Morphologie des bovinsLe compas dans l'½il pour Bodimat X, un système d'imagerie 3D

| par | Terre-net Média

Bodimat X, dispositif de trois capteurs, permet d'évaluer de façon certaine la morphologie d'un bovin en mouvement grâce à l'imagerie 3D.

Bodimat X est une technologie d'imagerie 3D qui estime la morphologie en vif des bovins viandeDe part et d'autre d'un passage de 2,5 m de large, les deux colonnes captent le mouvement de l'animal et le retranscrivent en image 3D afin d'estimer sa morphologie. (©Idele)

Fini les résultats de pointage qui diffèrent d'un œil à un autre, fini les mesures au ruban contraignantes... L'imagerie 3D arrive dans nos élevages !

Bodimat X, lauréat du concours Sommet d'or 2017, est une technologie bientôt disponible pour l'estimation de la morphologie en vif des bovins viande. Développé par Ingenera et son partenaire FCEL avec l'appui de l'Idele, ce dispositif d'estimation se compose de capteurs portables qui transmettent des images compilées en 3D. L'institut de l'élevage explique son fonctionnement : « Il suffit d'un lieu de passage de 2,5 mètres de large minimum en bâtiment. Le système est facile à installer. Il est constitué de deux colonnes de 2,2 m de hauteur constituées de trois capteurs. Les deux colonnes sont placées de chaque côté du passage des animaux, permettant ainsi de visionner l'ensemble du corps de l'animal. » Le système ne génère alors aucun stress pour le bovin mais assure également la sécurité de l'opérateur.

« Les informations vidéos sont envoyées dans un système centralisé qui reconstitue les vidéos 3D issues des six capteurs (environ 60-80 images par animal scanné). Les mensurations sont automatiquement calculées. »

Une première série de tests a été réalisée : 30 broutards de 8-10 mois et 30 taurillons de 16-20 mois ont été scannés à deux reprises puis mesurés et pointés. Les résultats furent encourageants : « Les corrélations obtenues pour les deux séries d'animaux sont du même niveau que les exigences demandées pour les pointeurs exerçant dans le cadre du contrôle de performances viande, affirmait l'Idele. Ceci est particulièrement vrai pour les postes de format (taille et largeur des animaux) ainsi que le volume de muscles de l'arrière main. »

Après quelques améliorations apportées au dispositif, un second test sur les races limousine et charolaise a eu lieu en octobre 2017 lors des sessions d'agrément des pointeurs au sevrage. Les résultats semblent s'afficher cette fois encore au niveau des espérances. Ne reste plus qu'à valoriser les acquis auprès des éleveurs !


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article