Imprimé le 15/12/2018 09:10:58

[Paroles de lecteurs] VegansAprès les syndicats agricoles, aux lecteurs de faire front commun

| par | Terre-net Média

Plus de 130 commentaires en une semaine : le front commun inédit du monde agricole pour dénoncer l'extrémisme anti-spéciste est le 2e article le plus commenté de l'histoire sur Terre-net, loin derrière toutefois celui sur le coup de gueule d'Emmanuel Ferrand à propos du glyphosate (650 réactions). Il faut dire que les "trolls" vegans étaient de sortie et les éleveurs prêts à leur répondre aussi !

paroles de lecteurs boucheries abattoirs saccages par les antispecistes Les lecteurs éleveurs avaient à peine le temps de contre-attaquer que les vegans dégainaient à nouveau !(©Boucherie Abolition // Création Terre-net Média) 

Chrislait : « Holocauste, voilà le mot employé par Madame Solveig de l'association je ne sais quoi... Ça fait mal et personne ne réagit !!! »

Monique : « Elle a les neurones atteints, sérieux ! Elle a du mal à parler et est essoufflée. La nature va vite nous en débarrasser. Vu les conséquences sur les facultés mentales, mieux vaut ne pas arrêter de manger de la viande ! »

Phil22 : « On ne va quand-même pas se laisser mener par le bout du nez par quelques personnes qui ne souhaitent qu'une chose : qu'on cesse de tuer les animaux. J'aime trop la viande et beaucoup de Français aussi, alors combattons tous ces militants vegans et antispécistes, ainsi que toutes les associations comme L214. Ils ne prônent que la violence, visuelle et verbale ! »

Monique : « Il faut dissoudre tous ces mouvements et assos puisque chacun à sa manière appelle à la haine et à la violence par des mensonges, diffamations et manipulations. »

Élevage Sylvain Ray : « (...). Quelle sera la prochaine étape, empêcher par la force les consommateurs d'acheter de la viande dans les magasins ou sur les marchés ? Ces différentes associations ont le droit d'exister, la France est une démocratie, mais elles ont aussi le devoir de respecter les autres ! Le plus scandaleux pour moi est de voir comment elles parviennent à avoir autant de capitaux. Il va falloir que les médias se posent la question de leur responsabilité, car vouloir toujours faire le buzz peut conduire à des situations insupportables ! Nos dirigeants sont également responsables, car ils opposent en permanence citadins et ruraux alors qu'à l'heure actuelle, ces deux mondes sont indissociables ! Leur méconnaissance du terrain peut mener à des politiques aberrantes. Venir en vacances à la campagne ne permet pas pour autant de comprendre son fonctionnement ! Le syndicalisme agricole a sa part de responsabilité puisqu'il estime que communiquer coûte trop cher ! Enfin, nous agriculteurs sommes fautifs par notre silence. Ne sommes-nous pas en effet les meilleurs ambassadeurs de notre si beau métier ? À nous de réagir, de rétablir la vérité sur l'élevage ! »

Agripicardie : « L'État subventionne tous les jours ces gens-là, les leaders de L214 destructeurs de l'élevage en France en tête, en leur permettant de fonctionner par l'intermédiaire de dons déductibles des impôts. Vous ne pouvez pas continuer à les financer d'un côté et défendre la profession de l'autre. Vous êtes des girouettes absolument pas crédibles ! »

« Les "trolls" vegans sont de sortie », les éleveurs prêts à leur répondre aussi !

Malheureusement, comme dit Zozzo, « ça y est, les "trolls" vegans sont de sortie et vont se mobiliser pour poster leurs commentaires ! »

Charles : « L214 condamne toutes les actions violentes et les vegans sont pacifistes par essence. »

Zozzo : « Si c'est de l'humour Charles, ce n'est pas le lieu ni le bon sujet pour ça. La grande majorité des vegans sont intolérants, totalitaires, provocateurs, violents, sectaires, extrémistes. C'est ce qu'ils nous montrent au quotidien par leurs attaques verbales et même physiques, leurs manipulations et "fake news", leurs actions de vandalisme. S'il y a quelques pacifistes parmi eux, on les voit vraiment très très peu ! »

