Imprimé le 19/09/2019 07:26:02

[Alimentation des vaches laitières]Faut-il une complémentation spécifique pour les débuts de lactation ?

| par | Terre-net Média

Pour éviter les débuts de lactation chaotiques (amaigrissement, acétonémie, problèmes de reproduction...), il vaut mieux s'y préparer. Les experts alimentation des chambres d'agriculture de Bretagne vous aident à y voir plus clair en détaillant la complémentation idéale des débuts de lactation.

Amaigrissement, acétonémie, problèmes de reproduction : les risques liés aux débuts de lactation sont multiples. Si la complémentation peut aider, elle ne peut en revanche pas tout solutionner.Amaigrissement, acétonémie, problèmes de reproduction : les risques liés aux débuts de lactation sont multiples. Si la complémentation peut aider, elle ne peut en revanche pas tout solutionner. (©Terre-net Média)

Les chambres d'agriculture de Bretagne font le point sur l'alimentation des vaches laitières dans un guide pratique co-rédigé avec l'Idele. Sous la forme d'un vrai/faux, il répond aux questions pratiques des éleveurs et montre que certaines affirmations ne sont pas toujours justes. Dans cet article, les experts abordent la complémentation des vaches en début de lactation.

Retrouvez toutes les thématiques du guide dans le sommaire en bas de page.

« Je peux alimenter mes vaches de la même façon quel que soit leur potentiel ou stade de lactation » : VRAI !

Cette phrase ne sera jamais assez répétée : « La ration se doit d'abord d'être équilibrée en énergie et en azote ». Si c'est le cas, les conseillers précisent alors qu'il n'est pas nécessaire d'individualiser la complémentation en début de lactation. Les vaches ajustent leur consommation à leur potentiel et à leurs besoins.

« On peut empêcher l'amaigrissement des vaches en début de lactation par l'alimentation » : FAUX !

Seule la monotraite permettrait d'éviter l'amaigrissement en début de lactation. Les experts affirment : « Du fait de la régulation hormonale en début de lactation, un supplément énergétique par les concentrés se traduit par une augmentation de la production, sans limiter l'amaigrissement, sauf si les fourrages sont de mauvaise qualité ou la ration carencée en azote. »

« Si je ne distribue pas de concentré de production, les vaches maigrissent » : FAUX !

Encore une fois : si la ration est équilibrée, les concentrés ne sont qu'un "plus". Les réduire n'aura aucun impact sur l'état des vaches laitières. Il faut pour cela offrir les fourrages à volonté et équilibrer la ration en azote à 100 g de PDIE/UFL.

« Je prends un risque sur la reproduction si je réduis les concentrés » : FAUX !

Même réponse que précédemment : la ration doit être équilibrée à 100 g PDI/UFL pour pouvoir réduire les concentrés sans risque pour les performances de reproduction.

« Le propylène glycol n'est pas indispensable en début de lactation » : VRAI !

Cette distribution systématique ne se justifie pas. Les conseillers de la chambre d'agriculture rappellent que le propylène glycol n'est à distribuer qu'aux vaches à risques (vaches grasses, hautes productrices ou ayant déjà eu un problème au vêlage précédent) et aux vaches présentant des risques d'acétonémie (perte d'appétit, chute du TP avec augmentation du TB)

Pour aller plus loin, demandez votre guide technique auprès des chambres d'agriculture de Bretagne >> Alimentation des vaches laitières : et si on faisait le point

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article