Recherche en santé animaleLes innovations thérapeutiques pour réduire l'usage des médicaments

| par CLG | Terre-net Média

L'Inra et l'école vétérinaire de Toulouse lancent une unité de recherche dédiée aux innovations thérapeutiques pour réduire l'usage des médicaments en élevage.

L’unité InTheRes, lancée le 1er janvier 2018, s'intéresse à la recherche sur les innovations pour diminuer et optimiser les antibiotiques et antiparasitaires en élevage. En effet, l'excès de médicaments en élevage crée des résistances aux anti-infectieux, entraînant un problème sanitaire et écologique global.

Du fait de l'usage excessif des anti-infectieux et de l'évolution vers une agriculture plus durable, se pose le problème de l'usage des médicaments en élevage. C'est pourquoi a été créée une nouvelle unité de recherche, qui fonctionne en collaboration entre l'Inra et l'École nationale vétérinaire de Toulouse. Cette unité, implantée à Toulouse, regroupe en plus de ces deux équipes de nombreuses entreprises partenaires. Notamment, pour une ouverture à la santé humaine par des modèles de pharmacologie, l'Inra et l'ENVT travailleront avec des équipes médicales des CHU partenaires afin d'optimiser la posologie en élevage.

Les travaux menés visent à des stratégies d'interventions thérapeutiques, grâce à des outils de suivi utilisés en agriculture de précision. Ainsi, il s'agit de minimiser les risques pour l'homme et l'impact sur l'environnement des résistances liées aux anti-infectieux en élevage. Il s’agit aussi de gérer la santé et le bien-être des animaux en luttant contre les maladies infectieuses, et ce, dans le respect des écosystèmes environnementaux, et enfin de maintenir l'efficacité de certaines classes thérapeutiques.

InTheRes travaillera aussi avec divers agents pathogènes, comme les bactéries Pasteurella par exemple, responsables de certaines maladies respiratoires, ainsi qu'avec des nématodes gastro-intestinaux parasites. Ce travail sera fait dans le but de développer de nouvelles associations thérapeutiques. Par ailleurs, seront étudiés les micro-organismes commensaux, pour diminuer l'impact des médicaments utilisés en élevage sur les microbiotes intestinaux ou environnementaux.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article