Imprimé le 11/08/2020 21:32:53
Dossier Retour au dossier Prix du lait

[Cash Investigation] Paroles de lecteursLes langues des éleveurs se délient face au silence de Lactalis et Sodiaal

| par | Terre-net Média

Cash Investigation veut "bousculer" les téléspectateurs et les faire réagir sur des sujets polémiques. Pour l'émission de mardi dernier, dénonçant les pratiques opaques des géants laitiers Lactalis et Sodiaal, Élise Lucet a réussi son coup (ou son scoop !). 53 commentaires de lecteurs de Web-agri en une semaine ! Les uns félicitant la journaliste d'avoir révélé les « magouilles » des industriels, qui « s'enrichissent sur le dos des éleveurs », les autres mettant en garde contre ses méthodes partiales, ayant déjà donné lieu par le passé à des reportages à charge contre l'agriculture. Et vous, qu'en pensez-vous ? Exprimez-vous sous l'article.

emission cash investigation sur lactalis et sodiaal Les lecteurs de Web-agri ne se font pas d'illusion. Malgré l'émission, « rien ne va bouger malheureusement ».(©compte Twitter Cash Investigation // Création Terre-net Média)

Patrice Brachet : « La partie visible de l'iceberg je suppose ! On a envie de tout péter. C'est une honte, privés ou coops, tous des voyous ! Après ce reportage, j'attends une réaction de la part du gouvernement, cela ne peut pas rester sans suite ! »

Mime : « Oui, tous des pourris ! Éleveur livrant chez Sodiaal, je suis dans une colère noire. Je comprends mieux leurs magouilles, c'est honteux ! Ils nous laissent crever. Bravo Cash Investigation pour avoir dit tout haut et devant beaucoup de monde notre triste réalité de paysan. »

Steph72 : « Élise Lucet a bien dénoncé l'enrichissement des industriels sur le dos des éleveurs qui ont du mal à rémunérer leur travail. La crise du lait de 2016 en est le parfait exemple : les transformateurs ont profité du marché mondial déprimé pour baisser le prix du lait alors que 50 % de la production est valorisée sur le marché intérieur, plus rémunérateur. Élise Lucet a le mérite de souligner le paradoxe suivant : les producteurs ne gagnent pas leur vie alors que les industriels et les GMS s'enrichissent... Le consommateur paie plus cher son produit mais l'éleveur est payé au même prix qu'il y a 30 ans !»

Patrice Brachet : « On a envie de donner des claques à Nallet et Lacombe n'est pas mieux. Quant à notre ministre de l'agriculture, les industriels et GMS peuvent dormir tranquilles et continuer leurs magouilles dévastatrices. Pour nous qui connaissons le métier, Élise a fait un super reportage. Elle a été au bout, bravo. Simple regret : il manque Savencia car eux aussi ont la culture du secret et l'OP se fait balader. »

Tintin : « Et dire que je pensais avoir touché le fond avec Le Foll !!! Franchement, la prestation de Stéphane Travert face à Élise fait penser à un petit garçon pris en flagrant délit de tricherie par sa maîtresse. Le directeur de com' de Lactalis n'est pas meilleur non plus. Ajoutez le président de Sodiaal et vous pouvez ouvrir une classe de cancres en communication. »

Steph72 : « Très bon documentaire, dérangeant pour certains en effet, qui ont eu du mal à se justifier, comme le président de Sodiaal... Cette coop paie le lait le même prix que Lactalis et gagne soi-disant moins d'argent. Elle a un problème de gestion interne, non ? »

PàgraT : « Le plus drôle dans cette émission, c'était Christiane Lambert vilipendant Lactalis et oubliant ses copains de la FNCL qui ne valent pas mieux, pendant que sa base se meurt avec des oeillères sur les yeux. »

« Bravo Élise Lucet, enfin quelqu'un met les pieds dans le plat ! »

Marc via Facebook : « L'émission était réussie pour une fois, on voit où mènent les dérives de la coopération... »

Tell14 : « Enfin quelqu'un qui met les pieds dans le plat !!! Bravo à Élise ! Lactalis : culte du secret et non respect des lois. Sodiaal : 560 millions volés aux 20 000 producteurs adhérents. Les distributeurs : + 100 % en 15 ans sur les prix. Le ministre de l'agriculture : ne peut rien, ne sait rien, on va essayer (cela confirme qu'il ne faut rien attendre des politiques). Les producteurs : je ne suis pas le seul à en baver. Il ne manque plus qu'une partie sur les contrôles et l'attitude de l'administration. »

Oliv : « Élise Lucet a fait un très beau reportage mais malheureusement, rien ne va bouger. »

Mime : « Il est déjà trop tard pour certains qui ont mis la clé sous la porte ou pire une corde dans leur stabulation. Mais, il en reste encore quelques-uns comme moi qui espèrent que les choses vont enfin changer car on n'en peut plus de ce système de m... où quelques gros font du beurre sur notre croûte de petits paysans... Éleveuse de bovins lait et ovins viande, je suis écoeurée, j'ai le moral à zéro ! »

Francky : « Je suis profondément touché par la situation des producteurs de lait. Ne pas vivre de son travail, ne pas se verser de salaire, sont des choses qui ne devraient plus se voir en France aujourd'hui ! Et si tous les éleveurs laitiers arrêtaient de filer leur lait à ses deux géants mondiaux, genre une grève du lait pendant un mois ! À mon avis, ça les ferait réfléchir. » 

