ComportementComprendre les bovins pour les manipuler dans le calme

| par BTPL | Terre-net Média

Elles marchent doucement, n'entrent pas facilement dans un couloir sombre, se souviennent longtemps des expériences négatives... Les vaches ont des caractéristiques qui conditionnent leur comportement. Le BTPL fait une piqûre de rappel aux éleveurs pour les aider à manipuler leurs animaux le plus sereinement possible.

Les vaches sont sensibles à tout évènement inhabituel et peuvent avoir de vives réactions si elles se sentent prédatées.Les vaches sont sensibles à tout évènement inhabituel et peuvent avoir de vives réactions si elles se sentent prédatées. (©Terre-net Média)

Pour faciliter la manipulation des animaux, il faut d’abord comprendre le comportement social des bovins et leur relation avec l’homme. Il faut comprendre ce qu’une vache voit, entend, perçoit, et comment elle réagit. Plus qu'un savoir-faire, c’est un savoir-être avec ses animaux dont il faut faire preuve.

Rappels sur le comportement des bovins

Les bovins sont avant tout des proies avec des comportements inhérents à ce statut :

– Animaux toujours en alerte par rapport à des bruits, des objets, des individus inhabituels, des prédateurs ;

– Allélomimétisme, c’est-à-dire qu’ils se calquent sur le comportement de fuite ou d’alerte de leurs congénères ;

– Une excitation rapide, en cas d’alerte et un retour au calme plus lent ensuite ;

– Animaux grégaires : un individu est stressé quand il est séparé du groupe, et il va tout tenter pour revenir dans son groupe.

D’autres caractéristiques sont propres aux bovins :

– Les vaches ont un rythme de marche lent (3 km/h contre 5 pour les humains), pour éviter de les stresser il faut s’adapter à leur rythme ;

Le champs de vision d'un bovinLe champs de vision d'un bovin. (©BTPL)

– Elles ont une bonne vision périphérique, mais une mauvaise vision loin vers l’avant : leur œil s’accommode lentement aux changements de contrastes, à la profondeur de champs, et aux formes en mouvement. Les brusques changements de couleur, une lumière vive, un soleil aveuglant ou une entrée de couloirs trop sombre les perturbent ;

– Elles ont un bon odorat : les odeurs connues les rassurent, les odeurs inconnues les inquiètent. Intervenir toujours avec le même vêtement dont elles connaissent l’odeur les rassure ;

– Elles ont une bonne mémoire : un animal ayant subi une expérience négative s’en souviendra ensuite ;

– Elles sont très sensibles à l’intrusion dans leur espace vital, bulle virtuelle autour de leur corps. Quand on entre dans cette bulle, elles vont avancer, s’éloigner, se retourner ou se défendre pour échapper à cette pression. Hors de cette bulle, elles ne bougent pas et observent. On peut situer un point d’équilibre au niveau des épaules. Si l’on passe devant ce point la vache recule, si l’on passe derrière elle aura tendance à avancer. Il faut donc se positionner au niveau de ce point pour déplacer la vache avec le minimum de mouvements.

– Enfin, dernières caractéristiques importantes : une vache c’est gros, fort, rapide et ça a des réactions imprévisibles en cas de panique. Un humain même très costaud ne peut pas la contraindre par la force.

Intervenir sur le troupeau : minimiser le stress

Il existe des techniques appropriées pour approcher, déplacer, attacher, coucher un bovin ou pour l’immobiliser en toute sécurité sans jouer de la force : des formations existent sur ce thème. Sans être expert, il faut avoir quelques règles en tête pour minimiser le stress de la manipulation :

- Savoir à l’avance sur quelles vaches on veut intervenir : une liste précise sous la main ou affichée permet de se concentrer immédiatement sur les bons animaux ;

- Plus on fait tourner une vache, au mieux elle avance, contrairement à une longue ligne droite sans vision précise de l’objectif au bout : elle aura tendance à se dérober ;

- Orienter autant que possible les animaux vers leurs congénères, et non vers un endroit où il n’y a pas d’autres animaux ;

- Garder si possible les animaux faciles à manipuler pour la fin plutôt que l’inverse.

Les équipements de contention, qui peuvent être tout simples, et surtout la manière de les installer et de les utiliser aident également à diminuer le stress et à améliorer le confort de la manipulation. Ils sont plus faciles à utiliser si les animaux les côtoient souvent.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


titou
Il y a 26 jours
Encore beaucoup de chose à faire sur la manipulation des animaux
Répondre