FCO et BVDLe GIE Zone verte met les pieds dans le plat et dénonce l'action des autorités

| par | Terre-net Média

C'est dans un mail intitulé « urgences sanitaires » que les membres du GIE Zone verte s'expriment sur les alertes de FCO et l'éradication de la BVD. Un son de cloche plutôt différent de celui des autorités françaises et organismes comme les GDS.

Le GIE Zone verte dénonce la panique FCO créée par les autorités ainsi que les plans d'éradication de la BVD à orientation commerciale.Le GIE Zone verte dénonce la panique FCO créée par les autorités ainsi que les plans d'éradication de la BVD à orientation commerciale. (©Terre-net Média)

Le GIE Zone verte regroupe des vétérinaires et autres spécialistes autour des problématiques rencontrées en élevage. Connu pour ses réflexions sur une autre pratique d’élevage axé sur le respect du bien-être des animaux et de leurs éleveurs, le groupement donne aujourd’hui son point de vue sur le plan d’éradication de la BVD et les alertes de FCO.

FCO : objectif commercial ?

« Il a suffi qu'une analyse de routine sur un animal en Haute-Savoie se révèle positive pour que cela déclenche la panique et les grands moyens sur de nombreux départements. Comme  si  la  FCO  était  une  maladie  contagieuse !!!!!!  Ce  qu'elle  n'a jamais été. » Zone verte remet en cause les mesures prises par les autorités sanitaires (euthanasie de l’animal infecté, mise en quarantaine et analyses sanguines du cheptel puis vaccination obligatoire dans cinq départements).

« A  quoi  rime  la  vaccination  obligatoire  de  six  départements  en  ignorant  le  statut  des animaux  qui  y  vivent ?  Sans  soucis  de  leur  état  de santé,  du  stade  de  gestation  des femelles, ou d’autres pathologies actives ! Et en laissant les éleveurs assumer la casse.  Vacciner  5  millions  de  bovins !  Mais  en  oubliant  les  espèces  de  ruminants  sauvages  et toutes  les  autres  espèces  qui  servent  de  réservoirs  aux  virus. Seuls  les  laboratoires pharmaceutiques fabricants de vaccins se frottent les mains. Les restrictions de mouvements vont compliquer toute l'organisation de déplacement des troupeaux en cette saison de retour en élevage ou de transhumance inverse. » Le groupement appelle les éleveurs à une résistance collective face à la vaccination obligatoire.

Le communiqué « Panique FCO : Le retour ? » est consultable sur le site du GIE Zone verte.

Le plan d’éradication de la BVD dans le viseur également

« Le virus de la BVD suscite depuis peu les foudres exterminatrices de la bureaucratie sanitaire qui ne réagit qu’en termes d’éradication, de culpabilisation des éleveurs et d’approximations ou de mensonges sur la réalité de cette "maladie". » On l’aura compris : les membres du collectif ne sont pas favorables aux différents plans d’éradication de la BVD. Zone verte rappelle qu’une contamination pendant la gestation d’une vache séropositive entraînera la naissance d’un veau normal (non IPI). Seules les vaches séronégatives gestantes atteintes entre 30 et 150 jours de gestation donnent naissance à des IPI dont le virus ne mute pas systématiquement.

Le groupement dénonce la campagne de publicité des GDS : « la  fiche  technique  destinée  à  (dés-)informer  les  éleveurs  est  grandement  utilisatrice d’un  vocabulaire  destiné à  susciter  la  peur  et  le  rejet ». Il remet également en cause l’efficacité de l’éradication tout comme celle des méthodes d’analyses utilisées. Les impacts financiers de la maladie estimés par le GDS semblent aussi incorrects aux yeux des membres du collectif.

Enfin, le GIE donne ses dernières piques : « Le collectif Zone verte souligne également que l’impact économique réel de la maladie porte essentiellement sur le commerce international, ce qui n’intéresse qu’une infime partie des éleveurs ; que  le  conflit d’intérêt  est  évident,  quand  la  campagne  de  communication  du  plan d'éradication est  sponsorisée  par  Olflex,  fabricant  des  boucles  "préleveuses"  de  cartilage destinées au diagnostic des IPI ; que  depuis  des  années,  les  GDS  s’emploient  à  l’éradication  des  maladies...  Or  les maladies sont toujours là, les seuls à disparaître, de toute évidence, sont les petits éleveurs et la paysannerie... N'est-ce pas là en réalité le vrai enjeu de ces politiques dites « sanitaires » ? »

Le communiqué « Plan d’éradication de la BVD : le point de vue du collectif Zone Verte » est consultable sur le site du GIE Zone verte.

 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 7 RÉACTIONS


Florian Beraud via Facebook
Il y a 25 jours
Ca n y va pas fort c est juste une réalité.
L agriculture connaît une multitude de problèmes qui sont créés par la profession elle même...
Répondre
Pierre via Facebook
Il y a 25 jours
Waah ! ça y va fort !!!
Répondre
michel 38
Il y a 11 jours
je suis éleveur et j'ai eu la BVD déjà 2 fois, ce n'est pas les labo qu'on engraisse en voulant éradiquer la BVD, c'est justement en laissant circuler la BVD qu'on engraisse les labo de médicaments qui vendent du vaccins, et les vétos qui vendent des antibio et anti inflammatoires pour soigner les veaux
ne nous trompons pas de cible
pour l'instant ce sont les éleveurs qui paient les pots cassés de la circulation virale
Répondre
Coco Descombe via Facebook
Il y a 25 jours
Bien dit! ....Marre d'engraisser les labo!!
Répondre
philou56 via Twitter
Il y a 25 jours
Des éleveurs bio de la conf et du Modef comme d'hab
Répondre
Guy Moux ؟ via Twitter
Il y a 25 jours
Mais c’est qui ces cinglés ??? Il faudrait que je leur fasse rencontrer mes éleveurs touchés par la BVD
Répondre
philou56 via Twitter
Il y a 25 jours
Pour la BVD j'ai rarement lu autant de bobards en si peu de ligne.en BZH la BVD a quasiment disparu et ceux qui ont des IPI et des dizaines de veaux mort né ne vont pas s'en plaindre
Répondre