[Space TV] HoméopathieLa médecine complémentaire a sa place en élevage

| par | Terre-net Média

L'homéopathie s'inscrit parmi les médecines « douces » au même titre que l'aromathérapie, l'acupuncture, l'ostéopathie, etc. En remplacement ou en complément d'un traitement chimique, l'homéopathie prend peu à peu sa place en élevage. Véréna Hantraye Curvers est une vétérinaire convaincue par la méthode.

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo

« Le patient doit se réinscrire dans son environnement », explique la vétérinaire Véréna Hantraye-Curvers sur le plateau de la Space TV. Cela signifie qu'on doit prendre en compte l’environnement dans lequel l'animal évolue afin de mieux cibler sa pathologie et donc le remède associé. Véréna Hantraye Curvers cite les trois piliers de l’homéopathie : « la dilution infinitésimale (matière active fortement diluée), la dynamisation (dans le but d'agir grâce à l'énergie du patient) et la similitude ». C’est surtout par ce dernier terme que l’homéopathie se différencie de la médecine "conventionnelle". « Ce sont les semblables qui guérissent les semblables : on ne donne pas de remède contraire, on donne un remède qui pourrait déclencher chez un individu sain les symptômes que l’on observe chez l’individu malade. »

L’homéopathie peut soigner sans risque

Véréna Hantraye Curvers a pour habitude de prescrire de l’homéopathie en élevage pour quasiment toutes les pathologies : coups, contusions, entorses, suites de vêlages difficiles comme les non délivrances, diarrhées, problèmes de croissance, panaris interdigités. « Seuls les infections fortement déclarées, les cancers ou les fractures nécessiteront un recours à la médecine conventionnelle », affirme-t-elle. L'avantage avec cette méthode, c'est le délai d'attente : inexistant ! « Aujourd'hui, il est possible de soigner une vache en lactation qui déclare une mammite sans délais de remise du lait dans le tank. »

Cette méthode, contrairement à la chimie, ne présente pas de risque réel, sauf être inefficace. Pratiquant l’homéopathie depuis 30 ans, Véréna Hantraye Curvers observe « une meilleure récupération des animaux par rapport à un soin chimique ». Elle constate même : « après un à trois ans de recours à l’homéopathie, le cheptel présente une meilleure santé globale en étant plus dynamique. » D’après la vétérinaire, les animaux réagissent mieux aux différents stress de la vie quotidienne.

En étant formé, on peut faire de vraies économies

Même si l’homéopathie ne présente pas de risque apparent, la professionnelle de la santé animale préconise une formation : « il faut apprendre à récolter les symptômes et à les mettre en concordance avec les remèdes appropriés ». Elle explique que les traitements, contrairement à la médecine conventionnelle, se raisonnent en fonction de l’individu : « pour une même maladie, plusieurs traitements différents sont envisageables ».

Véréna Hantraye Curvers conseille aux éleveurs de discuter avec leur vétérinaire et de lui demander s’il est possible de se procurer les granules d’homéopathie. Enfin, elle les incite à se rapprocher des Chambres d’agriculture, des GDS ou encore des organismes de conseil en élevage qui organisent parfois des formations à cette médecine.

D’un point de vue économique, l’homéopathie permet de réduire fortement les prix d’intervention. « Un tube de granule coûte environ 2,50 € », confie la vétérinaire. Sur du long terme, les éleveurs voient leurs frais diminuer non seulement en raison du bas coût des traitements mais aussi grâce à l’amélioration de la santé globale du troupeau. Véréna Hantraye Curvers admet gagner moins depuis qu'elle privilégie l’homéopathie mais elle le fait d'abord par passion car elle est convaincue par cette médecine.

À lire aussi sur le même thème : « Penser la santé du troupeau autrement »

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 32 RÉACTIONS


steph72
Il y a 5 jours
Tu peux demander à miton l'homéopathie ça marche chez lui.


Répondre
Francis
Il y a 5 jours
La loi interdit de commercialiser le lait d'une vache malade donc il y a forcément un délai d'attente. Je trouve cette véto trop optimiste, ayant moi-même utilisé l'homéopathie avec plus d'échecs que de succès. Je doute de son sérieux.
Répondre
MDR
Il y a 6 jours
Ok.J'ai prévu 2 jrs de formation en homéo,j'trouve ca sympa et ya pas grand risque,jusque la quand ca boite fort j'fais parer, souvent on trouve un abces,un peu de goudron et ca repart. Pour les parasites ,BIODEVAS font un mélange de plantes a mettre ds l'eau pdt 7jrs,j'fais ca au sevrage et Panacur au cas par cas si besoin ..
Répondre
titian
Il y a 6 jours
Pour les panaris, cela dépend des symptômes et de l'animal, par exemple belladona puis myristica en 9ch en cure de 3 granulé pendant 3 jours.
Mais pour nous on a encore du mal avec cette pathologie avec l'homéopathie.
Le mieux c'est quand même de se former...
En strongle il existe des composés qui sortent de l'unicisme, la dans l'esprit je partirais plus sur les huiles essentielles.
Répondre
MDR
Il y a 6 jours
Vous utilisez quoi pour le panaris et pour calmer les strongles ? Et je cherche un véto qui pratique sur le 72 ou le 53 ??
Répondre
PATRICE BRACHET
Il y a 7 jours
Là on arrive sur du débat intéressant merci
Répondre
Miton 72
Il y a 7 jours
Oui
Répondre
steph72
Il y a 7 jours
miton ,c'est la véto de ton secteur?

Répondre
Miton 72
Il y a 7 jours
Je pratique depuis 2011 et je remercie verena , mammites pattes metrites ombilic drainage.......que du bonheur mais qd cela est nécessaire antibio.
Répondre
titian
Il y a 6 jours
Rien d'étonnant, maintenant que tu est dans cette spirale.
Pas vraiment vertueuse et peu être même dangereuse à mon humble avis.
Pour faire un parallèle avec l'homéopathie, placebo ou pas, ce qui est certain c'est que l'on prend vite conscience face aux mammites que la force de l'immunité n'est pas forcément corrélé avec les cellules, il convient juste de la respecter.
Autre chose pour enfoncer le clou, peut être trouvera tu aussi bientôt quelqu'un pour te vendre des levures.
Répondre