Roué.

La situation lui semble cependant « mieux engagée que dans les crises précédentes, comme pour le beurre où (la filière) a dû faire la grève des rayons » pour parvenir à faire céder la grande distribution. « Moins de jambon dans les rayons permettrait peut-être d'aller un peu plus vite dans les négociations », ajoute-t-il cependant.

Les acteurs de la grande distribution semblent comprendre les enjeux : « a priori, les enseignes ont toutes repris contact avec les salaisonniers, sur demande de ces derniers » pour renégocier les tarifs, assure Hugues Beyler, le directeur agriculture et filières de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) qui ne participe pas elle-même aux discussions. « Il y a une prise de conscience qu'on a un intérêt commun à trouver des équilibres durables pour que sur le marché intérieur il n'y ait pas de rupture de stock, ni de prix qui augmentent énormément. L'idée est de préserver un accès à un produit déjà en déconsommation », explique-t-il.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article