Imprimé le 20/06/2019 22:29:48

« Lundi vert »Selon Agriskippy, les consommateurs se trompent de cible

| par | Terre-net Média

Face à cette tribune signée par 500 personnalités et appelant à bannir la viande et le poisson le lundi, Agriskippy réagit dans une nouvelle vidéo pour expliquer que « ça n'est pas une bonne idée ». En effet, l'éleveur incite plutôt les consommateurs à manger local et de saison et surtout à lutter contre le Ceta et l'accord UE/Mercosur.

Ce 2 janvier, 500 personnalités appelaient à un « lundi vert » sans viande ni poisson. Alors que les éleveurs sont déjà la cible de nombreuses critiques, ils encaissent plutôt mal cet appel afin de « préserver la planète ». C'est notamment le cas de l'éleveur Antoine Thibault, allias Agriskippy, qui explique dans une vidéo postée sur sa chaîne Youtube pourquoi ce « lundi vert » est une mauvaise idée :

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo

« Manger local et de saison me semble être une bonne alternative au fait de manger végétarien », commente l'éleveur normand. Il ajoute : « Il faut éluder le gaspillage alimentaire : l'initiative d'un "lundi sans gaspi" aurait était intéressant. »

« La plupart des signataires de cette tribune "lundi vert" vivent dans un monde de strass et de paillettes. Leur initiative a un côté hautain et déplacé et je pense qu'elle aura plus un impact négatif qu'autre chose. Il y a en effet plus de réactions hostiles sur les réseaux sociaux. » Il explique alors : « Je suis attaché à la préservation de l'environnement et mes pratiques vont dans ce sens. Quand j'essaie, à travers mes vidéos, d'inciter d'autres agriculteurs à faire comme moi, je parle de ma profession. Je ne leur dis pas "faites comme-ci ou comme-ça". »

Pour l'éleveur, « l'écologie, ça commence par soi. »  Agriskippy propose alors : « Ça aurait été une superbe idée que les actrices et acteurs signataires mettent en place un festival de Cannes vert où on éviterait d'utiliser des yachts ou des jets privés ou encore d'arriver en limousines. Ce serait un signal fort et ce serait quelque chose qui serait suivi. En effet, il y a un tel décalage entre ce monde de strass et de paillettes et notre monde rural. »

Nombreux sont les éleveurs et professionnels du monde agricole ayant réagi sur les réseaux sociaux (voir les exemples ci-dessous). Là-dessus, Antoine confie : « Les éleveurs ont mal pris cette initiative car l'élevage français est pris dans un étau avec la baisse de consommation de viande et les consommateurs qui dénoncent l'élevage intensif. Ces élevages intensifs se situent au Brésil ou encore au Canada. Pour lutter contre ça : il faut lutter contre les accords de l'Union européenne qui visent à importer cette nourriture-là ! »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article