Imprimé le 15/08/2018 03:07:18

Autonomie protéiquePatrice Brachet, éleveur de Dordogne, teste des associations de fourragères

| par Nicolas Mahey | Terre-net Média

Patrice et David Brachet, éleveurs laitiers à Azerat (Dordogne) ne labouraient déjà plus depuis 1997 quand ils rencontrent Konrad Schreiber en 2012. Agronome atypique connu pour ses travaux sur les TCS et son engagement pour l'autonomie fourragère et protéique, celui-ci les accompagne aujourd'hui dans le suivi de leurs méteils. Trois nouvelles associations légumineuses/maïs sont notamment à l'essai depuis l'année dernière.

Patrice Brachet teste plusieurs associations de variétés en méteil pour une autonomie fourragère et protéique de son élevagePatrice Brachet teste plusieurs associations de variétés en méteil pour une autonomie fourragère et protéique de son élevage. (©Nicolas Mahey)

Patrice Brachet reconnait lui-même « ne pas toujours être pris au sérieux. Pourtant, nous obtenons des résultats », affirme-t-il. Il faut dire que la démarche de ce laitier périgourdin, en Gaec avec son fils et son épouse a de quoi surprendre. Pionniers du non-labour dans son département puis des techniques culturales simplifiées, les Brachet cultivent aujourd’hui 65 ha de méteils dont 10 ha de mélange-tests associant maïs et légumineuses. « C’est en 1997 que j’ai pris conscience de l’importance de la vie du sol, explique Patrice Brachet. J’ai travaillé vingt ans à la charrue. Plus on pouvait descendre profond, mieux on se portait. C’était l’usage. » C’est en essayant un déchaumeur Smaragd qu’il a le déclic : « le sol était ameubli sans être déstructuré : j’ai été immédiatement convaincu. Par la suite, nous n’avons travaillé qu’avec ça, avant de passer aux TCS, puis au semis direct. Nous avons toutefois fait une exception en 2002, avec un labour pour détruire 30 ha de ray-grass. »

Un mélange d'espèces « maison » pour un ensilage de méteil

Installé sur 114 ha en système intensif, le Gaec Brachet possède un troupeau de 150 laitières et produit 1,3 million de litres (chiffres 2017). Côté cultures, 55 ha sont semés avec un mélange d’espèces maison (voir tableau 1) entre le 15 octobre et le 5 novembre. Des maïs suivent immédiatement après. Objectif : parvenir à l’autonomie fourragère et protéique. But actuellement atteint aux deux tiers, 30 % de la ration apportée aux laitières comportant encore 3,5 à 4 kg de tourteau de soja non-OGM par animal, soit 50 000 €/an. Un coût « non négligeable » dont les associés aimeraient s’affranchir totalement. Composée pour moitié de méteil et de maïs ensilage, à quoi s’ajoutent 4 kg de farine d’orge par vache, le coût de la ration est de 95 € pour 1 000 litres de lait.

« C’est Konrad Schreiber qui nous a suggéré d’implanter des mélanges. Nous avions des difficultés à détruire nos ray-grass avant maïs ; on a démarré sur une petite surface et aujourd’hui le méteil est notre culture principale. » Il faudra trois ans d’essais pour arriver à une recette satisfaisante : « changer de système ne se fait pas du jour au lendemain. Le choix d’espèces adaptées aux conditions pédo-climatiques est primordial », fait remarquer Patrice Brachet. Le méteil est ensilé fin mai puis stocké en silo-taupe. « Il faut bien évaluer le stade de récolte. Ensilé trop tôt, le produit est trop azoté. »

Doses/haCoût/haStade de récolte% de MS

MAT

(g/kg de MS)

UFL

(UFL/kg de MS)

PDIN

(g/kg de MS)

PDIE

(g/kg de MS)

Avoine (semence fermière)50 kg4,80 €laiteux32 %11 à 16 selon analyses0,8075 à 92 selon analyses78 à 85 selon analyses
Fèverole (semence fermière)50 à 60 kg10 €graines formées
Pois arkta (variété résistante au gel)15 kg21,75 €gousses formées
Vesce velue7 kg23,10 €fleurs
Trèfle squarrosum et/ou* trèfle micheli3 à 3,5 kg7,95 €

boutons (squarrosum)

fleurs (micheli)

67,60 €/ha

* : Semés habituellement en mélange mais en terrain inondable : micheli seul / sol sec : squarrosum seul.

