Pôle cultures fourragères

14Décembre
2011
Sorgho grain

sorgho grain

D'après Arvalis, Institut du végétal, le rendement du sorgho grain progresse de 11 % en 2011 par rapport à la moyenne des 5 années précédentes, atteignant les 63 q/ha au niveau national. Ces bons résultats s'observent dans la plupart des régions de production. Dans le même temps, les marchés sont toujours plus demandeurs.

6Décembre
2011
Maïs ensilage

Depuis une dizaine d'années, la sélection en maïs fourrage accentue son travail pour augmenter le rendement de la plante. Grâce à l'intégration d'un critère de « stay-green », la durée de la photosynthèse pour les plantes est allongée, ce qui augmente le rendement du maïs. A la récolte les grains sont plus mûrs et les tiges plus vertes.

6Décembre
2011
Fertilisation P et K des prairies

fertilisation pâture elevage prairie

A mi-chemin entre le sol et l'animal, l'herbe contient des teneurs variables en phosphore et potassium. L'analyse d'herbe reflète les pratiques antérieures de gestion de la prairie. Les résultats, exprimés en indices de nutrition indexés sur l'azote, permettent à l'éleveur d'optimiser sa fertilisation pour maximiser le rendement sans gaspiller d'engrais organiques ou minéraux.

1Décembre
2011
Cultures intermédiaires pièges à nitrates

couvert végétaux interculture azote légumineuses

Les crucifères, comme la moutarde ou le radis fourrager, ont la capacité d'absorption de l'azote la plus rapide. Suivent les graminées, la phacélie, puis les légumineuses. Ces dernières sont les seules à posséder la double faculté à piéger les nitrates du sol et à restituer un surplus d'azote à la culture suivante.

30Novembre
2011
Luzerne déshydratée

Les agriculteurs n'ont donc pas cédé à la tentation de reconversions massives vers des cultures céréalières plus rémunératrices.

Coop de France Déshydratation présente son rapport d'activité 2011. Entre expérimentations, lobbying et communication, les dirigeants démultiplient les efforts pour maintenir à niveau la production française... pour des perspectives encourageantes : les surfaces devraient se maintenir en 2012, les bénéfices environnementaux se dotent d'indicateurs, des aides sont maintenues.

29Novembre
2011
Evolution du maïs ensilage

Depuis une dizaine d'années, la sélection en maïs fourrage accentue son travail pour augmenter le rendement de la plante. Grâce à l'intégration d'un critère de « stay-green », la durée de la photosynthèse pour les plantes est allongée ce qui augmente le rendement du maïs. A la récolte les grains sont plus mûrs et les tiges plus vertes. « Avantage certain, le rendement en grains augmente, mais l'inconvénient est que la partie tige feuilles reste très humide. Par contre, nous ne pouvons plus nous fier à l'aspect visuel de la partie tige feuilles pour définir le stade de récolte », constate Bertrand Carpentier, ingénieur d'Arvalis-Institut du végétal.

25Novembre
2011
Dossier spécial maïs fourrage

Les bons rendements du maïs en 2011 ont permis de reconstituer quelques stocks fourragers.

Terre-net publie son dossier spécial maïs fourrage pour vous accompagner dans la préparation de la campagne 2012 : bilan de campagne, itinéraire technique, choix de variétés, élaboration de la ration... Laissez-vous guider.

24Novembre
2011
Stratégies fourragères

Par la précocité de son épisode de sécheresse, l'année 2011 est venue perturber la stratégie fourragère des éleveurs. Inquiets au printemps sur l'absence de pousse d'herbe et sur les difficultés de levée du maïs, ces derniers ont pu tout de même reconstituer des stocks grâce aux précipitations de l'été. Jean Gousseland, chef produits semences fourragères chez LG, Michel Moquet, ingénieur régional Arvalis-Institut du végétal, et Serge Jeuland, éleveur laitier en Ille-et-Vilaine, font le bilan de cette année, et en tire les enseignements pour adapter davantage les stratégies fourragères à la répétition des aléas climatiques.

24Novembre
2011
Leçon de campagne

Les bons rendements du maïs fourrage ont soulagé de nombreux éleveurs en manque d'aliment.