Monique : « Les vegans parlent d'holocauste, alors comparons ses militants aux jeunesses hitlériennes ! Elles sont loin d'être pacifistes Charles ! Les vegans ont les mêmes méthodes qu'elles : l'agressivité, la violence, les accusations gratuites, les diffamations pour discréditer, les appels à la haine, les destructions et les vols... Les dangers sont les mêmes aussi ! C'est vrai qu'en vous lisant, vous n'avez vraiment pas l'air agressifs ! Alors n'inversez pas les rôles... (...) »

Dédé éleveur : « Les vegans sont des radicalisés de l'alimentation ! »

Loned zot : « Au lieu de l'élevage, commençons par éradiquer la c... humaine, ce sera une bonne chose de faite ! »

Erjuanito : « Je ne suis pas agriculteur mais j'ai travaillé dans une coop plusieurs années et j'ai été choqué par le discours des éleveurs envers les vegans. Il y avait beaucoup de mépris. Pourtant, nier les tendances de fond, c'est faire l'autruche. Pas étonnant d'en arriver aux conflits actuels ! »

Zozzo : « Comment ne pas faire preuve de mépris envers des gens qui nous traitent de la même manière ? Avec 0,4 % de Français vegans, je ne pense pas qu'il s'agisse d'une tendance de fond !! Ils ont une drôle de conception de la majorité et donc de la démocratie. C'est tout le problème : 0,4 % de vegans, et surtout un pourcentage encore plus faible d'extrémistes, veulent imposer leur vision aux 99,6 % de Français qui ne pensent pas comme eux ! Moi, j'appelle ça du fascisme !! On a l'impression qu'ils sont plus nombreux tant ils font parler d'eux, en cherchant le conflit et le buzz via leurs provocations incessantes et leur extrémisme.  »

Jett :  « S'ils ne respectent pas les personnes, comment peuvent-ils respecter les animaux ?? (…) »

Monique : « (...) Aujourd'hui, le bien-être animal sert de paravent à un mouvement anarchique qui ne s'arrête absolument pas à l'élevage. La vraie idéologie vegane cache bien autre chose, un mouvement anarchique qui rêve de prendre le pouvoir ! (...) »

Ils balancent des chiffres et des rapports ERRONÉS

Frédérique Paggi : « Il va bien falloir un jour que les éleveurs reconnaissent l'évidence, qu'ils lisent et comprennent les rapports scientifiques (émanant des plus hautes instances, toutes spécistes !) qui les avertissent sur les dangers mortifères de l'exploitation animale. Les agriculteurs ne sont quand même pas des imbéciles ! Ou alors, ça vous plaît de passer pour les idiots du village... Je ne sais quoi penser devant tant d'obstination rétrograde. »

Saltimbanque : « D'autant qu'on sait désormais, et c'est scientifique, que la viande est un fléau pour les animaux, la santé et l'un des principaux facteurs du réchauffement climatique, donc un fléau pour la sauvegarde de la planète et de tous ses habitants. Les bêtes émettent du méthane et on pratique la déforestation à outrance pour augmenter les surfaces cultivables afin de les nourrir ! Plus de 80 % des céréales, du maïs et du soja sont cultivés pour l'alimentation animale. Sans parler de l'eau gaspillée : 150 000 l/kg de boeuf, soit 60 000 l par mois pour 4 kg de viande consommés en moyenne par personne en France. Vous pouvez très bien avoir des animaux dans les prairies sans les emmener à l'abattoir ! Bougez-vous, reconvertissez-vous pendant qu'il en est encore temps au lieu de ne penser qu'au pognon, vous allez en crever ! Je suis végétalien depuis 2011 et je suis en parfaite santé. Ce n'est pas mon fantôme qui écrit ici ! »

Poly : « Merci pour ces données. D'où les sors-tu ? Du fond de ton chapeau sûrement ! Et les sources, où sont-elles ? »

Monique : « Vos études viennent toutes du canada et sont bourrées d'erreurs. Non, nous ne sommes pas des imbéciles et sommes justement capables de les lire et de relever toutes ces incohérences. Par contre, même si on vous le prouve, vous êtes tellement endoctrinés que vous refusez de l'admettre. Rien, absolument rien, ne peut excuser la violence. Vous tombez dans la criminalisation par pure idéologie. Le monde de l'élevage ne vous à pas attendu avec vos mensonges pour améliorer les choses. N'avons-nous pas réalisé d'énormes travaux de mise aux normes pour zéro retour sur investissement ? Ouvrez les yeux ! »

