18Mars
Peste porcine africaine

La clôture qui doit empêcher l'arrivée en France de sangliers porteurs de la peste porcine africaine sera terminée fin mars, et 230 sangliers ont été abattus pour dépeupler la future « zone blanche » avec la Belgique, a indiqué lundi le ministère de l'agriculture.

18Mars
Sondage

Plus de 50 % des éleveurs achètent de la paille dont 1/3 en contrat

D'après un sondage de Web-agri, 74 % des éleveurs ne sont pas autosuffisants en paille. Si certains font des échanges, plus de la moitié en achètent également à l'extérieur. Dans ce cas, établir un contrat peut s'avérer utile afin de fixer toutes les modalités importantes (prix, quantité, date de paiement etc.) et ainsi éviter les mauvaises surprises.

18Mars
Maïs fourrage

Tous les effluents ne se valent pas : faites le point pour épandre au plus juste

Valoriser les engrais de ferme permet d'économiser sur l'achat d'engrais minéraux. Les besoins du maïs peuvent d'ailleurs être comblés jusqu'à 80 %. Arvalis-Institut du végétal donne quelques conseils pour maximiser l'utilisation de ces effluents d'élevage. À titre d'exemple, les experts préconisent d'épandre les fumiers de bovins 1,5 à 2 mois avant le semis.

15Mars
Au Gaec Hannebique (62)

50 000 ¤ d'investissement pour autoconstruire un séchoir en grange de luzerne

C'est à La Comté (62) que Benoît Hannebique, associé avec ses deux parents, élève un troupeau de 70 vaches laitières. En 2013, père et fils se lancent dans la construction d'un séchoir en grange. Leur objectif : sécher de la luzerne afin d'améliorer l'autonomie protéique de l'exploitation. Après plusieurs années d'expérience, aucun regret pour le jeune éleveur même si certains doutes planent encore sur la rentabilité du séchoir au vu du temps passé.

14Mars
Alimentation des vaches laitières

Prêts pour la mise en place du cahier des charges non OGM ?

Afin de répondre aux exigences des consommateurs, l'interprofession laitière s'est penchée sur la création d'un cahier des charges non OGM qui devrait sortir en avril prochain. Celui-ci vise à harmoniser la démarche entre les différents acteurs de la filière. « Le non OGM se développe fortement chez nos voisins allemands qui ont déjà leur propre cahier des charges. En revanche, le nôtre présentera quelques divergences concernant par exemple la durée de conversion ou le cumul d'ateliers sur une même ferme », confie Héloïse Sellier du Cniel.

11Mars
Mise à l'herbe

Quelques points de repère pour réussir sa saison de pâturage

Shane Bailey, fondateur de l'entreprise de conseil Pâturesens livre quelques conseils pour assurer la saison de pâturage à venir. Il rappelle par exemple qu'il faut absolument se débarrasser de la matière morte dès les premiers tours et bien planifier la rotation. Attention également aux résiduels et au piétinement. Autant de critères essentiels pour maximiser la productivité de l'herbe.

8Mars
Paroles de lecteurs

130 000 ¤ pour une génisse, ça fait réagir !

Une vache vendue 130 000 ¤ aux enchères au Salon de l'agriculture : cette information a fait le buzz sur Web-agri et les réseaux sociaux. Un tel prix étonne en effet les lecteurs au regard du prix du lait dérisoire. « Les éleveurs de ces animaux ne vivent pas du lait mais de la génétique ! », clame Innocent. Pour certains, cette somme est dans la même veine que l'ensemble du Sia, dont le faste selon eux est complètement déconnecté des difficultés du terrain. D'autant que les systèmes moins productifs s'en sortent souvent mieux.

8Mars
En vidéo

Savoir repérer les signes de déshydratation et de diarrhée des veaux

Qui n'a jamais eu un veau en diarrhée ? Sarah Neumann-Raoux, vétérinaire chez Eilyps donne quelques points de repère pour détecter les signes de déshydratation ou de diarrhée des veaux. Pli de peau, profondeur de l'½il, réflexe de succion et température sont les quatre principales choses à regarder.

7Mars
Nouveau règlement zootechnique européen

Gènes Diffusion devient OS indépendant : qu'est-ce qui change ?

Le nouveau règlement zootechnique européen est en vigueur depuis le 1er novembre 2018. Comme la plupart de ses concurrents, Gènes Diffusion devrait devenir un OS agréé indépendant en Prim'holstein et en Charolais. Sur le plan technique, rien ne devrait changer pour les éleveurs en termes de prestations, si ce n'est se voir proposer davantage d'index. En revanche, le désengagement financier de l'État devrait obliger les entreprises de sélection à intégrer le coût supplémentaire des évaluations génétiques aux éleveurs.