Fortes températuresLa chaleur perturbe la reproduction des bovins

| par Cécile Julien | Terre-net Média

Bien plus qu'un simple inconfort passager, les fortes températures pénalisent à long terme la reproduction et fragilisent la santé des bovins. Moins bon développement des ovules, moindre expression des chaleurs, risque d'avortement en début de gestation ou encore augmentation du risque d'infections sont autant de conséquences pouvant survenir suite à un épisode de canicule.

Chaleur vaches laitièresAvec les fortes températures, l'expression des chaleurs est moindre. (©FarmerSeb)

Les périodes de canicule compliquent la reproduction. En effet, quand leur température corporelle augmente, les vaches vont subir des modifications hormonales, qui vont engendrer un moins bon développement des ovules, une moindre expression des chaleurs. Même chose pour les taureaux pour qui le stress thermique dégrade la spermatogénèse.

Un épisode de canicule augmente les risques d’avortement en début de gestation, voire jusqu’en milieu de gestation si cet épisode dure. « Si la température corporelle dépasse les 39°C lors des 51 premiers jours après l’IA, la survie de l’embryon est incertaine. « Il faut faire des contrôles de gestation après un épisode de fortes chaleurs, recommande Annette Fichtl, vétérinaire chez Elvup. Et attendre une période plus fraîche pour programmer des transferts d’embryons »

Une santé fragilisée

Pour favoriser l’évacuation de la chaleur par la peau, la vascularisation des tissus est modifiée. Mamelle et utérus sont moins irrigués, d’où la baisse de la production laitière et la moindre croissance du fœtus. Le stress thermique engendre aussi une diminution de l’immunité alors même que cette chaleur est favorable au développement microbien.

Face à cette augmentation des risques d’infections, la vigilance s’impose. « Même si les vaches peuvent sembler plus propres qu’en hiver, il faut renforcer l’hygiène à la traite avec du trempage et post-trempage mais aussi celle des zones de couchage pour contrôler le risque mammite », encourage Annette Fichtl.

Un stress thermique, comme tout stress, fragilise la résistance des animaux face aux risques de maladies. En été aussi, la vigilance reste de mise.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article