The germs :  « @Paggi, vous inventez des chiffres visiblement... Le bilan carbone de l'élevage en France n'est pas de 15 % mais de 8 %, et celui de l'informatique atteint 12 % selon certaines études. Des centaines d'espèces en Afrique sont en voie de disparition suite à la destruction de leurs habitats naturels en raison de l'ouverture de mines de métaux rares qui servent à fabriquer des ordinateurs. Et puis, quand on vit dans le troisième pays vendeur d'armes au niveau mondial, on évite de la ramener avec des soi-disant valeurs écologiques. Quelle bande d'hypocrites ! »

Lire, à propos du rôle de l'élevage dans l'amélioration du bilan carbone :
Gaz à effet de serre − Comment l'élevage peut-il alléger ses émissions ?

Monique : « @Saltimbanque, les céréales consommées par les animaux sont celles impropres à la consommation humaine. (...) Concernant le soja, les bêtes ne mangent que des tourteaux après extraction de l'huile pour les humains. Quant à la consommation d'eau, ce calcul a été démenti depuis déjà un bon bout de temps. Il avait été complètement faussé par de mauvaises données. Saltimbanque, ta copie mérite 0. C'est pas bien de copier sur le copain qui ne raconte que des c... »

Et des arguments écologiques contradictoires

The germs : « Votre commentaire, Saltimbanque, est complètement contradictoire !! Vous reprochez aux bovins de consommer trop de céréales, d'eau et d’émettre des gaz à effet de serre. Donc, si je vous suis, il faudrait éradiquer cette espèce pour limiter ses inconvénients. Pourtant au final, vous demandez à ce qu'on ne les tue pas ?? Comment peut-on tenir des propos aussi idiots ??? Vous contredisez vos propres arguments !! Incroyable !!! Il faut choisir : soit on garde les bovins en vie, avec toutes les contraintes supposées que vous évoquez, soit on éradique cette espèce au nom du "sauvetage de la planète"... De plus, n'importe quel animal a un impact sur notre planète, du simple fait de sa présence. Donc, vouloir "limiter" le nombre de bovins, c'est ridicule si derrière on laisse proliférer une espèce qui polluera autant. Car, c'est le mode d'ingestion et de digestion (ruminant) qui pose problème, et les vaches ne sont pas les seuls ruminants sur cette planète... »

Patou : « D'où mes craintes quant au risque de perte de mémoire et de capacités de jugement lié à l'arrêt de consommation de viande  !! Je connais des pédiatres qui ne savent plus comment soigner leurs gamins à ces gens-là ! »

Patrice Brachet : (...) « Et que faites-vous des pâturages non labourables ? Je ne parle pas du bilan carbone bien évidemment ! De plus, les prairies abandonnées vont devenir le paradis de la faune dite sauvage. Comment allez-vous gérez sa prolifération ? Parce que je ne pense pas que vous vouliez passer vos week-ends à débroussailler, d'autant que le bilan carbone va être mauvais. À moins que vous le fassiez à la main, mais gare aux ampoules alors ! Il y a de la place pour tout le monde sur terre. Respectons-nous ! »

Monique : « La principale cause du réchauffement climatique est l'industrialisation, pas l'élevage qui justement, via le pâturage des prairies, empêche le lâcher trop important de carbone dans l'atmosphère, chose que les cultures ne peuvent pas faire. Si vous refusez de tenir compte des bénéfices écologiques de l'élevage, vos arguments ne sont qu'une propagande mensongère ! »

Vendange 2 : « Il paraît que les vaches polluent... Eh bien, ils peuvent parler de pollution ces tartufes de vegans ! Je suppose que tous ces détraqués ont une voiture, prennent l'avion pour voyager, achètent des produits qui viennent du bout du monde sur des pétroliers, vont aux toilettes où ils rejettent les médicaments qu'ils avalent, se chauffent l'hiver et ont des poubelles pleines tous les jours de divers déchets et emballages. Je pourrais continuer longtemps comme ça ! »

