Pôle cultures fourragères

21Juin
2000

Les éleveurs laitiers de la région prennent position par rapport à la place de l'herbe dans leurs systèmes fourragers : certains réservent l'herbe aux génisses et alimentent les laitières avec du maïs ensilage complété par de la luzerne déshydratée ; d'autres s'orientent vers des systèmes « tout herbe », enfin les autres, sans doute les plus nombreux, restent fidèles aux rations mixtes maïs - herbe.


18Avril
2000
Conservation des fourrages

Ensilage, enrubannage, foin : dois-je utiliser un conservateur ? Lequel ? Réponses de Gérard Corrot de l'Institut de l'élevage, témoignages d'éleveurs et liste de tous les conservateurs homologués. Six questions à Gérard Corrot, ingénieur à l'Institut de l'élevage, chargé de la récolte et de la conservation des fourrages.

27Mars
2000

Une bonne utilisation de l'herbe à des répercussions importantes sur les résultats économiques des exploitations laitières. L'herbe jeune (feuillue) a une valeur alimentaire au kilo de matière sèche équivalente à celle d'un aliment concentré de type VL 2,2L. Par ces qualités, elle permet d'assurer des niveaux de production élevés et constitue l'aliment le plus économique pour la vache laitière.

Une bonne exploitation du pâturage pendant la période de pousse n'est possible que si la mise à l'herbe s'effectue de bonne heure.
Quel que soit le système choisi, il faut sortir tôt, dès que la hauteur d'herbe atteint 10 cm et que les sols portent, ce qui permet :

  • de favoriser le tallage,
  • de ne pas être dépassé par l'herbe de forte pousse,
  • de ménager de longues transitions alimentaires.

10Février
2000
Stratégie

Intérêts agronomiques, environnementaux et sanitaires donnent au compost de véritables atouts. Explications du BTPL, avec principes du compost, conseils de chantier et de période de fabrication, valeur fertilisante et coûts.