Imprimé le 24/08/2019 14:55:15

Observatoire des prix et des marges« La filière fait les poches des producteurs », estime la FNB

| par | Terre-net Média

La Fédération nationale bovine réagit à la publication du rapport 2016 de l'observatoire des prix et des marges. Selon le syndicat, la déconnexion des prix alimentaires aux prix à la production légitime toutes ses actions.

« Le rapport de l’Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires confirme ce que la FNB ne cesse de dénoncer : les prix alimentaires sont de plus en plus déconnectés des prix à la production, écrit le syndicat dans un communiqué. Et en viande bovine, ce n’est pas le marché mondial qui dicte sa loi comme en lait ou en céréales, mais bien l’aval de la filière qui pèse sur les prix ! Il n’y a donc pas de fatalité aux prix bas ! »

« Dans ce contexte, entre prix à la consommation qui croissent régulièrement et prix à la production en berne, il est difficile de conclure que "personne ne s’en met plein les poches" comme l’assure le professeur Philippe Chalmin. Pour les producteurs de viande bovine, la réalité est toute autre : elle est plutôt qu’on leur "fait les poches", les prix qui continuent leur dégringolade ne couvrant pas leurs coûts de production. »

« L'avenir des producteurs s'écrit maintenant »

« Ce constat légitime le projet de la Fédération Nationale Bovine d’améliorer la segmentation du marché de la viande bovine et d’établir de nouvelles relations commerciales reposant sur des indicateurs économiques objectifs et durables. »

« La réouverture prochaine de la LME devra s’appuyer sur ces constats pour enfin placer les producteurs de viande bovine dans des conditions commerciales équilibrées. Nous vivons une mutation profonde. Nous attendons de chacun des acteurs de la filière, mais également des pouvoirs publics de se montrer à la hauteur des enjeux. »

Pour la FNB, il y a « nécessité de conduire des actions structurantes, fortes et rapides au sein de la filière. » « Désormais, plus personne ne peut se cacher derrière un quelconque fatalisme ou de fausses excuses. L’avenir des producteurs de viande doit s’écrire maintenant ou ne s’écrira pas. »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article