Tell14 : « Merci Francky, mais la grève du lait pendant un mois quand tu es déjà dans le rouge... De plus, tout le monde n'est pas d'accord. En 2009, la FNSEA avait torpillé la grève. Ensuite, ces grands groupes peuvent aller acheter du lait en Allemagne. Pour faire la grève du lait, il faut un trésor de guerre et ce sont les industriels qui l'ont. Et je crois que si tu livres chez Lactalis et que tu as signé un contrat, tu n'as pas le droit de faire grève. La seule solution est de continuer à informer les consommateurs qu'ils se font enfumer. + 30 % d'augmentation des prix en magasins en 15 ans et - 4 % pour les producteurs sur la même période. Une idée serait de faire un boycott tournant : pendant un mois, tu n'achètes plus les produits Lactalis puis le mois suivant, ceux de Sodiaal et ainsi de suite. Pour lutter contre ces géants, il faut que les producteurs et les consommateurs travaillent ensemble. »

Boubou : « Je m'en doutais un peu mais là j'étais extrêmement choquée par les pratiques de Lactalis par rapport aux éleveurs qui, à mes yeux, travaillent très très dur ! Plus jamais de produits Lactalis dans mon panier, boycott total. D'ailleurs, je cherche à acheter du lait payé au juste prix mais ici, à Paris et en région parisienne, je n'en trouve pas pour l'instant. »

Tell14 : « Boubou, vous allez avoir du mal à vous passer de Lactalis : ils ont tellement de marques et fabriquent aussi sous marques de distributeurs. » 

« De la grosse mise en scène, mieux vaut se méfier de cette pseudo journaliste... »

PàgraT : « Pour une fois qu'elle va dans notre sens, on ne va quand même pas s'en priver, sans oublier bien sûr ses contradictions. »

Thierry via Facebook : « Effectivement, sur ce coup-là, elle a frappé là où ça fait mal. Dommage qu'elle ne soit pas rentrée un peu plus dans les statuts de la coopération. En tout cas, cela montre une autre chose : les éleveurs ont laissé les industriels faire n'importe quoi. Quoi qu'il en soit, les deux administrateurs de Sodiaal ont bien appris leur leçon. Le malaise de Lacombe était aussi très perceptible. »

Philou56 via Twitter : « Je ne regarde jamais ces reportages, c'est la plupart du temps de la désinformation. »

Zozzo : « Mieux vaut se méfier de cette pseudo journaliste qui fait du militantisme engagé. Là on est d'accord car elle défend les éleveurs. Mais demain, elle attaquera les agriculteurs comme elle l'a déjà fait hier. »

Baldin : « Ce reportage est de la grosse mise en scène. Si Sodiaal distribuait à ses sociétaires 100 % du chiffre annoncé en dividendes, ça ferait 100 balles net/mois, donc pas de quoi sauver les éleveurs... » 

Tell14 : « Baldin oublie aussi que quand on parle du trésor de 565 millions de Sodiaal, il ne s'agit pas de la partie qui fuite vers les États-Unis via la société qui détient 51 % des parts de Yoplait ! Ce sont des millions en plus. Quand un parasite est trop gourmand, son hôte finit par crever ! »

Sylvie via Facebook : « Comme souvent dans ce type d'émission, les méthodes me choquent par manque d'impartialité. Des réalités sont mises en avant, mais mélanger une crise économique et problème sanitaire me dérange car ce sont deux sujets différents. Si Mme Lucet allait jusqu'au bout de son raisonnement, le lièvre soulevé serait beaucoup plus gros. On en revient toujours aux marchés financiers qui sont omniprésents dans le monde entier. Tous les agriculteurs qui se développent sont en situation de surendettement. Ne sommes-nous pas sur terre pour nourrir la population ? »

Tell14 : « Ce n'est pas facile de parler du monde du lait sans évoquer les marchés financiers avec un chiffre d'affaires de 29 milliards d'euros par an. L'aspect sanitaire arrive à la fin de l'émission du fait des événements de décembre et pour montrer sous un autre angle la politique du silence de Lactalis. »

Thierry via Facebook : « Je n'ai jamais pensé qu'Élise Lucet était une journaliste vraiment indépendante. C'est bien dommage car une telle émission mériterait du sérieux dans le fond et l'analyse des sujets... »

En conclusion

Bertrand Manterola (@Manber1) 16 janvier 2018

« "Acheter votre lait un peu plus cher pour que les éleveurs gagnent leur vie !": tout est dit dans la phrase de conclusion du #cashinvestigation spécial prix du lait #Agriculture pic.twitter.com/pyRy9Lxkk8 »

L'auteur du reportage aurait "pompé" ses infos dans un livre ?

Nicolas Cori, journaliste (@nicolascori) 17 janvier 2018 : « Mardi soir, je bouillais devant ma télévision. J'ai participé à une enquête sur le lait conduite par Karl Laske (de Mediapart) et Elsa Casalagno (de la France Agricole), qui a donné lieu à un ouvrage, Les Cartels du lait, Don Quichotte Editions, paru en 2016. Et j'ai travaillé sur Sodiaal. Or toutes les "révélations" faites par Cash Investigation étaient dans le livre. »

Phildard (@Philippephildar) 17 janvier 2018 : « Donc pour une fois, cette émission ne dit pas d'inepties, mais bon... »

Pierre-?? (@Timekeeper) 17 janvier 2018 « Mais c'est tjrs comme ça chez @cashinvestigati : ils présentent comme inédit des sujets qui ont déjà été traités plusieurs fois, mais pas forcément à la télé. Genre les terres rares toxiques pour fabriquer les smartphones, quand ils avaient "interviewé" Bill Gates. »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article