Comme l'est leur comportement envers les animaux d'ailleurs

Frédérique Paggi : « (...) Jamais les antispécistes, ni les vegans, n'ont prôné un retour au Moyen-Âge, avec une agriculture uniquement manuelle. Simplement, étant très bien informés et ayant pris conscience de la réalité du monde, ils tentent de le rendre meilleur pour tous en achetant moins, en consommant le plus possible local et en refusant toute souffrance animale inutile. Est-ce si difficile que ça à comprendre ? D'ailleurs, les vegans et antispécistes ne sont pas les seuls à agir de la sorte, beaucoup de Français se rendent compte des dangers à continuer "comme on a toujours fait". Il faut que les éleveurs et les professionnels de la viande intègrent que la majorité des Français ne veulent plus de l'élevage intensif et de la maltraitance animale qui en découle. Le monde est en train de changer et les agriculteurs vont rester à quai. Adaptez vos exploitations à ce que demandent la société, avant qu'il ne soit trop tard. Les géants de l'agroalimentaire, eux, ont déjà compris où se trouve leur intérêt... et ils n'hésiteront pas à laisser un peu plus leurs éleveurs "esclaves" crever de faim. »

The germs : « Le véganisme est la plus grande arnaque du début de ce siècle !!!! Ce sont des groupuscules haineux qui se cachent derrière de supposées valeurs éthiques pour mieux détruire une catégorie de la population française. Ils installent juste une ségrégation anti-éleveurs alors que le reste de la société ne traite pas mieux les animaux. Moi, les amis des bêtes, je les croiraient sur parole le jour où ils dénonceront les milliers de castrations et de stérilisations forcées pratiquées sur les chiens et les chats ! La plupart de ces personnes prétendent défendre les animaux, mais ne limitent bizarrement leur revendication qu'à certains animaux d'élevage... Que des bêtes soit enfermées en permanence dans des appartements en ville ne les dérangent pas. De nombreux animaux de compagnie souffrent aussi en silence car ils sont devenus de véritables jouets par leur maître en manque d'affection. Ils sont mêmes obligés de faire leurs besoins quand leur maître l'ont décidé ! Désolé de vous l'apprendre, mais détenir un chat ou un chien n'est pas un acte "naturel" ! Que des milliers d'autres bêtes soit massacrées à coup de pelleteuse et de bulldozer pour construire des maisons ou des ordinateurs ne vous gêne pas non plus...  Il faut s'attaquer à interdire l'usage des voitures, qui massacrent chaque années des millions d'animaux qui meurent dans d'atroces souffrances sous leurs roues. Il faut interdire les lignes électriques et téléphoniques, qui obligent à détruire tout ce qui se trouve en dessous. Il faut interdire l'usage des ondes et les lumières dans les villes, qui perturbent de nombreux animaux dans leurs déplacements. Vous avez une étrange conception du bien-être animal, non ?? Celui-ci leur sert juste de support pour justifier leur haine de l'autre...  Les éleveurs, que vous détestez, n'ont pas le monopole de la souffrance animale. Au final, vous leur faites payer les carences du reste de la population. Soit on interdit toutes ces maltraitances de manière unilatérale, soit on ne fait rien. Une loi doit s'appliquer à tout le monde ! Vous voulez des caméras ? Alors il faudra en mettre dans les centres vétérinaires pour savoir ce qui s'y passe, et même dans la maison de chaque propriétaire d'animaux de compagnie. Vous voulez proscrire l'élevage ? Alors il faudra interdire tout un chacun de détenir un animal... CQFD. Le massacre des animaux continuera dans les foyers français et à la SPA, qui euthanasie à tour de bras, faute de place... J'ai sûrement une philosophie de vie bien plus cohérente que la votre !!!! »

Frédérique Paggi : «  Bien sûr que les cirques, les centres équestres, les aquariums, les zoos, etc. sont dans le collimateur des vegans et des antispécistes, mais vous comprendrez que comme la majeure partie de l'exploitation animale (environ 99 %) a lieu dans les activités d'élevage et de pêche, c'est là qu'ils concentrent leurs efforts. Ils militent contre ces élevages de la honte et parallèlement, ils exhortent sans cesse à adopter plutôt qu'acheter des bêtes et se posent de sérieuses questions sur leur bien-être lorsqu'elles sont enfermées pendant que leurs maîtres bossent. Vous voyez la réflexion antispéciste remet tout en cause, pas seulement l'élevage industriel destiné à l'alimentation humaine. »