Associer maïs et légumineuses pour un fourrage riche

10 ha habituellement laissés en jachère avant un orge ont également été affectés depuis l’année dernière à des associations maïs/légumineuses (voir tableau 2) - dont certaines, comme le lablab sont peu connues. Appelée aussi pois antaque ou dolique d'Égypte, cette fabacée au port grimpant est largement répandue dans les régions tropicales. Le cowpea à quant à lui déjà fait l’objet d’essais dans l’est de la France et le Maine-et-Loire ; également baptisée cornille, dolique à œil noir ou niébé, l’espèce est couramment cultivée dans le sud des États-Unis, aux Caraïbes et au Brésil. Récoltées avant maturité, ces plantes s’adaptent bien au climat du sud-ouest et bénéficient du réchauffement climatique.

Maïs + fèverole : l'association gagnante !

Moins exotiques, la fèverole et la vesce velue ont à leur tour été testées. « Nous avons obtenu des résultats encourageants, affirme l’éleveur. L’association la plus productive semble être maïs/féverole, même s’il faut travailler à augmenter le pourcentage de matière sèche à hauteur de 28 à 30 %. Maïs/cowpea est intéressant également, notamment au vu des propriétés désherbantes de celui-ci. Concernant le lablab, les résultats sont bons mais je crains que le volume de matière végétale produit par cette plante ne provoque la verse du maïs en zone venteuse ou sensible à la fusariose. » Quant à la vesce velue, celle-ci a tellement pris le pas sur le maïs qu’elle l’a étouffé. « En revanche le sol était extrêmement propre après récolte. Même le chardon n’avait pas poussé », fait-il remarquer.

Dose/haCoût/haStade de récolte% de MSMAT (g/kg de MS)UFL (UFL/kg de MS)PDIN (g/kg de MS)PDIE (g/kg de MS)
Maïs*80 000 pieds120 €Pâteux-laiteux27 %13,5 (à améliorer)0,83 (à améliorer)8388
Lablab (Lablab purpureus)20 kg100 €Premières fleurs
Maïs*80 000 pieds120 €Pâteux-laiteux27 %13,5 (à améliorer)0,83 (à améliorer)8388
Cowpea (Vigna unguiculata)20 kg100 €Premières fleurs
Maïs*80 000 pieds120 €Pâteux-laiteux23 % (à améliorer)16,50,8310395
Féverole150 kg30 € (semences fermières)Fleurs
Maïs80 000 pieds120 €Néant (étouffé)32 % préfané16,50,7111080
Vesce velue15 kg52 €Premières fleurs

* : indice 360

Un système qui n’est pas sans impliquer quelques inconvénients, comme l’admet lui-même Patrice Brachet.  Ainsi, épandre le fumier avant les semis entraîne une importante surcharge de travail à l’automne. Les méteils sont également gourmands en eau : « nous sommes dans le sud, précise l’exploitant. En terrain léger, si la météo n’est pas favorable, il faut prévoir au moins un à deux passages d’irrigation (minimum 80 mm d’eau) sur les maïs par la suite. » L’important volume de masse végétale des méteils a en outre occasionné de la casse au moment de la récolte. « Il a fallu faucher à la barre de coupe et faire venir deux ensileuses. Ça a été un chantier très compliqué. Actuellement il n’y a pas de matériel adapté qui soit homologué sur route. » Côté financier, tout n’est pas rose non plus : actuellement en redressement judiciaire, l’exploitation est fragile. À 60 ans, Patrice Brachet a renoncé à prendre sa retraite pour « remettre d’aplomb la trésorerie en travaillant comme on le fait aujourd’hui. » Actuellement, la marge brute de  l’exploitation affiche 8,27 € pour 1 000 litres.

L'association maïs/lablab donne un fourrage assez dense mais M. Brachet craint que cela ne provoque la verse du maïsL'association maïs/lablab donne un fourrage assez dense mais Patrice Brachet craint que cela ne provoque la verse du maïs. (©Nicolas Mahey)


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article