Crise agricole

image Crise agricole

La crise de l'élevage s'est généralisée en crise agricole. Manifestations des agriculteurs et crise agricole en France : ensemble des articles consacrés à la crise traversée par les éleveurs en viande bovine, lait et porcs ainsi que les céréaliers et d'autres productions. La raison : les prix payés aux producteurs ne couvrent pas leurs coûts de production. Et les paysans veulent "des prix, pas des aides".

11Mai
[Paroles de lecteurs] Sécurité sociale

Où sont les 61 % d'agriculteurs préférant être affiliés au régime général ?

Pas sur Terre-net en tout cas, en train de commenter le sondage en ligne publié il y a quelques semaines, demandant l'avis des lecteurs quant à une éventuelle suppression de la sécurité sociale agricole. La preuve avec ce florilège de commentaires de lecteurs...

26Avril
Conjoncture économique

Baisse des défaillances d'entreprises agricoles au 1er trimestre 2018

Dans sa dernière étude sur les défaillances d'entreprises en France, le cabinet Altares a dénombré 337 défaillances d'entreprises dans le secteur agricole au 1er trimestre 2018, contre 407 en 2017, soit une baisse de 17,2 %. Ceci dit, compte tenu des variations saisonnières, il est encore trop tôt pour parler d'une inversion de tendance.

19Avril
Crise agricole

Une ferme vendue aux enchères pour rembourser plus de 400 000 ¤ de dettes

Aurélien, éleveur depuis 12 ans, doit vendre ses 230 vaches et son matériel pour payer les 400 000 ¤ qu'il doit à ses fournisseurs. Sa ferme déclarée en liquidation judiciaire est vendue aux enchères. Dans un reportage posté sur YouTube, France 3 Nouvelle-Aquitaine constate la détresse du jeune producteur et l'appétence de ses confrères, venus chercher la bonne affaire.


17Avril
Projet de loi EGA, chasse aux phytos

Les céréaliers désabusés face à la menace de 2 Mds¤ de charges supplémentaires

Après 280 M¤/an de charges induites par la suppression de la baisse de 7 points de cotisations sociales et du transfert de fonds du 1er pilier vers le 2e pilier de la Pac, l'AGPB chiffre à près de 2 Mds¤ le coût potentiel pour les céréaliers de la suppression envisagée du glyphosate et des néonicotinoïdes, de la séparation de la vente et du conseil en matière de produits phytos et d'une hausse possible de la redevance pour pollutions diffuses. L'AGPB adresse une motion au ministre de l'agriculture pour « un juste retour à la raison » du Gouvernement.

12Avril
Pratiques commerciales déloyales

Une proposition « positive » de l'UE pour mieux protéger les agriculteurs

La commission européenne a présenté son projet de directive pour mieux encadrer les pratiques commerciales. Le texte vise à rendre « plus justes » les relations entre les agriculteurs, premier maillon de la chaîne, et les acheteurs, industriels ou distributeurs. Le tout en interdisant certaines « pratiques commerciales déloyales ». Une proposition jugée positive par la classe politique et les représentants agricoles. Mais dénoncée par les distributeurs.

9Avril
Outils de stabilisation des revenus

Les plans de filières très prudents sur le développement des fonds mutuels

Avec l'adoption du règlement européen Omnibus, les plans de filière déposés par les interprofessions ont plus ou moins évoqué les fonds mutuels économiques, autrement dit les outils de stabilisation des revenus. Pour le think tank Agriculture Stratégies (ex-Momagri), ces outils de stabilisation prennent trop de place dans les actuels débats sur la Pac au regard de leur réel potentiel.

27Mars
Fraude des Pays-Bas sur les nitrates

Les Chambres d'agriculture de Bretagne demandent des comptes à Phil Hogan

Dans une lettre ouverte adressée mi-mars à Phil Hogan, commissaire européen à l'agriculture, les Chambres départementales et régionales d'agriculture de Bretagne demandent des comptes à Bruxelles « après avoir pris connaissance du système de fraude organisé aux Pays-Bas » pour déroger au cadre de la directive nitrates.

21Mars
Mal-être et suicides

En 2018, dans un souci de protection et d'accompagnement de ses adhérents en difficulté, la MSA veut optimiser l'expertise du service Agri'Ecoute. Son objectif est de faciliter la détection précoce des cas sensibles ou à risque. En parallèle, du 19 mars au 30 avril, la sécurité sociale agricole met en place une campagne de communication nationale à destination de l'entourage proche, des adhérents potentiellement concernés, ainsi que des partenaires traditionnels et relais d'opinion. Elle vise à informer quant à l'utilité et aux nouveaux points forts d'Agri'Ecoute.

14Mars
[Tribune] Emmanuel Ferrand

« Au-delà de leur salon, l'agriculture et la ruralité se meurent »

Agriculteur, maire-adjoint de Saint-Pourçain-sur-Sioule, dans l'Allier, et élu régional, Emmanuel Ferrand critique sur son blog la « schizophrénie » des consommateurs et dénonce l'abandon des agriculteurs par les dirigeants européens et français, « alors que le reste du monde réveille son agriculture ». « Le monde rural ressemblera sous peu aux territoires ruraux abandonnés et sinistres de l'Union Soviétique », écrit-il.

13Mars
Stratégie agricole d'Emmanuel Macron

X. Hollandts : « La ferme familiale ne sera plus le modèle agricole dominant »

Selon Xavier Hollandts, enseignant-chercheur à la Kedge Business School ayant notamment travaillé sur la gouvernance des coopératives agricoles, la « révolution culturelle » qu'Emmanuel Macron a demandée au secteur agricole pourrait enterrer le modèle agricole familial qui domine en France.

24Février
Ouverture du Sia

Que retenir de l'inauguration du Salon de l'agriculture par Emmanuel Macron ?

[Actualisation à 18h35] Emmanuel Macron inaugure son premier Salon de l'agriculture en tant que chef de l'État. Un an après ses promesses de campagne, il a certes ouvert de nombreux chantiers pour opérer une « révolution culturelle » du secteur agricole. Mais sur de nombreux dossiers brûlants, comme les accords de libre-échange, les pratiques culturales ou les négociations commerciales, le président peine à convaincre des agriculteurs toujours victimes de la course aux prix bas et de distorsions de concurrence.