« C'est la fin de l'élevage et de l'agriculture tout court ! »

Seb : « Arrêtons de nous monter la tête sur les réseaux sociaux. La France ne devient pas végétarienne. Aucun McDo n'a fait faillite... Quant à l'abattoir incendié, attendons les conclusions de l'enquête pour connaître le responsable. »

Monique : « J'ai subi deux fois des insultes veganes alors que mes vaches sont élevées 100 % à l'herbe en bio ! Mais comme ces illuminés ne connaissent absolument rien à l'élevage, ils ne seront jamais satisfaits. Jusqu'ici les éleveurs ont fait preuve de beaucoup de patience mais maintenant, ça va changer ! (...) »

Phvert : « (...) Ceux qui nous attaquent ont pris le prétexte du bien-être animal mais ce qui les motive, c'est surtout la déstabilisation de notre société et de ses valeurs rurales. »

MDR : « C'est la fin d'un certain modèle agricole pour le bien de tous ! »

À suivre, dans les semaines qui viennent, un Paroles de lecteurs sur le modèle agricole français

Patou : « Éleveurs, soyez solidaires et réagissez car cette haine contre nous n'est pas saine et si les pouvoirs publics n'y mettent pas leur nez, c'est la fin de l'élevage ! Faut être très prudent face au lobbying de ces gens-là car ils savent mieux faire passer leurs idées que nous et sont très unis, ce qui n'est pas notre cas. À méditer... »

Steph72 : « C'est la fin de l'agriculture tout court. Il n'y a qu'à faire le parallèle entre les vegans et l'appel des coquelicots contre le traitement des cultures. Changer de modèle, ça veut dire tout le monde en bio mais au prix du conventionnel. Et oui, tous les agriculteurs, y compris les bio, sont menacés de disparition ! »

Les vegans s'informeraient, étaieraient leurs jugements, exerceraient leur esprit critique... Sans blague !

Frédérique Paggi : « Monique, si vous parlez des caillassages contre les boucheries, je suis entièrement d'accord avec vous. Cette violence-là n'aide pas la cause animale, je suis donc absolument contre. Elle aurait même tendance à la reléguer au dernier plan. Si ce sont des antispécistes qui ont commis ces actes, ce sont des nigauds pour ne pas employer un autre terme. En revanche, chaque jour, la vôtre (celle commise envers les animaux d'élevage) conforte les vegans et les antispécistes dans le fait qu'il faut continuer le combat, le déconditionnement et lutter contre l'idéologie dominante. Car bien que vous pensiez que nous soyons de pauvres personnes endoctrinées, c'est faux. Nous l'avons été mais contrairement à vous, nous avons pris conscience de la réalité, nous nous interrogeons, nous lisons, nous nous informons, nous nous questionnons sans cesse, nous étayons, recoupons les informations et les sources… Les fausses informations, c'est l'industrie agroalimentaire qui depuis que les lobbies (aidés des politiques à leurs bottes) et la publicité existent, nous noient dedans. Comment expliquez-vous que les animaux d'élevage, sur les emballages ou dans les spots télévisés, aient toujours le sourire et le poil rutilant ? Vous et moi savons que c'est faux. Pourquoi ne communiquez-vous pas clairement sur ce qui se passe dans les élevages (castrations, limage ou arrachage des dents, coupe des queues et des becs, écornage, coupe des becs, tout cela à vif, surpopulation, enfermement, inséminations forcées, séparation des petits d’avec leurs mères, affaiblissement volontaire... Vous ne le faites pas, parce que vous savez pertinemment que vos méthodes ne sont pas défendables. N’importe quel être ayant un peu de conscience n’en veut pas. La vérité de l’élevage n’est pas vendeuse. Ne pas en parler, ne pas la révéler, cela s'appelle de l'endoctrinement de masse. Lors de la loi alimentation, vous et vos confrères et consœurs avez eu l’occasion de soutenir de nombreuses propositions que demandaient les Français, vous n’en avez rien fait. Preuve s’il en fallait une que la maltraitance actuelle vous convient parfaitement, que vous vous complaisez dans le monde d’hier. Vous savez, on ne naît pas antispéciste dans un monde profondément spéciste. On découvre des choses, des réalités qui nous dérangent pour certaines et nous révulsent pour d’autres. Pour finir, puisque vous affirmez que "mes" études sont bourrées d’erreurs, en avez-vous à me soumettre qui me montreraient que je me trompe ? Attention, des études émanant de sources officielles, pas sorties du chapeau de l’éleveur du coin… Et, par pitié, ne vous défendez pas en affirmant que chez vous, ça ne se passe pas comme ça : 85 % des animaux d’élevage sont produits dans des fermes usines en France. Ça se passe donc comme ça dans 85 % des cas ! »