Arvalis-Institut du végétal dresse le bilan d'une campagne maïs 2011 à inscrire dans les mémoires. « Alors que la pénurie de fourrage secouait tout le territoire au printemps dernier, selon Bertrand Carpentier d'Arvalis-Institut du végétal, le maïs a confirmé son statut d'assurance tous risques des systèmes d'élevage. »

11Novembre
2011
[En bref] Baromètre agricole Terre-net/Bva

Après l'épisode de sécheresse au printemps 2011, une majortié d'éleveur auront bénéficié de l'été « pluvieux » pour reconstituer en partie leurs stocks de fourrages.

10Novembre
2011
Prairies fleuries

concours prairies fleuries 2011

Pour montrer que production fourragère et biodiversité peuvent aller de paire, le concours national des « prairies fleuries » récompense les agriculteurs des Parcs nationaux et régionaux, qui relèvent le défi du maintien de la richesse en espèces de leurs prairies de fauche ou de pâture. Cette année Le jury à départagé plus de 200 candidats et a choisi sept lauréats.

25Octobre
2011
Systèmes de culture durables

Champs de blé

Dans l'optique de créer des systèmes d'exploitation plus durables, les membres du Réseau mixte technologique (Rmt) « Systèmes de culture innovants » conçoivent et évaluent des modes de culture économes en intrants et rentables. Des cultures sous couvert de trèfle, à l'amélioration de l'itinéraire technique des systèmes de polycultures-élevage, voici trois exemples d'expériences menées par ce réseau français d'experts et de conseillers.

20Octobre
2011
Conservation du maïs

Durant le Space, la société Lallemand a présenté son outil de diagnostic ensilage maïs Corn sillage informatic (Csi). Destiné aux techniciens et aux éleveurs, il donne une estimation de la qualité physique du silo, en vue d'une meilleure conservation, grâce à quelques prélèvements (densité, température).

11Octobre
2011
Prévisions de production

Le maïs a profité des pluies estivales et offre aux producteurs des rendements record.

Passée la relative déception engendrée par les résultats de production en céréales à paille, les prévisions de récolte du maïs augurent des niveaux record. Les estimations alsaciennes laissent rêveur avec des rendements qui pourraient atteindre 118 q/ha. Les chiffres concernant les oléagineux sont également tous orientés à la hausse.

29Septembre
2011
Méteil

Bernard Souchet recommande le méteil

L'association céréales-protéagineux comporte une ou deux graminées et légumineuses. L'ensilage de ce mélange à un stade immature peut renforcer l'autonomie fourragère de l'exploitation par une récolte avant la période de sécheresse.

22Septembre
2011
Gaz à effet de serre

Le secteur agricole représente 18 % des émissions françaises de gaz à effet de serre.

InVivo AgroSolutions, filiale du groupe InVivo, avec le soutien de Cdc Climat, rend possible la valorisation, sous forme de crédits carbone, de l'introduction de légumineuses dans les rotations agricoles. La méthode élaborée a reçu l'agrément du ministère de l'Écologie.

16Septembre
2011
Plan pulpes

Les betteraviers mettent 300.000 t de pulpes sèches à prix préférentiel à disposition des éleveurs.

Fin juin, la Confédération générale des planteurs de betteraves avait décidé une action de solidarité envers les éleveurs en offrant un accès préférentiel à la pulpe de betteraves pour l'alimentation des troupeaux. Le plan pulpe se met en place, pour deux semaines, entre les 15 et 30 septembre.

14Septembre
2011
[En direct du Space] Depuis la plate-forme R&D

L'espace recherche et développement du Space de Rennes porte cette année sur l'Agriculture écologiquement intensive (Aei). Ce 14 septembre, Michel Griffon, directeur adjoint de l'Agence nationale de la recherche (Anr) et fondateur du concept, a démontré l'importance à accorder à ce mode de production. Il concilie deux concepts contradictoires, écologie et intensification, pour développer une agriculture productive apte à relever le défis alimentaire de 2050, à savoir nourrir 9 milliards d'hommes en 2050 tout en préservant les ressources naturelles de la planète. « L'Agriculture écologiquement intensive, c'est constituer le bon cocktail d'un certain nombre de techniques, qui vont toutes dans le sens d'une application des données de l'écologie scientifique. Et c'est de cette synergie que l'on attend une productivité plus élevée », a expliqué Michel Griffon.