Imprimé le 25/05/2018 03:12:10

Stocks de poudre de laitLa FNPL demande à Bruxelles de se débarrasser de ses montagnes de lait

| AFP

Les producteurs laitiers français ont demandé mercredi à la Commission européenne de se débarrasser rapidement de ses stocks de poudre de lait écrémée accumulés en 2015 et 2016 pour résorber la crise laitière, mais qui désormais pèsent lourdement sur les cours.

« L'inertie de la Commission européenne sur la gestion des stocks doit cesser ! » indique la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) dans un communiqué diffusé mercredi, à quelques jours d'une réunion du conseil des ministres européens de l'agriculture.

Avec 24 milliards de litres par an environ, la France est le deuxième producteur de lait de l'Union Européenne derrière l'Allemagne (environ 30 milliards). L'appel de la FNPL  coïncide avec une initiative prise par l'European Milk Board (EMB) en Belgique, le syndicat européen des producteurs de lait représentant quelques 100 000 producteurs, qui a fait visiter mercredi à la presse un entrepôt où s'entassent des centaines de milliers de sacs de lait écrémé en poudre.

Selon le dernier relevé de l'Observatoire européen du lait du 18 janvier, l'UE stocke ainsi quelque 378 578 tonnes de lait écrémé en poudre, accumulé depuis juillet 2015 pour tenter de soutenir le prix du lait qui était alors en chute libre. « Ce qui fait un peu plus de 700 000 tonnes de lait, soit 700 millions de litres de lait » selon une estimation d'un responsable de la FNPL. « Il faut remonter au début des années 80, soit avant l'imposition des quotas laitiers, pour trouver des stocks de cette importance » a-t-il dit.

La FNPL propose que ce lait soit redirigé vers l'aide alimentaire aux démunis ou vers l'alimentation animale, en particulier porcine, a ajouté la même source. « Ce qui compte, c'est que ces stocks trouvent des débouchés nouveaux qui ne perturbent pas plus le marché existant » a-t-il ajouté. « La Commission européenne doit clairement assumer son rôle dans la gestion des marchés et ne pas être hermétique aux solutions qui lui sont proposées » ajoute le communiqué en souhaitant que la Commission « prenne ses responsabilités » lors du prochain conseil de l'agriculture lundi.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article