Monique : « (...) Ben oui, le blabla des gens qui veulent réinventer le monde sans le vivre au quotidien, sans savoir de quoi ils parlent... Ces frustrés de la vie, ces allumés ne sauveront pas le monde, ils contribueront juste à le détruire ! OK, plus d'élevage intensif en France. La Hollande, l'Allemagne, le Brésil vont se frotter les mains parce qu'ils pourront produire trois fois plus pour exporter en France et remplir nos étals. Pendant ce temps-là, le chômage aura bondit. Ça te va comme programme ? C'est ce que tu veux ? »

Frédérique : (...) Comment peut-on justifier une pratique (quelle qu'elle soit) en affirmant : "Si on ne le fait pas, ce sont les autres qui le feront" ? »

Impossible de discuter avec eux de toute façon

Monique : « Impossible de discuter avec les vegans et les antispécistes de toute façon. Ils disent de manière très mielleuse et hypocrite qu'ils viennent pour débattre, qu'ils sont gentils et que ce sont nous les méchants. En réalité, le seul débat qu'ils acceptent, c'est celui qui va dans leur sens ! »

The germs : « Il faut être aussi têtu qu'eux et utiliser les mêmes "armes", notamment leur vocabulaire. La plupart du temps, ils finissent par lancer des phrases incroyables de dépit, juste pour essayer d'avoir le dernier mot de la fin. Pathétique... »

The germs : « Les vegans sont à court d'arguments, c'est la limite quand on bricole ses idées. Et à vouloir être trop extrêmes dans leurs démarches, ils finissent par s'enfermer dans leurs propres idées et même par les corrompre. Leur absence de volonté de sortir quelque chose de positif de ce débat et d'essayer de réellement résoudre les problèmes m'inquiète. Le bien-être animal est un sujet important et il faut s’atteler à l'améliorer. Mais, au lieu de comprendre l'autre, de chercher à connaître ses difficultés et de l'aider à trouver des solutions, les vegans préfèrent stigmatiser, détruire, et diviser notre société. C'est le même fonctionnement que pour les partis extrémistes. Demain, avec leurs logiques mortifères qui prolifèrent, aurons-nous encore un intérêt à vivre ensemble ? Ce sera le début de la fin... »

The germs : « Ce qui serait bien, c'est de pouvoir discuter avec des personnes ayant une réflexion un peu plus poussée qu'une vision prémâchée du sujet, vue ou lue sur internet ! Vous n'avez même pas la décence de répondre aux questions que je vous pose et aux arguments que j'avance !! Preuve que votre philosophie est bricolée !!!  »

Frédérique Paggi : « (...) Ce qui serait bien aussi, ce serait de pouvoir débattre avec des personnes ayant une réflexion propre et pas celle prémâchée de leur filière... »

Comme Frédérique est restée silencieuse quelques heures, Patou s'est réjouit : « Je crois que vous avez eu Frédérique à l'usure. Bravo, les collègues ! Mais dans quelle société vit-on ? (...) »

Monique : « Bien sûr, quand il n'y a plus d'argument, on prend la fuite. C'est toujours comme ça (...) »

Mais c'était mal la connaître...

Frédérique : « Les vegans et les antispécistes utilisent les arguments écologistes afin de sensibiliser un nombre croissant de personnes, qui ne viendraient peut-être pas autrement, à la cause animale. C'est une ficelle, mais la filière agroalimentaire use de bien d'autres pour nous vendre des cadavres souriants... Quant aux animaux de compagnie, on ne peut considérer comme du gaspillage le fait de nourrir des êtres afin qu'ils profitent de la vie, sinon on peut aussi remettre en question le fait même de nourrir la population humaine. »

