Dossier Retour au dossier Pâturage

MouchesLutte chimique ou mécanique : plusieurs techniques sont à votre portée !

| par | Terre-net Média

Elles ne sont pas seulement gênantes ! On aurait parfois tendance à l'oublier mais les mouches peuvent transmettre des maladies aux bovins. Une lutte efficace (qu'elle soit chimique, mécanique ou biologique) vous assure le confort des animaux mais aussi celui des trayeurs !

Lutte contre les mouches des bovinsLa lutte chimique des mouches commence par la destruction des larves. Néanmoins, certains éleveurs privilégient la lutte mécanique avec des brasseurs d'air ou du papier collant en salle de traite par exemple. (©Terre-net Média) Avec l'arrivée des beaux jours et la mise à l'herbe des vaches, les mouches font leur apparition. Outre la gêne qu'elles procurent aux animaux comme au trayeur en salle de traite, certaines mouches véhiculent des germes qui peuvent provoquer des pathologies comme des mammites, des maladies oculaires (comme la kératoconjonctivite infectieuse) ou encore la tuberculose. Lutter contre les mouches permet aussi de limiter le développement du culicoïde, moucheron vecteur de la Fco (fièvre catarrhale ovine).

Détruire les larves et les adultes par la chimie

Selon les experts du BTPL, il faut d'abord limiter l'éclosion des larves car elles représentent 80 % de la population totale d'insectes. Pour cela, il faut traiter la fumière, la fosse à lisier, les contours et zones piétinées de l'aire paillée et les bordures des couloirs de raclage des logettes. Le traitement par larvicide peut se faire à l'arrosoir ou à la volée sur du fumier humide. Deux traitements à trois semaines d'intervalle sont nécessaires en début d'été puis un rappel sera à faire toutes les six semaines ensuite.

La destruction des adultes semble être plus difficile à réaliser. Elle est à faire au niveau des bâtiments d’élevage à des endroits bien précis et selon un protocole strict avec un adulticide. Les zones à traiter seront principalement les zones lumineuses, les bords de fenêtres, poteaux et recoins, le lieu de passage des animaux et tous les endroits où les mouches ont l'habitude de se poser.

Les traitements sur les animaux ne servent qu’à détruire les mouches ayant échappé aux traitements précédents. On trouve des produits en bombes, pour-on, et liquides utilisables dans les brosses en libre service.

Lutte mécanique ou biologique : une aide complémentaire

Piège à taonsPiège à taons (©Kerbl) D'autres solutions existent pour lutter de façon mécanique ou biologique contre les mouches. Cela passe par la mise en place de pièges, principalement dans les zones où les traitements chimiques ne peuvent pas être réalisés. Au pâturage par exemple, certains s'équipent de pièges à taons comme sur la photo ci-contre. On parle également depuis peu de lâcher des auxiliaires de lutte (notamment Muscidifurax raptorellus, aussi appelée mini-guêpe) qui se nourrissent d'insectes.

Dans la stabulation, les courants d'air permettent d'éloigner les mouches. Quelques éleveurs s'équipent aussi de brasseurs d'air ou pulvérisent de l'eau au dessus des cornadis (en plus de repousser les mouches, l'eau peut aussi rafraîchir les animaux en cas de fortes températures). Sur le forum de Terre-net, des éleveurs expliquent avoir créé des zones « perchoirs » dans leurs stabulation en tendant des fils ou en créant des zones sur lesquelles les hirondelles peuvent faire leurs nids. Selon leurs retours d'expériences, les hirondelles installées auraient contribué à réguler la population de mouches.

C'est dans la salle de traite que les mouches sont les plus pénibles pour le trayeur comme pour les vaches. Elles provoquent des décrochages intempestifs. Pour en limiter les conséquences, il est possible d'installer des destructeurs électriques ou des pièges collants (bandes de glu). Apparemment, la couleur des murs aurait aussi une influence sur la présence des mouches : les teintes bleues et vertes auraient tendance à les faire fuir alors que les teintes beiges et orangées les attireraient.

Les adeptes des méthodes alternatives utilisent des huiles essentielles pour repousser les mouches (basilic, géranium, lavande, citronnelle, menthe poivrée, pin...). Pour en savoir plus, consultez Les quelques huiles essentielles aux éleveurs.
N.B : Les conseils du BTPL sont issus de l'article paru le 11/07/08 sur Web-agri

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article