Toute l'actualité de l'élevage

Dimitri : « Des valeurs et de l'esprit d'initiative dans les gènes »
« Les jeunes talents de l'agriculture »

Dimitri : « Des valeurs et de l'esprit d'initiative dans les gènes »

18 oct. 2019 | par
Avant de s'installer, Dimitri voulait travailler dans le para-agricole pour diversifier son expérience. « Ne s'y retrouvant plus » suite à un changement de poste, il décide de reprendre une ferme car l'exploitation familiale ne peut l'accueillir, son frère venant de la rejoindre. Il trouve, non sans mal, un élevage ayant « tout ce qui » lui « convenait » jusqu'à ce que la Safer le préempte. Que faire ? Réponse de Dimitri dans ce 15e témoignage de la série présentant, en quelques lignes, les spécificités des parcours et projets des jeunes agriculteurs qui ont inspiré le livre de Christophe Dequidt, consultant, et son épouse Sylvie : "Le tour de France des jeunes talents de l'agriculture".

S. Traullé (80) : « Une ration mélangée homogène mais un paillage limité »
Essai mélangeuse Tatoma MVL-20-Duplo

S. Traullé (80) : « Une ration mélangée homogène mais un paillage limité »

18 oct. 2019 | par
Avec un projet d'agrandissement du troupeau, les associés de l'Earl Traullé-Corbin à Coulonvillers (Somme), ont testé une mélangeuse Tatoma MVL-20-Duplo dans l'idée de remplacer leur distributrice actuelle. Pour eux, il n'y a pas photo : « La ration mélangée est plus homogène, on a même dû augmenter les quantités à l'auge car on n'avait plus aucun refus. » En revanche, léger bémol sur le paillage à la mélangeuse.
« Recréer du lien est essentiel, la distance est le terreau de l'agribashing »
Relation producteur-consommateur

« Recréer du lien est essentiel, la distance est le terreau de l'agribashing »

17 oct. 2019 | par Cécile Julien
Les producteurs, comme les transformateurs, n'ont de cesse de s'adapter aux attentes des consommateurs. Même s'il est parfois un peu difficile de s'y retrouver entre exigences pour lesquelles les Français sont prêts à payer et surmédiatisation de tendances marginales. Les 4e assises de l'agriculture et de l'alimentation ont permis d'y voir plus clair.
Les tendances qui feront évoluer un secteur marqué par l'échec du renouvellement
L'agriculture française dans 20 ans

Les tendances qui feront évoluer un secteur marqué par l'échec du renouvellement

16 oct. 2019 | par
Selon une enquête réalisée par l'agroéconomiste Jean-Marie Séronie auprès de spécialistes du secteur agricole, parmi les grandes tendances qui marqueront l'évolution de l'agriculture française d'ici 2040 figure l'échec du renouvellement des générations en agriculture. Les trois quarts des spécialistes interrogés estiment que la France comptera moins de 250 000 exploitations dans 20 ans.
L'hybride débarque sur le matériel agricole grâce à l'E-Drive de Joskin !
Électrification du matériel

L'hybride débarque sur le matériel agricole grâce à l'E-Drive de Joskin !

16 oct. 2019 | par
Pour pallier l'augmentation du poids des véhicules remorqués, Joskin propose son système E-Drive. Le dispositif hybride produit de l'électricité afin d'alimenter des moteurs dont le rôle est d'entraîner les essieux pour augmenter la motricité des véhicules. Résultat : plus besoin de lester le tracteur, possibilité d'intervenir plus tôt dans les parcelles, économies de carburant... Une innovation développée en partenariat avec John Deere et à découvrir à Agritechnica sur le stand de la marque belge.
Un tiers des GES émis sont compensés par le stockage de carbone des prairies
[Bovins viande] Life Beef Carbon

Un tiers des GES émis sont compensés par le stockage de carbone des prairies

16 oct. 2019 | par
Après quatre ans d'existence, le projet Life Beef Carbon a permis le diagnostic de 2 000 élevages bovins viande en Europe dont 1 700 en France. Les premiers résultats montrent qu'un tiers environ des émissions brutes de gaz à effet de serre d'un atelier bovin-viande sont compensées par le stockage de carbone dans les prairies et les haies. Autre enseignement : quand un élevage est performant techniquement, il a une empreinte carbone plutôt basse.
Florent Guhl, Agence Bio : « 18 mois de retard, c'est encore beaucoup trop ! »
Aides bio

Florent Guhl, Agence Bio : « 18 mois de retard, c'est encore beaucoup trop ! »

15 oct. 2019 | par Nicolas Mahey
Avec 6 600 nouveaux « convertis » en 2018, l'agriculture biologique connaît un développement sans précédent et 2019 devrait confirmer la tendance. Pourtant, des freins subsistent : en tête, le retard de paiement des aides et le plafonnement de leur montant. Une situation déplorée par Florent Guhl, directeur de l'Agence bio, qui pointe notamment la nécessité de mieux évaluer l'enveloppe financière dédiée aux conversions.
Franck Houssais : « Plusieurs options possibles » d'où l'intérêt « d'anticiper »
[Témoignage] Transmission

Franck Houssais : « Plusieurs options possibles » d'où l'intérêt « d'anticiper »

14 oct. 2019 | par
Un peu plus jeune que sa femme, Franck Houssais se pose de nombreuses questions. Doit-il partir à la retraite en même temps qu'elle ? Continuer seul quelque temps ? Ou s'associer avec un tiers ? Pour transmettre son exploitation, il peut y avoir plusieurs pistes possibles, le tout étant d'y réfléchir suffisamment à l'avance pour pouvoir choisir celle qui convient le mieux. Cet article fait partie d'une série de témoignages de cédants sur la transmission de leur ferme.
De l'ambition mais une visibilité limitée, faut-il franchir le cap ?
Filière laitière bio

De l'ambition mais une visibilité limitée, faut-il franchir le cap ?

14 oct. 2019 | par
Le marché du lait bio ne cesse de croître. Pour y faire face, l'aval s'adapte et diversifie ses fabrications (innovations produits, segmentation). Les collecteurs tentent tout de même de gérer la ressource de l'amont en gardant la main sur les conversions ou encore les modalités d'accompagnement. Alors, faut-il franchir le cap ? Et si la question à se poser était plutôt : « Est-ce que moi, dans mon système, je peux franchir le cap ? ».
Lubrizol

Dans les Hauts-de-France, le nuage a « choisi ses communes »

11 oct. 2019 (AFP)
« Le nuage n'est pas passé dans le Nord ? Il y avait un mur ? » A Villers-Outréaux (Nord), commune frontalière de l'Aisne, département où ont été prises de nombreuses restrictions agricoles après l'incendie de l'usine Lubrizol, la méthode des autorités pour recenser les retombées du panache interroge.