The germs : « Votre commentaire est très intéressant. Pour résumer, les antispécistes sont juste des opportunistes dans leur argumentation, et clientélistes de surcroît, pour rassembler le plus de monde à leur cause. C'est justement l'incohérence de votre philosophie que je pointe depuis le début et sur laquelle vous vous obstinez... "Quant aux animaux de compagnie, on ne peut considérer comme du gaspillage le fait de nourrir des êtres afin qu'ils profitent de la vie, sinon on peut aussi remettre en question le fait même de nourrir la population humaine." Exactement ! Vous êtes donc d'accord avec moi !! »

Monique : « La ficelle n'est pas l'écologie mais les montages et les trucages vidéos de L214, et les naïfs dont vous faites partie tombent dans le piège. »

Frédérique Paggi : (...) « Si L214 truque ses vidéos, laissez les caméras entrer dans les élevages concentrationnaires et les abattoirs afin de le prouver, la polémique sera terminée. Monique, concernant l'idéologie des antispécistes, il est vrai que nous espérons qu'un jour elle sera dominante, comme celle du spécisme aujourd'hui, que vous n'imaginez même pas remettre en cause tellement elle vous semble "naturelle" ou "normale" C'est d'ailleurs à ça qu'on voit notre conditionnement à tous, lorsqu'on n'est plus capable de remettre en cause un système profondément injuste. »

The germs : « Là où il y a scandale, c'est que certains politiques, personnalités ou journalistes surfent sur la vague vegane. Quand on voit certains écolos EELV qui militent pour l’installation de caméras dans les abattoirs alors qu'il n'y pas plus dévastateur pour l'écologie, ça craint ! Ce qui est d'ailleurs regrettable, c'est l'absence de journalistes sérieux ayant fait un travail d'analyse sur ce mouvement alors que c'est pourtant assez simple. » 

Frédérique Paggi :  « Les antispécistes ne cherchent pas à convertir, mais à convaincre à force de raisonnement. Nous vivons dans une société où l'on nous formate tous à un mode de vie que nous n'avons pas choisi. L'antispécisme permet d'y réfléchir et cherche à apporter des solutions à des problèmes moraux et éthiques. Le chantier est vaste : repenser toute la société est un immense défi. Mais commençons par l'élevage et la pêche qui à, eux seuls, sont responsables de 99 % de la maltraitance animale. Une fois ces deux violences-là abolies, les autres couleront de source. »

Monique : « Frédérique , c'est vrai que vous n'êtes absolument pas formatée à répéter en boucle les mêmes balivernes ! »

Attention toutefois aux PROPOS que CERTAINS AGRICULTEURS peuveNT tenir

Seb : « Ce que montre cette affaire, c'est l'autisme dans lequel on s'est enfermé nous le monde agricole. La société d'aujourd'hui, nous ne la connaissons plus, nous ne cherchons plus à la comprendre en se réfugiant derrière notre soit-disant bon sens paysan... Mais quel bon sens ? On défend bec et ongles les produits phytos alors qu'on est les premiers à en crever ! Vous avez déjà vu des mécanos manifester pour le retour de l'amiante dans les plaquettes de frein ??  Si les consommateurs veulent moins de viande, arrêtons d'en surproduire... Quant à nos chers syndicats agricoles, ils sont toujours en train de pleurer auprès du gouvernement tel un enfant gâté pourri n'obtenant pas ce qu'il veut... Tous les agriculteurs ne sont pas c... et ne sont pas tous non plus payés tous les mois par des groupes ou coopératives ne faisant que du business. (...) »

Une belle conclusion pour finir

Poly : « Les commentaires des "trolls" vegans sont navrants. Allez hop, je reprends mon bâton pour allez voir mes vaches, heureuses dans leurs prés. Ni aujourd'hui, ni demain, je ne culpabiliserai de faire ce magnifique métier. Car sans moi et sans les consommateurs de produits carnés, ce sont aussi de magnifiques prairies et un magnifique bocage qui disparaîtront. Fier d'être éleveur ! »

Patou : « Le bien-être animal commence par celui de l'éleveur !! Je m'explique : un éleveur (comme tout être vivant) qui souffre notamment en raison de la fatigue, de divers harcèlements provenant de l'administration, des banques, de la société, etc., de critiques permanentes de son métier, va être plus nerveux avec ses animaux que si tout baigne dans l'huile ! Alors si vous voulez du bien-être animal, arrêtez de nous harceler et cela ira beaucoup mieux ! »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article