TarissementVers un traitement raisonné et sélectif

| par Cécile Julien | Terre-net Média

Est-il possible de concilier réduction des antibiotiques au tarissement et prévention efficace contre les mammites ? Des éleveurs bretons se forment pour relever ce challenge.

Le traitement au tarissement n'est pas obligatoirePour réduire l'utilisation des antibiotiques au tarissement, il faut penser à réformer les vaches infectées chroniques, les hautes en cellules et celles aux trayons abîmés. (©Terre-net Média)

« Avant je traitais systématiquement. Maintenant, je ne mets des antibiotiques qu’à un tiers des vaches », explique Régis Badier, éleveur à Argentré du Plessis (35). « Est-ce qu’il y a des risques à moins traiter ? », s’inquiète Aurélie Veillé. « Moi, j’ai fait machine arrière quand j’ai vu le nombre de mammites réaugmenter », regrette Hervé Catheline. Pour améliorer leurs pratiques de tarissement et dans l’optique de réduire l’utilisation d’antibiotiques, ces trois éleveurs et quelques collègues du pays de Vitré (35) ont suivi la formation « gestion de la période sèche », proposée par GDS Bretagne, en association avec le GTV. « La période sèche est un moment clé pour gérer la production, la reproduction et le sanitaire », rappelle Ivanne Leperlier, vétérinaire de GDS Bretagne. Donc les mammites, première pathologie en élevage laitier.

20 % des mammites subcliniques guérissent seules grâce à l'involution naturelle de la mamelleProfiter du tarissement pour se débarrasser des mammites, c’est récupérer des vaches en bonne santé qui peuvent pleinement exprimer leur potentiel laitier. C’est aussi économiser du temps et de l’argent. Soigner une mammite demandera 4 heures à l’éleveur et lui coûtera au minimum 150 €, entre les traitements, le lait non produit et celui jeté. Si l’arrêt de la lactation permet aux cellules sécrétrices de se régénérer, cette période sans production aide aussi la mamelle à s’assainir, voire à guérir de mammites subcliniques. « On estime que  20 % des mammites subcliniques guérissent seules grâce à l’involution naturelle de la mamelle, si la vache est en bonne santé » rapporte Ivanne Leperlier. Alors, faut-il mettre systématiquement des antibiotiques au tarissement « pour être sûr » ? « C’est toujours mieux d’éviter de mettre des antibiotiques dont on n’a pas besoin. D’abord pour un aspect budgétaire mais surtout pour lutter contre l’antibiorésistance (voir encadré) », expliquent Ivanne Leperlier et Adeline Herbauval, vétérinaire à Vitré.

Évaluer ses pratiques grâce au cahier sanitaire

Réduire ses utilisations d’antibiotiques passe d’abord par une évaluation de ses pratiques, par exemple sur le logement, source de mammites d’environnement, et par un cahier sanitaire bien suivi. « Il faut noter un maximum d’informations, renseigner les mammites, les quartiers touchés, recommande Ivanne Leperlier. C’est le seul moyen de se souvenir de tout ». Puis l’éleveur analysera ces informations, les complétera avec celles du contrôle de performances pour adapter sa stratégie de tarissement vache par vache. « En recensant sur une page toutes les mammites, les points à améliorer vont ressortir. L’éleveur verra s’il y a des périodes à risque, avec par exemple un problème de logement hivernal, s’il y a beaucoup de mammites en début de lactation, il faudra être attentif au tarissement. Les vaches à problèmes sont plus faciles à identifier », encourage Adeline Herbauval, qui rappelle aussi l’importance des bonnes pratiques au tarissement, d’alimentation mais aussi d’hygiène.

Pour se lancer dans une réduction de l’utilisation d’antibiotiques, il faut d’abord régler le problème de fond des mammites récurrentes en éliminant les vaches infectées chroniques, celles qui auront eu plusieurs mammites sur leurs deux dernières lactations ou qui ont fait plus de trois mammites sur le même quartier. De même, celles aux trayons abîmés sont à réformer. Car, des trayons avec des lésions sont des portes d’entrée pour des germes.

Trier ses vaches et faire du cas par cas

Se pose ensuite la question des vaches qu’on estime guérissables ou à surveiller. L’antibiotique, à choisir avec son vétérinaire, est utile pour guérir des vaches qui ont des bactéries dans la mamelle au moment du tarissement. « Une vache infectée c’est celle qui a eu plus de 150 000 cellules, sur ses trois derniers contrôles et/ou plusieurs mammites sur ses trois derniers mois », rappelle la vétérinaire. Une vache à la mamelle basse a aussi plus de risques de faire des mammites. Est-ce que sur ces vaches il faut prendre le risque de se passer d’antibiotiques. Se passer à tout crin de traitement serait risqué. « Même si l’objectif est de réduire l’utilisation d’antibiotiques, il faut d’abord guérir et protéger des nouvelles infections. Mettre des tubes intra-mammaires au tarissement (12 à 15 €) et un obturateur (10 €) coûtent moins cher que de guérir une mammite, qui exigera sûrement plus d’antibiotiques », reconnait Ivanne Leperlier.

Une vache à moins de 150 000 cellules ne nécessite pas forcément d’antibiotiques au tarissement. Avec une bonne hygiène à l’application, l’injection d’obturateurs la protégera physiquement des nouvelles infections.

C’est bien au cas par cas et selon la saison qu’il faut décider du traitement au tarissement : tube intra-mammaire d’antibiotique + obturateur, l’un ou l’autre, antibiotique sur tous les quartiers ou un seul, voire rien. « La première étape d’un changement de pratiques peut être antibiotique pour les infectées, obturateur pour tout le monde. Puis en évaluant l’impact de ce premier changement, l’éleveur verra s’il peut, s’il veut franchir une marche supplémentaire ». Sa stratégie peut aussi différer selon la saison et le logement : il y a plus de risque en hiver qu’en été.

Dans l’optique de réduire l’utilisation des antibiotiques, certains testent des médecines alternatives, comme l’homéopathie, avec des granules décongestionnantes de salvia officinalis. Certains éleveurs utilisent des huiles essentielles aux propriétés bactéricides et décongestionnantes. Leur usage, qui n’est pas encadré car ce ne sont pas des médicaments vétérinaires, demande une formation préalable.

Pourquoi réduire l’usage des antibiotiques ?

Outre le coût financier des antibiotiques, la réduction de leur utilisation a pour but de prévenir la perte d’efficacité de ces traitements par l’apparition d’antibio-résistances. L’utilisation trop fréquente d’antibiotiques va « sélectionner » les souches de bactéries résistantes. Toutes les autres souches ayant disparu, ces souches, que les antibiotiques ne peuvent tuer, auront toute la place pour proliférer. Il sera alors très compliqué de lutter contre elles. Les éleveurs sont les premières victimes quand une souche de bactéries résistantes aux antibiotiques se développe dans leur troupeau.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 9 RÉACTIONS


choubaka08
Il y a 160 jours
Je doute que les obturateurs soient une bonne chose.Je trouve que la mamelle ne se vide pas bien après le tarissement.Je les ai utilisés sur 10vaches:2 ont perdu un quartier.Sinon je suis d'accord avec Patrice que la base c'est une alimentation et des fourrages de super qualité.
Répondre
titian
Il y a 161 jours
Pour ce qui est de la prise de risque moindre en plein été, objectivement dans le Sud Ouest le risque est inversé...
Répondre
titian
Il y a 161 jours
Oui mais avec les VL je suis relativement pas enmerdé, l'aire paillé est condamné et la stabulation sert plus de table d'alimentation en été.
Les taries elles ont encore accès aux couchage, il y a un peu être plus de ça aussi.
Répondre
PATRICE BRACHET
Il y a 161 jours
Chez nous on appelle cela : des arbres à mammites Nous elles sortent pas du à la configuration et la nature des sols dès fois on aimerait bien les lâcher !!!
Répondre
titian
Il y a 161 jours
C'est en lien avec l'article : avec un tarissement de vaches ultra saines à l'obturateur pendant l'été, on a observer des débuts de lactation pourri au niveau comptage cellulaire, mais sans mamittes clinique.
Je suppose que la chaleur de l'été, les mouches, et le parking sous les arbres n'y sont pas étranger.
Répondre
PATRICE BRACHET
Il y a 161 jours
Steph c est la que rentre en jeu le ratio oméga 6 sur oméga 3 et tu balance ça en réunion et tu passes pour un martien mais à mon âge......pour Titian pas plus d emmerds d une saison à l autre 21 mammites 140vl résultat 2017
Répondre
steph72
Il y a 161 jours
D'accord avec toi Patrice,le mais ensilage est acide ,ça fragilise la vache et elle est plus sensible aux mammite -montée en cellules.


Répondre
PATRICE BRACHET
Il y a 161 jours
Les mammites sont un fléau en élevage laitiers pour les contenir ayez une alimentation qui vous donne une efficacité ruminale de 100%apres qu elle soient dedans ou dehors cela n est pas important car la vache est immunisé mais il faut arriver à obtenir certains paramètres donc regardez du côté de l alimentation mais il faut tordre le coup aux idées reçues et là vous verrez pas grand monde sera d accord avec vous car vous allez déranger Cdl
Répondre
Fabrice
Il y a 162 jours
Intéressant mais plutôt méprisant de ce qui ce passe ailleurs .....Les pratiques alternatives,mentionnées à la fin de l'article sont utilisées depuis longtemps par nombre de producteurs laitiers. Je ne comprends pas bien cette attitude qui fait perdre du temps à tous le monde.
Répondre